04/07/2014

Au Paradis, avec Vanessa

Hier soir j’ai eu à nouveau 12 ans, puis 16 ans, 20 ans, 30 ans...

Hier soir je suis montée dans une fabuleuse machine à remonter le temps musicale, puisque je suis allée au concert de Vanessa Paradis au Zénith de Paris, et effectivement la chanteuse était à son zénith !

Entre les chansons de son dernier album, la Benjamin Biolay touch, le revival Gainsbourg et ses premières années de chanteuses, Vanessa nous a offert une playlist de rêve.

J’étais la plus heureuse des fans, parmi les fans énamourés de la belle, à fredonner ensemble mi amor (oui dis-moi que tu m’aimes, et que les autres on s’en fout…), j’ai adoré entendre à nouveau Commando, et Tandem, et puis me replonger dans un Joe le Taxi de toute beauté, sur un rythme reggae qui a déchainé la foule : Vanessa avait raison, cette chanson c’est la notre, celle d’une génération qui a grandi avec elle, qui l’a accompagné au gré de ses aventures avec Roda-Gil, Gainsbourg, Lenny Kravitz, M, et maintenant Benjamin Biolay.

Scénographie et lumière ont mis en valeur des titres qui n’ont pas vieilli d’un pouce, pour les plus anciens, et révélé la beauté de son dernier album.

Voilà, un si joli moment, dans un Zénith qui relevait de l’étuve, tant la chaleur, la ferveur étaient palpables. C’est extrêmement chouette à penser et à dire, Vanessa Paradis, je t’aime !

20140703_215058.jpg

20140703_215152.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

23:16 Écrit par Océane dans La musique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : vanessa paradis, zenith, joe le taxi, benjamin biolay | |  Facebook | | | | Pin it!

02/07/2014

Musique au coeur

La musique adoucit les mœurs, parait-il.

Je ne sais pas si la doucit quoi que ce soit chez moi, mais je ne pourrai vivre sans musique.

Alors chaque occasion est bonne de l’écouter « vivante », même dans le cadre un peu kitsch de l’église de la Madeleine :) Oui je ne peux m’empêcher de trouver un petit quelque chose de ridiculement marrant à cet édifice !

Voilà, un ami, le Requiem de Mozart, et soudain tout semble si simple et beau.

001.JPG

La musique vous dis-je ! La musique !

Rendez-vous sur Hellocoton !

22:41 Écrit par Océane dans La musique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : la madeleine, mozart | |  Facebook | | | | Pin it!

01/07/2014

Merci France Inter

Cette année, pour la première fois, depuis des années que j’y pense, que j’hésite, j’ai franchi le pas, et j’ai écrit à ma radio favorite, pour lui demander de bien vouloir me prendre comme jurée, pour le prix du livre Inter.

Voilà, France Inter est ma radio favorite, depuis que je suis petite, si petite, à écouter des voix qui me fascinaient, à découvrir et à m’ouvrir au monde, au théâtre, à la musique, à la littérature, au cinéma, aux questions de société. J’aime France Inter depuis toujours et c’est très bien.

Et depuis quelques années, j’avais envie de tenter l’aventure du prix du livre Inter, faire partie du jury, découvrir encore et partager autour de ce qui me passionne le plus au monde certainement : lire.

Mais je n’ai jamais osé, je crois que je n’ai même jamais amorcé le moindre brouillon de lettre de candidature pour une simple raison : la peur de ne pas être choisie, et d’être déçue, forcément.

Et puis cette année, un ami précieux m’a dit qu’il ne me lacherait pas tant que je n’aurais pas fait l’effort de cette lettre. Et il ne s’agissait pas de simplement lui dire « oui, oui, je l’ai faite », il fallait qu’il en ait la certitude. Il fallait donc que je l’écrive vraiment cette lettre de candidature.

Alors, je l’ai fait, j’ai enfin osé, j’ai écrit cette fichue lettre, choisi un beau papier, une belle enveloppe, et un timbre spécial. Puis la lettre est partie, le dernier jour pour tout vous dire.

Alors me direz-vous ?

Non, je n’ai pas été prise.

Enfin si, un peu quand même…

073.JPG

Suppléante, c’est quand même pas mal pour une première tentative :)

J’ai donc reçu, comme les « vrais » jurés, tous les livres, et j’ai attendu le jour J, en espérant qu’un juré se désiste ou loupe son train (hoou la vilaine que je suis…)

Tout ça pour dire que je suis heureuse d’avoir écrit enfin cette lettre, heureuse d’avoir fait l’objet d’un débat entre les sélectionneurs, même si c’est pour finir à la pire place, celle de suppléante, je sais que ma lettre aura touché quelqu’un, aura trouvé un écho chez un autre lecteur.

Et rien que pour ça, merci France Inter, merci Eva Bettan, merci Sophie R. ma charmante correspondante chez Inter durant cette petite aventure.

 

Je crois que l’an prochain, je tenterai de transformer l’essai.

Rendez-vous sur Hellocoton !

21:38 Écrit par Océane dans Bavardages, Les livres | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : france inter, prix du livre inter, radio | |  Facebook | | | | Pin it!

30/06/2014

Salomon est juif, Slimane est arabe

Une soirée en famille, à regarder Rabbi Jacob, avec mon fils ; quelque chose comme 20 ans avant je regardais aussi Rabbi Jacob, en famille, avec mes parents.

Soirée tranquille à expliquer entre deux fous rires, les mots juifs, synagogue, catholique, à expliquer le pourquoi des quiproquos de barbus, le sel de la vie qui fait le rire malgré la différence, avec la différence.

Une soirée tranquille, à se dire qu’on oublie de quelle religion on pourrait être, quand il s’agit juste de rire un peu, de partager, et de rire, encore.

Une soirée tranquille à regarder Rabbi Jacob, à s’amuser des mimiques de Louis de Funès.

Et puis le matin, le réveil, la réalité, la mort de trois jeunes gens qui ne servira qu’à provoquer la mort d’autres jeunes gens, la destruction et la haine.

Il faudrait s’arrêter, s’asseoir, et essayer de rire ensemble, une fois, pour voir.

israel_palestine_flag.png

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

23:44 Écrit par Océane dans Bavardages | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : israel, palestine, rabbi jacob, louis de funès | |  Facebook | | | | Pin it!

Neuilly-Plaisance, promenade en bord de Marne

Qui vit à Paris, ou près de Paris, sait combien notre sport favori est de se plaindre, encore et toujours. Du temps, du métro en retard, du métro en avance, des appartements trop petits, des loyers trop chers, du manque d’espaces verts, du stress et puis que sais-je encore. C’est comme une course folle toute la semaine contre les différents petits déplaisirs.

Certains en tirent les bonnes conclusions et vont chercher la sérénité un peu au-delà du périphérique. Car il existe tout un monde en dehors de Paris, tout près de Paris.  Où l’on peut expérimenter un nouveau bonheur de vivre.

Je me suis rappelé trente secondes un passage de Nana, de Emile Zola, où toutes les dames vont pique-niquer sur les bords de Marne, un dimanche.

Et pourquoi je n’irais pas moi aussi pique-niquer sur les bords de Marne ? Pour commencer :) me promener et découvrir autre chose, l’inattendu aux portes de Paris, la campagne à portée de main, sans les inconvénients de trop d’éloignement.

 

neuilly-plaisance,bords de marne,vivre près de paris

 

Neuilly-Plaisance et ses bords de Marne, jamais je n’y aurais pensé (autant être sincère), et je vois du vert, des fleurs, des vélos, des enfants, l’eau tranquille et les espaces verts, oui la campagne avec les avantages des services d’une grande ville.

Je me suis souvent posé la question de changer d’environnement, pour mon fils essentiellement, pour les espaces verts encore une fois, une plus grande proximité avec la nature, de fait un mode de vie plus adapté. Je n’ai pas encore franchi le pas. Pourtant des villes comme Neuilly-Plaisance offre tout ce que je pourrais rechercher, une offre éducative et sportive de qualité, des équipements nombreux et variés (loin des épiques batailles pour trouver LA place en crèche à Paris…), une ville qui charme par son esprit village, jusque dans son marché, ses commerces de proximité et ses belles promenades.

 

neuilly-plaisance,bords de marne,vivre près de paris

neuilly-plaisance,bords de marne,vivre près de paris

 

Le fait est que j’ai envie maintenant de découvrir un peu plus cette ville, j’ai envie de pique-nique sur les bords de Marne (coucou Emile Zola !), et surtout j’ai envie de me promener et de ressentir ce que c’est que de vivre dans une telle ville, avec l’idée de cette proximité qui facilite le quotidien.

Mon premier contact, c’est le site internet de Neuilly-Plaisance, décliné en thématiques simples : découvrir, vivre ou travailler à Neuilly-Plaisance. Le charme nocéen donne le sourire, il faut bien l’avouer. Charme qui a encore plus opéré, quand une de mes collègues, nocéenne, s’est mise à me vanter sa ville, doublant mon envie de la découvrir. Avec le soleil, juillet nous invite sur les bords de Marne,  à Neuilly-Plaisance !

 

neuilly-plaisance,bords de marne,vivre près de paris

Rendez-vous sur Hellocoton !

19/05/2014

X-Men - Days of Future Past

Perso, je me suis fait une belle entorse à la cheville (oui, je sais, j'abuse..), mais le père de mon fils, lui, dispose de ses deux chevilles pour marcher jusqu'au cinéma, et il nous raconte :
 
 
"J'étais invité au cinéma Publicis aux Champs-Elysées pour l'avant-première de "X-Men - Days of future past"
 
La ligne B , puis la ligne D avancent au ralenti et me voilà à 20h22 à Châtelet. Heureusement la ligne A va plus vite, je sors sur les Champs à l'Etoile, je traverse et me retrouve vite dans le cinéma. Le film est à peine commencé me-dit-on. Je me procure les lunettes 3D, je m'aperçois que la salle est quand même beaucoup plus grande et plus pleine que lors des avant-premières de dessins animés auxquels je suis invité avec mon jeune fils. Je file au premier rang où - pense-je - j'aurai une chance de trouver une place rapidement. C'est le cas, mais je m'aperçois vite que le film commence par une bataille homérique entre les X-Men et des ennemis non encore identifiés qui semblent avoir toutes les armes nécessaires pour parer aux attaques des X-Men, qui se prennent une ratatouillée et trépassent les uns après les autres. Et en 3D au premier rang ça devient dur pour les yeux. Derniers survivants, Ellen Page donne du reiki au cerveau d'Omar Sy, et alors que tout semblait perdu, ils se téléportent en sécurité dans un palais dans les montagnes de Chine, avec les X-Men qu'il nous semblait pourtant avoir vu mourir, et nos vieilles connaissances que sont Charles Xavier et Magneto.
On découvre que le personnage d'Ellen Page (me rappelle pu son nom) s'est téléportée quelques jours dans le passé, mais qu'ils sont les derniers mutants encore en vie, et qu'ils n'ont tous qu'un répit car les créatures les trouveront bientôt. C'est grâce à l'ADN de Mystique (Jennifer Lawrence) collecté 50 ans plus tôt que le Pr Trask (Tyrion Lannister euh... Peter Dinklage) a pu développer ces androïdes spécifiquement dédiés à l'extermination des mutants. Le gouvernement américain ne voulait pas de son invention, ayant déjà de vrais ennemis communistes à combattre, mais Mystique avait assassiné Trask et le gouvernement avait changé ses priorités. Cinquante ans après, cela amènerait les mutants à l'extinction. Il fallait donc transporter un d'entre eux en 1973 où il pourrait recruter les jeunes Xavier et Magneto et arrêter Mystique. "Ellen Page" n'a jamais été si loin dans le passé, et cela risquerait de tuer Xavier. Aussi c'est l'invulnérable Wolverine qui fera le voyage.

X-Men-Days-of-Future-Past-Affiche-France-Finale.jpg

 
On passera volontiers sur les invraisemblances de scenario, toujours difficiles à éviter quand on voyage dans le temps, mais on citera pour le plaisir :
- pourquoi Wolverine se réveille-t-il dans le lit de la fille d'un mafieux latino-américain ?
- pourquoi Ellen Page doit-elle seulement opérer sur Omar Sy si tous les autres sont encore en vie dans le palais chinois ? Si elle ne peut pas voyager elle-même dans le temps, pourquoi disparaît-elle aux yeux des sentinelles anti-mutants ? Dans le palais, ni Wolverine (en transe pendant que son esprit voyage en 1973) ni les autres mutants ne disparaissent.
- pourquoi ne pas simplement expliquer le problème à Mystique, au lieu de lui faire la morale ?
- comment Wolverine peut-il se retrouver à l'école Xavier à la fin du film et ne pas rencontrer son double ?
 
On n'a évidemment aucune envie qu'un autre acteur que Hugh Jackman joue Wolverine. Mais il va être difficile de continuer longtemps à prétendre qu'il ne vieillit pas, quand ce n'est visiblement pas le cas de l'acteur. C'est un peu le problème du Legolas de soixante ans plus jeune de La Désolation de Smaug, joué par un Orlando Bloom dix ans plus vieux. Les effets spéciaux apparemment ne peuvent pas tout...
 
Le seul élément qui fâche vraiment est un quart d'heure de foirage de la 3D au début du film, qui rendent l'image floue et les sous-titres illisibles. Quand on annonce quinze mille salariés pour faire le film, quelqu'un aurait peut-être pu penser à le revisionner.
 
Pour autant, les X-Men (et peut-être aussi les Watchmen, mais le film tiré des Watchmen n'a ni l'impact, ni autant de dollars investis que la saga X-Men) offrent une profondeur philosophique que les autres comics n'ont pas et ne peuvent pas avoir. Prendre un acteur nain pour camper celui qui veut exterminer les mutants était judicieux pour exprimer l'aspect "miroir de l'humanité" qu'ont toujours représenté les X-Men. Et sous cet aspect, cet épisode va jusqu'au bout de la logique de confrontation de l'humanité à sa part d'ombre en elle-même et à ses alter-ego les X-Men. Il s'agit non plus de balance entre conflit et cohabitation, mais d'extermination totale de l'autre. La tension dramatique est permanente, sans jamais verser dans le pathos, ni dans la référence maladroite à des génocides ayant réellement existé.
 
Tout ceci concourt à faire de "X-Men - Days of future past" un des meilleurs épisodes de la saga, peut-être même le meilleur.
 
 
 
Sortie le 31 mai 2014
Rendez-vous sur Hellocoton !

20:19 Écrit par Océane dans Les films | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : xmen days of futur past, wolverine, hugh jackman | |  Facebook | | | | Pin it!

18/05/2014

Or donc

Je me demande si j’ai déjà parlé ici de ma passion pour la moustache ? Les hommes moustachus à la Tom Selleck.

Note pour plus tard => en parler.

Entre deux circonvolutions sur la moustache, j’ai jeté un œil à mon bidule là, le machin qui regroupe les flux rss des blogs auxquels je suis abonnée (comment ça s’appelle déjà ??)

Bref, environ 896 articles à lire…

Sans offense, je sens que je vais en zapper un certain nombre, et simplement me remettre petit à petit dans le bain du blogging.

(Rappelez-moi de vous parler aussi des Reines du Shopping) (et de mon fichu mal de dos)

 

Des bisous morphiniques

Rendez-vous sur Hellocoton !

16/05/2014

Echo et boniments

Le truc quand tu commences à t’absenter d’une partie de ta vie, c’est que tu ne sais pas forcément pourquoi, ni comment y revenir. Il est assez facile de perdre ses habitudes.  

Donc, ce matin, je me suis dit, tiens j’ouvrirais bien un blog pour parler des supers trucs que je fais en ce moment.

Avant de me rappeler que j’ai déjà un blog. Enfin, non pas que je l’ai oublié, mais je crois que j’ai appris ces dernières semaines à avoir un autre rythme. Un rythme qui consiste à faire des trucs supers (mais si…) puis à repenser tranquille ces trucs supers, sans être capable de le partager.

Mazette, je suis devenue un chouïa fainéante du clavier.

Et puis je crois aussi que je fais vachement trop beaucoup bien assez de remise en question à 2 balles, du genre « ouais mais ça va intéresser qui ? » (Question à laquelle mon surmoi répond : « personne ») (Mon surmoi est une sorte de fdp)

Je lis de la poésie et j’efface les fichiers.

Je regard les photos des supers expos que j’ai faites et je les trouve moches et mal cadrées (ceci n’est pas un scoop, ce blog témoigne à charge contre mes talents photographiques)

Plus j’attends, plus je me dis qu’il n’y aura que l’écho pour me répondre.

 

Echo, es-tu là ?

 

Echo and the Bunnymen - It's Alright

Rendez-vous sur Hellocoton !

19:59 Écrit par Océane dans Bavardages | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : echo and the bunnymen | |  Facebook | | | | Pin it!

03/04/2014

Die Zauber Woche

Tout d’abord : j’ai un max de retard dans ma lecture des blogs, mais je ne désespère pas de revenir à mes amours dès ce weekend !

Il faut dire que j’ai un peu lâché la rampe question organisation, en décidant de simplement me laisser porter par le courant, et de profiter du printemps qui commence (ok, il pleut un peu à Paris, mais on y croit !)

J’ai plein de choses à partager avec vous !

Il faut que je vous parle de Donna Tartt.

Et puis du prix du livre Inter, hé hé si vous saviez ! Mais oui vous saurez :) Non je ne suis pas membre du jury, mais…

Et puis aussi j’ai eu la chance de gagner des chouettes lots Nivea chez Carole, et Petit Marseillais chez Lalydo, alors un grand merci à elles et au sort !

Il faut aussi que je vous parle de cette SUPERBE version de la Flûte Enchantée de Mozart, vue la semaine passée à l’opéra Bastille, une vraie merveille pour les oreilles et les yeux.

DSCN0085.JPG

En gros, ça va pas mal, et j’espère que ça va super bien pour vous :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Smart hydratation avec Mucogyne

Il y a quelques temps de cela, j’ai eu avec une collègue de travail, toute jeune maman, une conversation assez intéressante sur la rééducation périnéale post accouchement. Ce n’est pas forcément le sujet le plus glamour qui soit, mais c’est une chose réelle et concrète à laquelle il faut penser :) et là je m’étais permise de lui donner un conseil, que je m’étais appliqué à moi-même à l’époque où cela me concernait aussi, à savoir l’usage de smartballs pour accompagner et renforcer la rééducation du périnée. (Smartball étant le nom choupi et moins connoté pour boules de geisha).

Bref, nous étions lancées dans LA conversation de jeunes mères qui voudraient bien aborder certains sujets mais qui n’osent pas toujours. Et un des blocages de ma collègue (qui a aussi été un blocage après mon premier bébé), c’était une fragilité exacerbée de la zone vaginale, qui empêchait des rapports sexuels épanouis, alors l’introduction de smartballs pour rééduquer le périnée, ce n’était pas le truc le plus chatoyant à envisager. La sécheresse intime ce n’est pas qu’une question de ménopause, il y a bien des moments dans la vie d’une femme où cette question se pose : irritations, sécheresse, brûlures, je crois qu’on a toutes connu ça à un moment !

On pense parfois aux suites d’un accouchement, loin de tout romantisme mièvre, il faut songer à des réalités pratiques, et même sans épisiotomie (j’ai eu de la chance ^^) il y a tout de même des petits dégâts à réparer.

La nouvelle formule du gel vaginal Mucogyne en fait un cicatrisant très efficace : je le sais, je l’ai fait tester par ma fameuse collègue ! Sa composition non hormonale à l’acide hyaluronique se libère de manière prolongée.

Mucogyne est intéressant car il offre une triple utilisation : il est hydratant, cicatrisant et lubrifiant. Pour ma part j’ai apprécié l’effet hydratant (d’autant que j’ai le « défaut » de me décaper de trop, ce qui n’est pas forcément très bon pour la flore vaginale, paradoxalement.) On peut appliquer le gel, et son effet se libère tranquillement, et la peur de la sécheresse vaginale ne viendra plus gâcher la perspective des relations sexuelles, c’est chouette non ! Je dois dire que l’utilisation de ce produit, et le fait de le faire également tester par une collègue, ont  été l’occasion de constater qu’il y a toujours des sujets légèrement tabou. C’est dommage de se mettre des barrières à un véritable épanouissement quand des solutions simples existent.

DSCN0087.JPG

J’ai aussi particulièrement apprécié la présentation de ce gel vaginal, en boite de huit unidoses, ce qui en rend l’utilisation plus pratique et facile. Mucogyne existe aussi en tube, avec un applicateur, pour bénéficier du même confort d’application.

DSCN0088.JPG

Bref, c’est pratique, efficace et facile à trouver (surtout si comme moi vous trouvez toujours une bonne raison d’aller dans une pharmacie ou une parapharmacie : d’ailleurs il me faut de la vitamine C tiens !)

Avant de filer en para, vous pouvez jouer pour tenter de gagner un weekend thalasso à Deauville, à travers un quizz très sympa, et en passant, en apprendre un peu plus sur les différents moments de la vie d’une femme qui peuvent nécessiter un produit qui améliore l’élasticité et l’hydratation de la muqueuse vaginale.

La prochaine fois, il faudra vraiment qu’on parle smartballs :)

Rendez-vous sur Hellocoton !