Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Das Kapital - Page 3

  • Smart hydratation avec Mucogyne

    Il y a quelques temps de cela, j’ai eu avec une collègue de travail, toute jeune maman, une conversation assez intéressante sur la rééducation périnéale post accouchement. Ce n’est pas forcément le sujet le plus glamour qui soit, mais c’est une chose réelle et concrète à laquelle il faut penser :) et là je m’étais permise de lui donner un conseil, que je m’étais appliqué à moi-même à l’époque où cela me concernait aussi, à savoir l’usage de smartballs pour accompagner et renforcer la rééducation du périnée. (Smartball étant le nom choupi et moins connoté pour boules de geisha).

    Bref, nous étions lancées dans LA conversation de jeunes mères qui voudraient bien aborder certains sujets mais qui n’osent pas toujours. Et un des blocages de ma collègue (qui a aussi été un blocage après mon premier bébé), c’était une fragilité exacerbée de la zone vaginale, qui empêchait des rapports sexuels épanouis, alors l’introduction de smartballs pour rééduquer le périnée, ce n’était pas le truc le plus chatoyant à envisager. La sécheresse intime ce n’est pas qu’une question de ménopause, il y a bien des moments dans la vie d’une femme où cette question se pose : irritations, sécheresse, brûlures, je crois qu’on a toutes connu ça à un moment !

    On pense parfois aux suites d’un accouchement, loin de tout romantisme mièvre, il faut songer à des réalités pratiques, et même sans épisiotomie (j’ai eu de la chance ^^) il y a tout de même des petits dégâts à réparer.

    La nouvelle formule du gel vaginal Mucogyne en fait un cicatrisant très efficace : je le sais, je l’ai fait tester par ma fameuse collègue ! Sa composition non hormonale à l’acide hyaluronique se libère de manière prolongée.

    Mucogyne est intéressant car il offre une triple utilisation : il est hydratant, cicatrisant et lubrifiant. Pour ma part j’ai apprécié l’effet hydratant (d’autant que j’ai le « défaut » de me décaper de trop, ce qui n’est pas forcément très bon pour la flore vaginale, paradoxalement.) On peut appliquer le gel, et son effet se libère tranquillement, et la peur de la sécheresse vaginale ne viendra plus gâcher la perspective des relations sexuelles, c’est chouette non ! Je dois dire que l’utilisation de ce produit, et le fait de le faire également tester par une collègue, ont  été l’occasion de constater qu’il y a toujours des sujets légèrement tabou. C’est dommage de se mettre des barrières à un véritable épanouissement quand des solutions simples existent.

    DSCN0087.JPG

    J’ai aussi particulièrement apprécié la présentation de ce gel vaginal, en boite de huit unidoses, ce qui en rend l’utilisation plus pratique et facile. Mucogyne existe aussi en tube, avec un applicateur, pour bénéficier du même confort d’application.

    DSCN0088.JPG

    Bref, c’est pratique, efficace et facile à trouver (surtout si comme moi vous trouvez toujours une bonne raison d’aller dans une pharmacie ou une parapharmacie : d’ailleurs il me faut de la vitamine C tiens !)

    Avant de filer en para, vous pouvez jouer pour tenter de gagner un weekend thalasso à Deauville, à travers un quizz très sympa, et en passant, en apprendre un peu plus sur les différents moments de la vie d’une femme qui peuvent nécessiter un produit qui améliore l’élasticité et l’hydratation de la muqueuse vaginale.

    La prochaine fois, il faudra vraiment qu’on parle smartballs :)

  • Sous la pluie

    Mars et ses giboulées, c’est le duo gagnant du moment. Que cela ne nous empêche pas d’aller d’un bon pied ! D’un pied chaussé de cuir pour affronter les ciels menaçants !

     Qu’il fasse bon ou mauvais, je chausse mes bottines et je cours à l’aventure ! J’ai parfois l’impression que Paris est une vaste flaque d’eau en ce moment, mais perchée sur mes Zinda d’un beau rouge bordeaux, je franchis tous les obstacles, dans la bonne humeur :)

    zinda.jpg

    Tiens, porter du bordeaux à Paris, ça me donne des envies de jeux de mots, je sais c’est atroce, mais que faire en attendant le printemps ?

    Vous me donnez quelques idées ?

    Bisous !

  • Allumer le feu, mais pas trop vite

    Pour ceux qui me suivent un peu sur Twitter ou sur Tumblr, vous savez combien je tiens à la notion de plaisir, dans des aspects très variés, du plus théorique au plus concret. Le plaisir des sens est essentiel à la vie : on la savoure de mille manières, par ce qu’on lit, par ce qu’on regarde, par ce qu’on écoute, ou mange, par ce que l’on touche, et par qui on aime toucher. Je parle souvent de ce qui est bon dans le plaisir, de ce qui épanouie, et faire l’amour est très épanouissant. Ou devrait l’être. Là où je veux en venir, c’est qu’on passe facilement sous silence tout ce qui n’est pas de l’ordre de la jouissance et du contentement : il est rare et délicat de parler de ce qui ne va pas, surtout en matière de sexe. Ou alors sur le ton de la dérision, de la moquerie…

    Quand j’écris sur Tumblr un billet relatif au bonheur sexuel, je me pose parfois la question suivante : comment les autres prennent-ils en main leur vie sexuelle (je vous vois d’ici, cessez de suite vos jeux de mots ^^), parce que ce n’est pas forcément un sujet facile à aborder quand ça va bien, alors imaginez quand cela ne va pas parfaitement…

    L’éjaculation précoce est de ces sujets qu’on aborde rarement autrement que par la dérision, alors que cela touche 1 homme sur 5 ! C’est le trouble sexuel le plus fréquent chez l’homme, et il fait l’objet de nombreuses études médicales, mais pour autant on véhicule pas mal de clichés à ce sujet. Par exemple, l’éjaculation précoce ne touche pas que les jeunes, loin de là : on la confond avec une sorte d’hyper excitation (remember vos premiers émois…) Car l’éjaculation précoce n’est pas un problème strictement psychologique. Il y a des causes, des terrains individuels, et il s’agit de comprendre ces causes, pour trouver des solutions.

    La vie est trop courte pour ne pas profiter de tous ses charmes. Pourquoi rester seul, avec ses questions, ses frustrations, quand on peut trouver conseils et écoute, d’abord auprès de son médecin traitant, lequel peut orienter vers des solutions les plus adaptés.

    C’est une question d’importance, car l’éjaculation précoce n’est pas que le problème d’un homme isolé. Elle touche à la vie sexuelle des deux partenaires, elle provoque dépit et frustration, voire colère envers l’homme qui en souffre. On intègre vite un schéma destructeur : l’éjaculation précoce provoque angoisse et frustration, lesquelles bloquent la communication dans le couple, ce qui vient renforcer l’anxiété qui exacerbe l’éjaculation précoce.

    visuels_schema_solutions_578.jpg

    Difficile d’en sortir seul. Et difficile d’en parler autour de soi. Pourtant des solutions existent, et un médecin peut en parler.

    Le site internet http://www.garderlecontrole.fr/ permet aussi de faire le point sur sa propre situation, de mieux comprendre et de constater que des solutions existent. L’information est la première clé. L’amour et le désir embrasent les sens, il s’agit de s’enflammer ensemble :) Vous avez certainement vu cette publicité très bien faite, à la fois claire et pudique, qui résume joliment le problème :

     

    Pour retrouver le plaisir de s’enflammer ensemble, le premier pas à faire est d’en parler à un médecin, qui expliquera les causes, et surtout abordera les différents solutions existantes, que ce soit médicamenteux, ou associé à une sexothérapie. On peut apprendre à garder le contrôle. Le site regorge de conseils, d’astuces, pour gérer au mieux l’éjaculation précoce, à deux, et retrouver petit à petit le contrôle de son plaisir.

    VISUELS_encart_03.png

    visuels_encart_021.png

    J’ai envie de terminer en disant que rien ne devrait être tabou si cela gâche la vie : la vie est plus belle quand on peut en apprécier toutes les facettes.

  • Prendre soin de son air

    Tousser est devenu presque une habitude normale, pour moi et mon fils. A tort. Il ne faut jamais accepter les désagréments, même les petits. Et être asthmatique est un fichu désagrément que je connais depuis quinze ans pour moi et cinq ans pour mon petit garçon. Je vous laisse imaginer notre joie à chaque printemps, avec les levées de pollen, atchoum et sniff ^^ On apprend à se protéger du dehors, à anticiper les pollens et la pollution. Mais ce qu’on n’apprend pas, ou alors à ses dépends, c’est à se protéger de son propre intérieur.

    Il y a quelques années encore, on ne parlait pas de la qualité de l’air, et encore moins de la qualité de l’air intérieur. Pourtant, on a identifié plusieurs types de pollutions intérieures, qui résultent des simples activités quotidiennes, et qui persistent car nos habitations modernes sont de mieux en mieux isolées, paradoxe, et de moins en moins faciles à aérer.

    Et voilà donc que les acariens, les poils d’animaux, les cheveux, les bactéries, les solvants des peintures, les colles des moquettes et papiers peints, les désodorisants,  forment un terrain parfait pour accueillir eczéma, asthme, rhinites, bronchiolite etc.…

    Cette infographie en dit un peu plus sur les enjeux de la qualité de l’air :

     

    Infographie_part1.png

    Infographie_part2.png

    Infographie_part3.png

     

     

    Pour se protéger de ses ennemis intimes, il faut évidemment aérer tous les jours, éviter les produits contenant des solvants (les nettoyants ménagers bio sont très bien et de plus en plus courant, et on trouve aussi de plus en plus de peintures « safe »)

    On peut aussi purifier son air intérieur avec un appareil dédié, et à l’heure où l’asthme est la première maladie chronique chez les enfants, c’est loin d’être un luxe.

    La technologie à filtres de l’Intense Pure Air® de Rowenta apporte une vraie solution : ce purificateur d’air permet de contrôler la qualité de l’air avec simplicité et efficacité.

    Efficace, il purifie jusqu’à 70m² en 1h, grâce à un débit élevé et trois niveaux de filtration adaptés à chaque type de polluant. Simple à gérer, un voyant lumineux change de couleur en fonction de la qualité de l’air intérieur. Et puis silence et design en font un objet facile à oublier :)

     

    Intense_Pure_Air_1.jpg

     

    Autant de raison de s’intéresser à ce sujet, et d’en apprendre un peu plus,  notamment sur le site dédié Rowenta, avec une seconde infographie, consultable à la rubrique Changez d’Air > Air et Santé.

    Pour info, j’ai appris la semaine passée que j’habitais la région la plus pollué de France, ça fait réfléchir…

  • Look at him !

    Le plus grand mystère qui concerne les enfants n’est pas tant leur folle passion pour les Pokemon ou Violetta, Beyblade ou Bella Sara, que leur propension à abimer fringues et chaussures plus vite que leur ombre. J’ai l’impression de passer mon temps à faire du shopping pour mon fils,  histoire de pallier les chaussures abimées uniquement à gauche, ou le trou dans les jeans, toujours au même endroit (je le soupçonne de ramper dans la cour, exclusivement sur un genou, sinon, faut qu’on m’explique…)

    Le truc sympa, c’est que la crevette (mon fils, donc) commence à s’intéresser aux fringues et aime bien donner son avis, et faire le fameux shopping avec moi. Il a été très content la semaine passé quand il a reçu un colis pour lui, avec dedans des vêtements rien que pour lui.

    Pour une fois, c’est donc fiston qui a joué les testeurs,  avec la nouvelle gamme de vêtements Lidl. Et oui, la chaine de magasins de proximités, propose aussi une petite collection de vêtements pour enfants. Et toute de suite j’aborde le sujet le plus important pour moi : ces vêtements sont éco-certifiés, à travers les labels Oeko-Tex 100 et 1000. Ce qui veut dire que ces textiles ne contiennent pas d’éléments chimiques nocifs pour la santé et la peau. Première préoccupation de parents ces temps-ci :)

    Après, pour le reste, on a affaire à des fringues sympa, bien coupées, qui ont l’air solides et confortables.  En tout cas, le petit a été très à l’aise dedans pour sauter et faire le malin :) c’est l’essentiel !

    Perso j’aime beaucoup le chèche :

    Cheche.JPG

    Je vous mets les visuels de la marque, impossible de prendre une photo correcte avec le fiston qui court dans tous les sens :

    photo.JPG

    L’ensemble a vite été adopté, et à ce tarif plus que doux, pour une qualité au top et au rendez-vous, il ne faut pas se priver. Le sweatshirt à 5.99€, le jean slim 100% coton à 6.99€, les baskets avec doublure à 9.99€ et le chèche à 2.99€, forment un look tendance et sympa, qui ne dépareillent pas de ses exigences habituelles.

    Chaussures2.JPG

    Sweatshirts1.JPG

    Je sais qu’il y a aussi de jolies petites choses pour les filles, dans des tons pastels tout doux.

    En tout cas, fiston et moi sommes ravis de cette découverte, test emballant et look adopté !

    Par ailleurs, je peux offrir un chèche, justement, après tirage au sort dans les commentaires, vous verrez comme il est chouette :)