Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nicolas sarkosy est petit

  • En mode gros blaireau

    Pin it!

    Il y aune chose qu’on ne peut pas reprocher aux gros blaireaux, c’est l’inaction. Hélas.

    Ainsi de notre Bien-Aimé dirigeant, notre Phare lumineux, notre boussole suprême.

    Nico le Cador n’est jamais en reste pour les excuses bidon, les arguments à 2 balles.

    La Gros Blair’ attitude c’est un art chez lui, une recherche de tout les instants. Le mépris des conventions et l’arrogance du verbe sont devenu un classique chez ce type. Je ne vous ferai pas un best-of des conneries présidentielles, on y passerait l’année.

     

    On va juste se concentrer sur les quelques jours passés, en essayant de rester calme : il faut dire que j’ai tendance à vite adopter un vocabulaire peu amène dès qu’on parle de lui.

    L’affaire des attentats de Karachi est remontée à la surface récemment, dans des circonstances assez difficiles, qui viennent en tout cas mettre en cause les personnalités politiques de l’époque dont notre grand conducator.

    Là ou un homme un tant sois peu conscient de sa position et de l’honneur de son rang aurait au mieux démissionné (ah je rêve !!) au pire balayé ces propos d’un pudique « je fais confiance à la justice de mon pays », le notre se fend de propos gênés, outrés, rigolards et pour tout dire, assez crétins !

     

     

    « La douleur des familles, des trucs comme ça », et oui, c’est là qu’on comprend que la lecture de classiques tel que la Princesse de Clèves permet d’acquérir un minimum de vocabulaire. Et le champ lexical français est grand qui permet un choix précieux pour évoquer cette douleur des familles, ces questions qui doivent les hanter, et qui n’attendent qu’une chose, une raison à leur deuil, un éclaircissement, une réponse.

    Le manque de classe à ce niveau là ça devient pathétique. S’il est réconfortant de se moquer de Bush, puis de Berlusconi, regarder notre dirigeant devient une honte, un calvaire.

    Autre saillie de Nico, cette fois à propos du travail du dimanche. C’est une question importante, qui mérite un débat, et la mise en perspective des enjeux économiques et sociaux : quelles garanties salariales, de volontariat, quelles compensations, quel encadrement, bref il y aurait beaucoup à dire !

    Mais Nico lui il a un argument de choc, une évidence qui balaient toutes les autres :

     

    Michelle O. a presque eue du mal à faire son juste shopping ! Bordel, la First Lady elle attendait que ça en venant à Paris, faire son Shopping comme toute greluche qui se respecte, et nous, chiant salarié français, fainéant, on a failli l’en empêcher ! Mais que fait l’armée !

    Je passe sur la réduction qu’il fait de cette visite américaine, en ne retenant que cette anecdote pour nous la ressortir de manière fumeuse, je passe sur l’association de pensée femme=shopping ; il n’a peur de rien. Il nous fait du Poujadisme d’élite. Vous savez Pierre Poujade, ce gars surfait sur un créneau simple : les vrais problèmes des petits commerçants et des petites gens. Nico lui il veut nous faire pleurer sur les nos Amis les Riches qui ne peuvent faire leur shopping à tout heure du jour et de la nuit !

    Le travail du dimanche nécessite un véritable travail de réflexion, et pas juste une bataille d’anecdote et de phrases à l’emporte pièce. Mais c’est certainement trop en demander.

    Bon, mes chouchous, plus tard on causera shopping, aussi, mais shopping du samedi en solde !