Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'enfance

  • En Route

    Pin it!

    Mercredi, jour des enfants et des sorties ciné : parfait pour vous parler d’un très joli film, En Route.

    Avec Fiston nous avons passé un peu plus d’une heure et demi pleine de rires, d’émotions et de surprise en compagnie d’un drôle de personnage : Oh.

    Ah mais c’est qui Oh ?

    C’est le héros du nouvel opus DreamWorks, en salle aujourd’hui :

    en route.jpg

    Oh et ses collègues les Boovs sont des aliens, amusants mais un peu égoïstes, qui fuient leur planète par peur de leur pire ennemi. Les Boovs ont choisi de venir sur Terre, et ont simplement décidé de coloniser la planète, reléguant les humains dans un terrain en Australie. C’est donc dans ce début pas très joyeux que l’on croise Oh, venu s’installer dans un appartement où ne subsiste plus aucun humain, sauf… Sauf une jeune fille, Tif, qui cherche à retrouver sa maman.

    Suite à une énième bêtise de Oh, ce dernier est recherché par les Boovs, et dans sa fuite il croise Tif et son chat. Unis momentanément dans la fuite, ils vont apprendre à se connaitre, malgré la situation, et la détestation de Tip pour les Boovs.

    À travers leur périple pour retrouver la maman de Tif, tout en fuyant les Boovs, nos deux héros vont apprendre à pardonner, à reconnaître l’amitié et le partage comme des éléments universels, jusqu’à comprendre que même avec des différences aussi fortes on peut être amis et se comprendre.

    Fiston a aimé car c’était à la fois drôle et émouvant, et ça lui a forcément rappelé des moments de sa petite vie, quand tout ne se passe pas bien à l’école, avec les copains. Et c’est je crois ce qui l’a touché dans le personnage de Oh : sa maladresse, sa façon d’essayer de se rapprocher des autres, souvent sans  succès, ses peurs et ses timidités, et aussi ce côté égoïste qu’on ne voit pas toujours chez soi. La façon dont les relations évoluent entre Tif et Oh n’est pas manichéenne, eu contraire il y a une subtilité qui nous rappelle combien parler avec sincérité, même quand on a peur, est important. J’aime ce genre de discours, je ne vous le cache pas :)

    Enfin, le film est trépidant, drôle (les Boovs sont franchement réussis, c’est plaisant pour les enfants et les grands !)

    La bande son est assuré par Rihanna, avec rythme et tendresse quand il le faut.

    Un dernier mot pour dire que Fiston a aussi adoré le chat, qui est juste trop mignon et adorable (et qui a du coup relancé l’éternel « je peux avoir un chaaaaaaaaat ? » de mon fils)

    film_animation_en_route_dreamworks_bulle_chat.png

    oh.png

    Filez voir En Route, et dites-moi si vous ne craquez pas pour Oh :)

  • Le Carnaval des Animaux - Orchestre Colonne

    Pin it!

    Le froid qui s’est abattu sur Paris rend toute initiative une véritable aventure quand on est un peu frileux. Bon, j’y repense cinq minutes et je me dis c’est ridicule ma petite, et en Suède, et au Canada, comment font-ils ? Le froid est un prétexte facile pour rester au chaud à lire à la maison, mais enfin on ne va pas rester coupé du monde jusqu’en avril… D’autant qu’à l’heure où j’écris ces lignes, le temps se réchauffe un peu.

    Bref j’avais froid, pas envie de sortir mais quand même un peu, et voilà comment on se retrouve un dimanche matin à l’aube, vers 10h30, devant le Cirque d’hiver pour assister à un concert d’éveil, autour de Schubert et Saint-Saëns, avec Fiston.

    Et bien c’était juste génial !

    L’Orchestre Colonne, honorable institution parisienne, propose régulièrement des concerts d’éveil, en direction des jeunes, très jeunes, et de leurs parents. La séance à laquelle nous avons assisté, mettait à l’honneur Schubert et sa Symphonie Inachevée dans un premier temps. Le chef d’orchestre Laurent Petitgirard a le don pour mettre la musique à notre portée : il explique chaque mouvement du thème, la place des instruments, pourquoi et comment ils interviennent dans la partition, pour donner une chose aussi belle que la Symphonie Inachevée. C’est toujours intéressant et jamais pesant ou ennuyeux : il y a de la gaieté chez Laurent Petitgirard, un amour de la musique aussi, qui se transmet au public joyeusement.

    Après Schubert, est arrivé Camille Saint-Saëns et le Carnaval des Animaux, autrement dit LE truc qui a motivé mon fils à m’accompagner. C’est simple il connaît cette pièce musicale par cœur. C’était amusant de le voir anticiper les explications du chef d’orchestre, la présentation des animaux et des instruments qui les jouent ! De plus, il y avait une véritable complicité entre le récitant et le chef d’orchestre, puisque c’est Tristan Petitgirard qui donnait vie au Carnaval des Animaux.

    Mention spéciale aux musiciens de l’Orchestre Colonne : tous étaient dans cet esprit joyeux et fraternel, autour de la musique, pour les enfants et les parents, avec une véritable implication, qui se voit et qui fait plaisir !

    Si vous avez l’occasion de les voir en concert, n’hésitez pas. Il y a régulièrement des séances d’éveil, le programme est disponible sur le site internet de l’Orchestre Colonne.

    DSCN1169.JPG

    DSCN1157.JPG

    DSCN1156.JPG

    DSCN1158.JPG

    DSCN1161.JPG

    DSCN1162.JPG

    DSCN1163.JPG

    DSCN1164.JPG

  • Noël et moi

    Pin it!

    Noël arrive bientôt, je ne vous apprends rien :). On a tous nos raisons d’aimer cette période, je crois que dans le fond, qui que l’on soit, il y a quelqu’un quelque part qu’on aime voir sourire, quelqu’un dont on attend l’expression de joie et de contentement, quand on lui prépare une surprise ou un cadeau.

    Depuis que je suis tata, et bien plus encore depuis que je suis maman, j’attends chaque occasion de vivre cela : le moment où l’enfant tant aimé va ouvrir de grands yeux, faire un sourire qui vaut à lui seul tous les soleils du monde, et découvrir combien on a pensé à lui. Les cadeaux ne sont pas la meilleure démonstration de l’amour, loin  de là, mais ils ont cet avantage de restituer concrètement les pensées d’amour qui nous ont accompagnés. J’aime offrir des cadeaux aux enfants particulièrement parce qu’il y a en plus cette joie spontanée qu’ils nous offrent : et c’est le plus beau cadeau qu’on puisse recevoir, nous, j’en suis certaine.

    Je ne me lasse pas de voir un enfant découvrir un cadeau :)

    003.JPG

    Mademoiselle A. qui découvre son Escargot Musical Fisher Price

    006.JPG

    Navrée pour cet article bisounours, mais c’est la période ou jamais, non ?

  • Un concours qui brille, avec Philips et Disney !

    Pin it!

    Il y a quelque temps de ça, le Père Noël ayant avancé un peu sa tournée,  deux nouveaux amis ont débarqué à la maison, pour veiller sur mon fils, en quelque sorte :) Bob et Flash MacQueen ont illuminé, au sens propre comme au figuré, le regard de mon fils quand il s’est posé sur ces deux petites lampes.

    Je crois que jamais je n’avais été aussi enthousiaste à la découverte d’un nouveau produit. Une seule raison à cela : voir l’effet que ça fait sur mon petit garçon :) Et oui, deux de ses héros favoris sous la forme de lampes douces et bienveillantes, que demander de mieux ?

    Je ne vous embêterais pas avec les considérations techniques, mais vous devinerez facilement que ce sont des objets sécurisés, pratiques, et Bob notamment est une merveille à manipuler : une fois la prise débranchée, il reste lumineux de longues heures, et mon fils adore le prendre dans le lit, comme un doudou magique qui lui permet de lire en plus.

    photo 1.JPG

    photo 2(1).JPG


    Les photos prises à l’Iphone ne rendent pas hommage à ces petites lumières. Ici, on adore lancer ce que mon fils appelle l’arc-en-ciel de lumière de Flash MacQueen : en effet, la lampe offre une variation des couleurs propre à enchanter, et c’est l’occasion d’expliquer le spectre de la lumière et le cercle chromatique, comme quoi ^^. Pour le coup, merci Philips et merci Disney pour ces moments lumineux :)

    Et vous allez pouvoir juger vous-mêmes des qualités et adopter certainement les lampes Philips | Disney. J’ai la possibilité de faire gagner à deux d’entre vous, un exemplaire parmi les deux lampes LivingColors Cars ou Candle Minnie :

    CandleLights Philips Disney 3-blog.jpg

    LivingColors Micro Cars X2-blog.jpg


     

    Pour cela, rien de plus simple : un commentaire pour me dire quelle lampe vous plait et à qui vous la destinez. Arrêt des commentaires et tirage au sort des deux gagnants lundi 23 décembre à 20h !

     

    En attendant, rien ne vous empêche de vous faire plaisir, en allant sur la boutique Philips | Disney , en utilisant le code dclmbf6c40 vous bénéficierez de 10% de réduction (perso, j’ai commandé Sully pour tenir compagnie à Bob ^^)

    Enfin, sur la page Facebook Philips Lighting, vous pourrez encore participer au concours photo pour gagner des lampes, dépêchez vous ! Sans compter les conseils de la reine du home staging, Sophie Ferjani : j’ai glané quelques idées pour jouer avec la lumière, c’est pas mal du tout !

    Sur ce, je retourne terminer ma propre wish list de Noël :)



    EDIT => Les gagnants sont Serge pour la lampe Minnie, et Noukette pour la lampe Cars, merci de me donner vos coordonnées par mail (danslessouliersdoceane at gmail.com)

  • Le Pays des 36 000 Volontés - André Maurois

    Pin it!

    Je parlais la semaine passée des nouvelles lectures de mon fils, et du fait qu’il grandissait. Loin de m’en plaindre, j’y trouve un nouveau plaisir en fait, celui de partager avec lui ce que moi enfant j’ai aimé.

    Chaque semaine presque, dans mes virées libraires, je pense à mon fils. Parfois il m‘accompagne et choisit lui-même un titre : il a comme moi ses lubies, et c’est ainsi qu’il a enchainé une bonne dizaine de Roald Dahl l’an dernier, entre deux Geronimo Stilton :)

    Ces derniers temps, je lui ai présenté d’autres belles plumes de mon enfance, Pierre Gripari, et puis aussi André Maurois.

     

    le pays des 36000 volontés,andré maurois,livre de poche


    Comme je l’ai aimé cet auteur, dans ses romans pour les grands (que je recommande à vos yeux) mais aussi dans ce délicat conte pour enfants, petits et grands.

    Le pays des 36000 volontés, c’est celui que va découvrir Michelle, petite fille de 7 ans. Alors qu’elle essaye vainement d’apprendre une fable pour l’école, Michelle va s’endormir pour se réveiller au milieu d’un drôle de désert, rencontrer un pharaon, et monsieur le corbeau Honteuzéconfus, des fées, une reine et tant de personnage extraordinaires.

    C’est un roman féerique et heureux, un voyage dans l’imaginaire d’une petite fille qui me laisse des années après encore de jolis souvenirs. Et c’est une chose que j’ai pu partager avec mon fils, qui a aimé, et a ouvert souvent de grands yeux d’étonnement.

    Il y a tant de trésors dans nos livres d’enfants.

     

    Le Pays des 36 000 volontés - André Maurois

    Au Livre de Poche - Dans les 4€