Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

enlèvements

  • Je n'ai pas peur - Niccolo Ammaniti

    Pin it!

    La rencontre entre un livre et son lecteur est souvent le fruit du hasard. Il y a les auteurs qu’on apprend à connaître, qui sont comme de vieux amis qu’on aime retrouver. Et puis il y a les camarades d’un moment,  les amants d’une nuit, ou les invités indésirables. Je pourrais trouver encore beaucoup de catégories pour désigner ce que je ressens face aux livres.

    Celui dont il est question aujourd’hui, est d’une sorte particulière : comme un inconnu rencontré au parc, entre midi et deux, et qui se met à vous parler, sans trop savoir pourquoi, jusqu’à raconter sa vie. Et vous, vous restez là, un peu embêtée, un peu intéressée, et finalement prête à écouter, après tout il ne s’agit que de cela.

    Le roman de Niccolo Ammaniti me fait un peu cet effet. Acheté par hasard (on dira que je fais bien trop de choses par hasard), lu un matin que je ne savais plus quoi choisir, lu d’une traite presque. Ai-je aimé ? Je ne sais pas trop.

     

    niccolo ammaniti,livre de poche,je n'ai pas peur,italie du sud,enlèvements


    C’est un roman de sensations, de souvenirs et d’étouffements. Il y a le soleil de l’Italie du sud, qui est là à chaque page, avec sa chaleur caniculaire ; il y a les maux d’enfance et les mots d’enfants qu’on étouffe, parce qu’on ne veut pas paraître comme-ci ou comme-ça devant les copains, ou parce que les parents n’écoutent pas vraiment de toute façon.

    Je n’ai pas peur est un roman réussi, qui décrit un moment particulier de l’Italie des années soixante-dix, de la pauvreté du sud, avec la violence froide des rapports de classe de l’époque (quoique cela n’a pas vraiment changé…)

    Tout cela est raconté par un jeune garçon, son village, ses camarades de jeu, sa découverte qui va bouleverser sa vie et celle de sa famille, la violence.

    En fait si, je sais : j’ai bien aimé. J’ai aimé que l’auteur s’asseye à côté de moi sur le banc dans le parc, et qu’il me raconte un petit bout de sa vie, alors que je ne l’avais peut-être pas envisagé comme ça.

    J’espère bien le recroiser un jour :)


    Je n'ai pas peur - Niccolo Ammaniti