Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Allumer le feu, mais pas trop vite

Pour ceux qui me suivent un peu sur Twitter ou sur Tumblr, vous savez combien je tiens à la notion de plaisir, dans des aspects très variés, du plus théorique au plus concret. Le plaisir des sens est essentiel à la vie : on la savoure de mille manières, par ce qu’on lit, par ce qu’on regarde, par ce qu’on écoute, ou mange, par ce que l’on touche, et par qui on aime toucher. Je parle souvent de ce qui est bon dans le plaisir, de ce qui épanouie, et faire l’amour est très épanouissant. Ou devrait l’être. Là où je veux en venir, c’est qu’on passe facilement sous silence tout ce qui n’est pas de l’ordre de la jouissance et du contentement : il est rare et délicat de parler de ce qui ne va pas, surtout en matière de sexe. Ou alors sur le ton de la dérision, de la moquerie…

Quand j’écris sur Tumblr un billet relatif au bonheur sexuel, je me pose parfois la question suivante : comment les autres prennent-ils en main leur vie sexuelle (je vous vois d’ici, cessez de suite vos jeux de mots ^^), parce que ce n’est pas forcément un sujet facile à aborder quand ça va bien, alors imaginez quand cela ne va pas parfaitement…

L’éjaculation précoce est de ces sujets qu’on aborde rarement autrement que par la dérision, alors que cela touche 1 homme sur 5 ! C’est le trouble sexuel le plus fréquent chez l’homme, et il fait l’objet de nombreuses études médicales, mais pour autant on véhicule pas mal de clichés à ce sujet. Par exemple, l’éjaculation précoce ne touche pas que les jeunes, loin de là : on la confond avec une sorte d’hyper excitation (remember vos premiers émois…) Car l’éjaculation précoce n’est pas un problème strictement psychologique. Il y a des causes, des terrains individuels, et il s’agit de comprendre ces causes, pour trouver des solutions.

La vie est trop courte pour ne pas profiter de tous ses charmes. Pourquoi rester seul, avec ses questions, ses frustrations, quand on peut trouver conseils et écoute, d’abord auprès de son médecin traitant, lequel peut orienter vers des solutions les plus adaptés.

C’est une question d’importance, car l’éjaculation précoce n’est pas que le problème d’un homme isolé. Elle touche à la vie sexuelle des deux partenaires, elle provoque dépit et frustration, voire colère envers l’homme qui en souffre. On intègre vite un schéma destructeur : l’éjaculation précoce provoque angoisse et frustration, lesquelles bloquent la communication dans le couple, ce qui vient renforcer l’anxiété qui exacerbe l’éjaculation précoce.

visuels_schema_solutions_578.jpg

Difficile d’en sortir seul. Et difficile d’en parler autour de soi. Pourtant des solutions existent, et un médecin peut en parler.

Le site internet http://www.garderlecontrole.fr/ permet aussi de faire le point sur sa propre situation, de mieux comprendre et de constater que des solutions existent. L’information est la première clé. L’amour et le désir embrasent les sens, il s’agit de s’enflammer ensemble :) Vous avez certainement vu cette publicité très bien faite, à la fois claire et pudique, qui résume joliment le problème :

 

Pour retrouver le plaisir de s’enflammer ensemble, le premier pas à faire est d’en parler à un médecin, qui expliquera les causes, et surtout abordera les différents solutions existantes, que ce soit médicamenteux, ou associé à une sexothérapie. On peut apprendre à garder le contrôle. Le site regorge de conseils, d’astuces, pour gérer au mieux l’éjaculation précoce, à deux, et retrouver petit à petit le contrôle de son plaisir.

VISUELS_encart_03.png

visuels_encart_021.png

J’ai envie de terminer en disant que rien ne devrait être tabou si cela gâche la vie : la vie est plus belle quand on peut en apprécier toutes les facettes.

Commentaires

  • Je me dis que l'éjaculation précoce serait moins problème ou peut-être qu'il serait moins exacerbé s'il n'y avait pas d'injonction à la performance. Le sexe est trop souvent réduit à une prouesse alors qu'il est aussi amour et délicatesse !

  • Je suis bien d'accord avec Elisabet le sexe est avant tout dune question d'intimité, et non de performance...

  • La précipitation est parfois sacrément excitante mais prendre son temps est aussi voluptueux...

    Quant à l'éjaculation précoce, je ne sais si c'est quelque chose de notre temps, liée à nos rythmes de vie, à la performance exacerbée ou si elle a toujours été (ce qui ne signifie pas que ce soit une fatalité).

  • Oui, j'ai vu ces publicités...

  • Cou cou,
    J´aime la manière avec laquelle tu abordes le sujet!
    Bien à toi, comme d´hab´
    Bisous
    Elisa

Les commentaires sont fermés.