Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Oh Océane

  • Un Incroyable Talent - David Frankel

    Pin it!

    Dans le contexte d’un nombre de salles toujours limité malgré une offre de films en augmentation constante, de nombreux films sont sortis directement en DVD depuis une quinzaine d’années. Avec la maturité technologique de la VOD, les plateformes en ligne ont depuis pris le relais.  D’abord limité à des films de genre ou à petit budget, ce mode de distribution touche maintenant les films grand public, même issus des grands studios, donc cela concerne dorénavant de belles productions et des projets d’envergure. Produit par Harvey Weinstein, « Un incroyable talent » sortira en e-cinéma (exclusivement sur vos services de vidéo à la demande) le 3 juillet.

    « Un incroyable talent », biopic sur l’histoire de Paul Potts, un vendeur de téléphone du Pays de Galles devenu le vainqueur de « British Got Talent » et enfin interprète de disques multiplatine grâce à ses talents de chanteur d’opéra.

    Moins connu en France que Susan Boyle ou Marina Kaye, Paul Potts (oui le film joue aussi de l’homonymie avec le dirigeant khmer) joue un peu dans la catégorie de la première. Les deux ont été vendus au public comme des vilains canards prenant une revanche sur la vie. Le réalisateur  - David Frankel - traite son sujet de manière suffisamment légère pour ne pas en faire un mélo pénible. Les pauvres y sont pauvres mais jamais misérables. C’est le style Frankel – Marley et moi, Le Diable s’habille en Prada (déjà un biopic, tiré d’un livre de Lauren Weisberger) – de traiter des difficultés de la vie comme si elles n’étaient jamais bien graves.

    Les situations dépeignant des rapports de classe sont édulcorées. Ainsi Paul a intégré un cours prestigieux d’art lyrique à Venise et est invité à déjeuner dans sa famille par une autre étudiante trop belle pour lui. Heureusement la famille elle n’est pas si riche, et la scène évite le message politique lourdaud pour un comique de situation classique et même crédible, s’il n’est pas original.

    Le film passe rapidement sur les années de jeunesse, et se concentre sur les années de la quête : du premier concours local qui lui permet de payer ses cours de chant à Venise jusqu’au triomphe au premier passage télé, avec les personnages de sa vie en trame de fond : la petite amie qui deviendra sa femme, le patron et meilleur pote de la boutique de téléphones, la mère qui le soutient envers et contre tout et le père qui désapprouve ses rêves de grandeur. La suite est racontée dans un souffle : Paul a gagné la demi-finale et la finale, a vendu des millions de disque et se produit maintenant devant la reine.

    Le style biopic fonctionne car on s’intéresse au devenir du personnage principal. Frankel rend Paul sympathique de telle manière que le spectateur prend immanquablement son parti et, de fil en aiguille, l’emmène sans difficulté au générique de fin. Ça ne fera pas de « Un incroyable talent » le film de l’année, mais lui assurera un succès certain au pays de son succès. Il ne tient qu’à vous d’en faire un succès en France.

     

    231435.jpg

    Disponible dès le 3 juillet 2015 sur toutes vos plates-formes de vidéos à la demande.



    Tip du jour →6bca6af3c293880246d076bbdb3b9a6c.jpg

  • Fatrasie du vendredi (again)

    Pin it!

    C’est vendredi, c’est fatrasie, et c’est une bonne nouvelle, en tout cas pour moi, car la semaine a été épuisante.

    Cette semaine j’ai aimé la commencer avec en tête les airs de la Traviata de Verdi, puisque Arte nous en offrait une très belle mise en scène, de mon chouchou Rolando Villazón, transposée dans le milieu du cirque. La merveilleuse Olga Peretyacto y est enchanteresse. Franchement c’est une des plus belles version que j’ai vue depuis longtemps. La bonne nouvelle c’est que cet opéra de Verdi est encore disponible à la vision sur le site d’Arte Concert. Libre à vous d’entonner un joyeux Libiamo, avant de pleurer avec la douce Violetta. Et je reviens encore sur la mise en scène mais elle est admirable d’inventivité, notamment pour ce qui est du personnage de Violetta et de sa représentation.

    057947-001-SPHO-006-1434537951909.jpg

    la_traviata_baden-baden_2015_c_andrea_kremper_38_bis.jpg

    Tout autre chose, je suis tombée par hasard sur un article à propos d’un concours, le Brush Contest de L’Oréal. Oui, un concours sur le maquillage. La raison pour laquelle j’en parle, c’est que la gagnante est française, Salima El Aliani. Alors dans une poque où l’on s’oppose les uns aux autres dans notre pays, où certains contestent la nature française d’autres citoyens, je suis ravie que cette jeune fille, autodidacte qui plus est, se soit illustrée au nom de notre pays. Et l’on m’a fait remarquer, de manière un peu acide, que cette jeune fille portait un foulard. Quand je pense qu’on exclue de cours des jeunes filles parce qu’elles portent une jupe trop longue (ou trop courte, c’est selon), je suis heureuse de voir qu’il existe encore des endroits où on juge une femme sur ce qu’elle propose comme savoir faire, et non sur sa tenue, son couvre-chef, ou sa supposée religion. S’il faut se réfugier dans le monde du maquillage pour ça, cela ne me gêne pas :)

    Salima-la-candidate-francaise-remporte-le-concours-The-Brush-Contest-de-L-Oreal-Paris_reference.jpg

    Dans un autre domaine, j’ai sauté de joie, littéralement, en apprenant qu’une expo photo au sujet de Steve McQueen allait se tenir à Paris. Et oui, depuis le 19 juin, jusqu’au 16 septembre 2015, on pourra aller admirer des photos rares de mon acteur favoris de tous les temps. Je ne sais pas pour vous, mais je sais que je vais y aller, et y retourner, encore et encore ^^ En cliquant sur la photo vous arriverez sur le site de la Galerie de l’Instant.

    Steve-McQueen-00.jpg

    J’ai bien moins aimé apprendre la fin de l’émission de Brigitte Kernel. Cette dernière animait depuis près de trente ans une très belle émission littéraire sur France Inter, Lire Avec, et malheureusement cette émission en sera plus renouvelée à la rentrée prochaine. Je suis consternée et en colère. Depuis l’époque Val, les choix de Radio France, notamment pour France Inter, sont incompréhensible. Beaucoup de bonnes émissions sont supprimées (ainsi Là-bas Si J’y Suis, de Daniel Mermet par exemple), les programmes de nuit sont inexistant puisqu’on a dorénavant droit aux rediffs de la journée. Alors que la radio de nuit est une chose bien particulière, avec son public et ses besoins. Bref on va vers le pire. La fin de l’émission de Brigitte Kernel est un pas de plus dans cette direction. L’auteur Douglas Kennedy s’en est ému sur sa page Facebook, que je vous invite à lire. Bref, merci encore à Brigitte Kernel pour toutes ces années où elle a fait rentrer la lecture dans nos maisons. Il y a une pétition d’auteurs qui demandent à Fleur Pellerin d’intervenir, j’espère que cela aboutira. La littérature est le parent pauvre du paysage médiatique, il faut que cela change. Les mots de Brigitte Kernel annonçant l’arrêt de son émission sont émouvants, et m’ont remis en mémoire les raisons, les hommes et les femmes qui m’ont fait tant aimer la radio.

    BK.jpg

    Autre triste nouvelle, avec la disparition de Jean Vautrin, grand écrivain, homme d’engagement et de convictions. Le Cri du Peuple devrait être lu par certains de nos dirigeants, pour comprendre l’angoisse qui nous traverse actuellement. Et les Aventures de Boro Reporter Photographe, quel beau souvenir de lecture ! Une bise à Jean Vautrin, de la part d’une lectrice anonyme.

    648x415_jean-vautrin-2009.jpg

    Et puis une bise à vous, lecteurs de passage.

     

     

     

    Tip du jour → jean vautrin,brush contest l'oréal,la traviata,rolando villazon,olga peretyacto,salima el aliani,steve mcqueen,galerie de l'instant,brigitte kernel,lire avec,douglas kennedy,france inter

     

  • Lascaux à Paris - Coup de coeur

    Pin it!

    Vois-tu, cher lecteur, je suis encore en train de chercher la réponse à une question que m’a posé mon fils il y a quelques jours : comment le premier homme qui a dessiné a eu cette idée ? Bonne question, n’est-ce pas ? Quelle est la magie qui s’est opérée, qui a fait se lever un bras, une main, puis a dicté à ce premier homme de dessiner ? Voilà la question fondamentale que l’on s’est posé devant une reproduction de la grotte de Lascaux.

    Commençons par cette exposition justement. Depuis le 20 mai et jusqu’au 30 aout, l’expo Lascaux 3 nous offre une expérience fabuleuse, ou géniale, si je veux reprendre les mots exacts de mon fils :)

    Au départ, cette expo est assez classique, au sens où elle nous présente l’histoire de cette grotte, majeure dans notre histoire, avec une reprise intéressante des enjeux qu’elle représente. Mais très vite, cette expo délaisse le côté purement passif que peut ressentir le spectateur, et entraine ce dernier dans une vraie expérience scientifique et esthétique. Et je crois que c’est ec qui a bien plus à mon petit garçon. Il a vécu cette expo de la manière idéale pour un enfant de dix ans : en ayant le droit de toucher à plein de trucs ^^ imaginer la mini révolution que c’est, quand habituellement il s’entend dire « non, pas touche, on n’a pas le droit ». Et là, la déambulation nous mène de maquette 3D en console interactive, pour essayer de comprendre comme les hommes de ces temps-là pouvaient ressentir, construire, chasser, vivre simplement. On commence avec de simples photos, puis des vidéos, passionnantes sur la constitution de la grotte, puis des expériences sensorielles qui allient un caractère aussi scientifique que poétique : garantie d’accrocher parents et enfants.

    Mais la cerise sur le gâteau, si j’ose dire, c’est quand on arrive dans ce qui est simplement la plus belle partie de l’expo : la reproduction d’une partie de la grotte, à taille réelle, avec un réalisme incroyable. On regarde, comme si on y était, quelques peintures, on aperçoit même des habitants de l’époque, là encore avec un réalisme qui scotche. Il ne s’agit pas seulement de regarder, mais de vivre, pendant quelques minutes, au milieu de cette grotte historique, chose qu’on ne peut plus faire depuis la fermeture au public de Lascaux, en 1963. Même la température nous a rappelé l’ambiance d’une grotte préhistorique : mon fils me faisait remarquer qu’il faisait froid comme à Pech Merle (grotte qui elle est encore visible au public)

    Alors au-delà du côté scientifique toujours intéressant (surtout que c’est pile l’époque étudiée en CM1, donc mon fils a doublement apprécié), il y a une véritable mise en lumière sur l’aspect artistique de la grotte, et c’est appréciable. D’où la question au début de ce texte : comment l’idée du premier dessin est venu à l’Homme ? Comment les idées viennent-elles ? Je ne sais pas, mais nous avons eu la confirmation, une fois de plus, que l’Homme ne peut vivre sans l’expression de la beauté, et Lascaux en est une belle preuve.

     

    DSCN1568.JPG

    DSCN1570.JPG

    DSCN1572.JPG

    DSCN1578.JPG

    DSCN1583.JPG

    Lascaux.jpg

     

    Visiter Lascaux sans y être, c’est possible, et c’est à Paris Expo, Porte de Versailles, jusqu’au 30 août 2014. Si vos pas vous mènent à Paris cet été, n’hésitez pas à vivre cette expérience.

    Le site de l’expo est pas mal fait, et donne une idée assez précise de ce que l’on peut attendre sur place : Lascaux à Paris.

     

    affiche_lascaux_iii_paris_2015.jpg

     

    Sinon, si tu as ta propre réponse à ma question du début, je suis curieuse de la lire.

  • Laura Antonelli

    Pin it!

    Ce n’était pas la plus connue des actrices italienne, et alors ? Laura Antonelli est morte, et avec elle un peu du mythe parfait de la femme sensuelle, qui dispense un charme aussi érotique qu’innocent et joyeux.

    Laura, je me rappelle des vieux Paris Match de mon enfance, qui étaient déjà des archives à l’époque. Je me rappelle ces pages où tu posais souriante à côté de Belmondo. Laura, tu étais la femme, brune et mystérieuse, sûre d’elle, cette actrice qui n’était pas dupe de ses rôles, malgré tout.  

    Laura Antonelli est morte, et avec elle le vestige d’un certain passé, insouciant, drôle, farfelu et peut-être même un peu trop insouciant.

    8751434991113.jpg

    laura.jpg