Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

livre de poche

  • Pieter Aspe - Le Carré de la Vengeance

    Pin it!

    J’ai mis cap vers les Flandres la semaine passée, vraiment par hasard pas mal de mes activités  m’ont portée vers ces terres si particulières. Demain je vous parlerai d’une promenade lilloise qui m’a beaucoup plus. Aujourd’hui il sera question de livre, avec Pieter Aspe et les aventures de son héros, le commissaire Van In. Dans le cadre du Mois Belge de Anne et Mina, il y a une journée consacrée au polar. Et tout les prétextes sont bons pour parler d’un bon bouquin !

    J’ai cherché un auteur de polar belge que je en connaissais pas, histoire de ne pas retomber dans ma facilité, à savoir (re)lire du Simenon par exemple. J’ai jeté mon dévolu sur Pieter Aspe, et comme je suis légèrement psychopathe, je ne pouvais commencer que par le premier volume des enquêtes du commissaire Van In, et non par n’importe quel opus. Du coup, il m’a fallu le temps de mettre la main dessus (une commande après de mon adorable libraire).

    Or donc, me voilà avec Le Carré de la Vengeance entre les mains, et moins de trois heures plus tard, j’avais englouti cette première enquête. Bah voilà, un héros bien dessiné avec une personnalité comme on aime, une histoire de cambriolage bien ficelée, un brin de sociologie avec des rapports de classe bien observé, la ville de Bruges en fond et un humour décapant, que demander de plus ? Autant vous dire que j’attaque fissa la suite des enquêtes du commissaire Van In ! Toutes ces pages m’ont donné envie d’une bonne pinte de Duvel et d’un autre séjour à Bruges ^^

    L’auteur écrit en flamand, je ne sais pas ce que penserait un néerlandophone à la fois francophone, de la traduction, mais j’ai bien aimé le style et l’écriture laissait vraiment transparaitre une ambiance toute particulière, un effet important quand on lit un polar… Par ailleurs, les romans de Pieter Aspe ont fait l’objet d’une adaptation pour la télévision. J’avoue que je suis tentée de voir cette série, mais quand j’aurais lu toute la série des Van In. Histoire de n’être pas « hackée » par l’imagination du réalisateur, priorité à ma propre imagination :)

     

    9782253127031-T.jpg

    Le Carré de la Vengeance – Pieter Aspe

    Dispo au Livre de Poche

  • Je n'ai pas peur - Niccolo Ammaniti

    Pin it!

    La rencontre entre un livre et son lecteur est souvent le fruit du hasard. Il y a les auteurs qu’on apprend à connaître, qui sont comme de vieux amis qu’on aime retrouver. Et puis il y a les camarades d’un moment,  les amants d’une nuit, ou les invités indésirables. Je pourrais trouver encore beaucoup de catégories pour désigner ce que je ressens face aux livres.

    Celui dont il est question aujourd’hui, est d’une sorte particulière : comme un inconnu rencontré au parc, entre midi et deux, et qui se met à vous parler, sans trop savoir pourquoi, jusqu’à raconter sa vie. Et vous, vous restez là, un peu embêtée, un peu intéressée, et finalement prête à écouter, après tout il ne s’agit que de cela.

    Le roman de Niccolo Ammaniti me fait un peu cet effet. Acheté par hasard (on dira que je fais bien trop de choses par hasard), lu un matin que je ne savais plus quoi choisir, lu d’une traite presque. Ai-je aimé ? Je ne sais pas trop.

     

    niccolo ammaniti,livre de poche,je n'ai pas peur,italie du sud,enlèvements


    C’est un roman de sensations, de souvenirs et d’étouffements. Il y a le soleil de l’Italie du sud, qui est là à chaque page, avec sa chaleur caniculaire ; il y a les maux d’enfance et les mots d’enfants qu’on étouffe, parce qu’on ne veut pas paraître comme-ci ou comme-ça devant les copains, ou parce que les parents n’écoutent pas vraiment de toute façon.

    Je n’ai pas peur est un roman réussi, qui décrit un moment particulier de l’Italie des années soixante-dix, de la pauvreté du sud, avec la violence froide des rapports de classe de l’époque (quoique cela n’a pas vraiment changé…)

    Tout cela est raconté par un jeune garçon, son village, ses camarades de jeu, sa découverte qui va bouleverser sa vie et celle de sa famille, la violence.

    En fait si, je sais : j’ai bien aimé. J’ai aimé que l’auteur s’asseye à côté de moi sur le banc dans le parc, et qu’il me raconte un petit bout de sa vie, alors que je ne l’avais peut-être pas envisagé comme ça.

    J’espère bien le recroiser un jour :)


    Je n'ai pas peur - Niccolo Ammaniti

  • Le Pays des 36 000 Volontés - André Maurois

    Pin it!

    Je parlais la semaine passée des nouvelles lectures de mon fils, et du fait qu’il grandissait. Loin de m’en plaindre, j’y trouve un nouveau plaisir en fait, celui de partager avec lui ce que moi enfant j’ai aimé.

    Chaque semaine presque, dans mes virées libraires, je pense à mon fils. Parfois il m‘accompagne et choisit lui-même un titre : il a comme moi ses lubies, et c’est ainsi qu’il a enchainé une bonne dizaine de Roald Dahl l’an dernier, entre deux Geronimo Stilton :)

    Ces derniers temps, je lui ai présenté d’autres belles plumes de mon enfance, Pierre Gripari, et puis aussi André Maurois.

     

    le pays des 36000 volontés,andré maurois,livre de poche


    Comme je l’ai aimé cet auteur, dans ses romans pour les grands (que je recommande à vos yeux) mais aussi dans ce délicat conte pour enfants, petits et grands.

    Le pays des 36000 volontés, c’est celui que va découvrir Michelle, petite fille de 7 ans. Alors qu’elle essaye vainement d’apprendre une fable pour l’école, Michelle va s’endormir pour se réveiller au milieu d’un drôle de désert, rencontrer un pharaon, et monsieur le corbeau Honteuzéconfus, des fées, une reine et tant de personnage extraordinaires.

    C’est un roman féerique et heureux, un voyage dans l’imaginaire d’une petite fille qui me laisse des années après encore de jolis souvenirs. Et c’est une chose que j’ai pu partager avec mon fils, qui a aimé, et a ouvert souvent de grands yeux d’étonnement.

    Il y a tant de trésors dans nos livres d’enfants.

     

    Le Pays des 36 000 volontés - André Maurois

    Au Livre de Poche - Dans les 4€