Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En cas de doute, je lis de la poésie

Dis, ça fait longtemps qu’on n’a pas parlé poésie par ici ! Enfin, parlé, c’est un bien grand mot. (Tiens ça fait longtemps aussi que je n’ai pas fait de podcast poétique)

Bref, un dimanche sous la pluie, parfait pour rester au chaud sous la couette, quand on peut, à lire. Pour moi ce sera une énième relecture de Capitale de la Douleur, dont est extrait le poème suivant. (Par Paul Eluard, bien sûr) (what else ?)

 

Ta bouche aux lèvres d'or n'est pas en moi pour rire

Et tes mots d'auréole ont un sens si parfait

Que dans mes nuits d'années, de jeunesse et de mort

J'entends vibrer ta voix dans tous les bruits du monde

 

Dans cette aube de soie où végète le froid

La luxure en péril regrette le sommeil,

Dans les mains du soleil tous les corps qui s'éveillent

Grelottent à l'idée de retrouver leur cœur

 

Souvenirs de bois vert, brouillard où je m'enfonce

J'ai fermé les yeux sur moi, je suis à toi

Toute ma vie t'écoute et je ne peux détruire

Les terribles loisirs que ton amour me crée

 

Paul Eluard (in Capital de la Douleur)

 

SN154203.JPG

Commentaires

  • je crois qu'on a des goûts communs littérairement parlant à 99%, mais sauf pour la poésie, peu m'en faut...^_^

  • Nan mais toi je vais t'enfermer dans une pièce avec quelques recueils de mes poètes favoris, et tu ne bougeras pas avant d'avoir tout lu ^^ oui, bon je menace en l'air, c'est vrai qu'on ne peut tout aimer !

  • Retour aux fondamentaux ;-)

  • Les essentiels :)

  • J'aime bien lire de la poésie sauf les surréalistes. Je ne les supporte pas ! Je garde un très mauvais de Eluard et je n'en avais pas ebaucoup lu de capitale de la douleur et j'ai lu récemment quelques poèmes de Char même en dehors de la période surréaliste et je déteste vraiment ! Tu vas quand même me parler :-)

Les commentaires sont fermés.