Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

féminisme - Page 2

  • De tout et de rien

     

    Nous sommes le 12 du mois, et j’ai encore 5 tickets Resto. C’est une chose qui n’arrive jamais. C’est la fête au village.

     

    Hier soir, j’ai mis 1heure 30 à rentrer en bus. Des encombrements il parait. Ce soir ce sera pire, avec le concert d’AC-DC.

     

    J’ai acheté Votre Beauté : ce magazine est surkiffant, c’est totalement futile et inutile, donc très précieux.

     

    Je termine de lire les bouquins de Pascal Fioretto, et franchement c’est à se tordre de rire, je vous en reparle très vite !

     

    Pour en finir avec mes envies de « travaux manuels », j’ai acheté un peu de laine, des aiguilles et un autre bouquin que celui que j’avais (le tricot pour les nuls, est ….nul).Je vais donc tenter un peu ce week-end d’aboutir à quelque chose de pas moche.

     

    Je suis allé chez André, qui est un marchand de chaussures.

     

    Et Ô Miracle :

     

     

    m_SN151553.JPG
    m_SN151567.JPG
    Tu n'es pas fou: oui ce ne sont pas des chaussures !

     

    Les ballerines Maje pour André sont moches en vrai et coûtent un œil et demi.

     

     

    J’ai regardé Infrarouge sur France 2 hier soir. Le reportage sur les hommes était très troublant, très déstabilisant.

     

    J’avais l’impression de rentrer dans leur tête. Les histoires difficiles de ces hommes, de leur relation aux femmes et à leur mère, étaient très fortes.

    Je me suis souvent posé la question de la puissance masculine, opposé à la puissance féminine. Comme si les uns et les autres ne pouvaient vivre en harmonie (allez-y sortez vos mouchoirs). Je veux dire que je pense que l’égalité n’existe nulle part pour personne : il y aura toujours une frange de la population qui dominera l’autre, soit une frange sociale, ou ethnique ou sexuelle, ou toute à la fois.

    Je ne suis pas féministe au sens habituel du terme : encore que je ne sois pas sûre de ce que féminisme signifie.

     

    Je suis assez simple comme fille, j’aimerais que tous les gars et les filles de la terre se donnent la main, et on ferait une chaine, et plein de bisous et on s’aimerait tous, et il n’y aurait plus de guerre ni de famines, et j’aurais aussi gagné au loto. Comme je ne joue pas, je vous laisse imaginer le degré de réussite possible.

     

    Dans la vraie vie j’observe les choses, et j’observe que le féminisme a surtout permis d’ouvrir la politique aux femmes de politiciens ; d’ouvrir les postes de hauts-cadres aux descendantes des dynasties économique et financières. Pendant ce temps, les ouvrières et les employées continuent à gagner moins et à être la proie rêvée de la précarité  sociale.

    Pendant ce temps, l’image de l’homme est réduite à deux clichés : l’homme prédateur et conquérant, séduisant et fort ; ou l’homme faible, effacé, inutile.

    Je force un peu le trait, et je suis brouillonne dans mon propos, mais ce reportage à réveillé des pensées un peu mélangées sur les rapports hommes-femmes.

    Ne tirez pas de conclusions hâtives de ce que je viens de dire, c’est un peu brumeux comme je le dis là. Je vais essayer d’en reparler une autre fois de manière un peu plus structurée.

     

    Il y a plusieurs concours bloggesques  auxquels j’aimerai participer, je vais tenter de les faire, et de ne pas me faire déborder par le temps.

    Pareil, il y a quelques tags que j’ai repérés et qui me tiennent à cœur. Je vais programmer ça pour la semaine prochaine.

     

    Je ne remets pas la main sur ma vareuse jaune Saint-James, et ça m’énerve ! Ça me fait aussi penser que j’avais parlé de montrer mes marinières pour Angie (qui ne s’en rappelle peut-être plus).

     

    Il y a plein de choses que je voudrais vous montrer, des coup de cœur, ho rien d’exceptionnel, mais un empilement de petits plaisirs qui ravissent mon quotidien.

     

    La femme infidèle que je suis (infidèle aux parfums, qu’allez-vous penser ?), est tombée raide dingue d’Escale à Portofino et Escale à Pondichéry, de Dior. L’élégance en flacon !

     

    J’en reviens toujours à la futilité de l’instant. En attendant la suite.

  • Ma vie en rose

    La vie s'est teinte en rose fifille ce week-end. Du rose partout, pour tout, n'importe comment je retombais sur du rose.

    Certes je suis une fille ( d'où la certitude, la seule, que je tiens un blog de fille...) mais le rose est loin d'être ma couleur !

    La fin de semaine dernière j'ai été assez peu présente sur ce blog, puisque je passais l'essentiel de mon temps à consoler au téléphone une copine. La dite copine se fait à mon sens balader depuis un moment par son connard de fils de pute petit ami.

    Depuis quelques mois, ce bellâtre ne trouve que des reproches à lui faire, son manque d'ambition par-ci, sa "jalousie" par là...Ma copine est jolie comme un coeur, passe son temps à se faire draguer (grrrr des fois MOI je suis jalouse !) et elle est gentille, serviable, consciencieuse dans son travail, bref une perle, et une jolie perle !

    Mais Mister veut vivre en célibataire, et s'est quand même offert deux voyages à New-York à la Saint-Valentin,  puis au Maroc, mais à chaque fois seul !!! Oui, un voyage de Saint-Valentin seul, parce que "tu comprends, on peut pas être collés tout le temps ensemble ma chérie" dixit...

    Je vous épargne  les heures passées en soirée sur Facebook à délirer avec une brochette de relations quasi jamais rencontrées...Sauf une fille, une fille, pour qui il est très disponible.

    Alors on va aller vite fait sur le sordide, sur les sms explicites, les conversations coupées quand ma copine arrive dans la pièce, le verrouillage du dossier photo...rien que du classique revue à la sauce nouvelles technologies.

    Puis la recherche google de trop: Hôtels sur Paris. Et le fax de confirmation d'une réservation pour le week-end dernier au nom de ce gros connard type ET de la fameuse fille de Facebook. Ce qui n'est pas très intelligent, convenez-en.

    Et bien sûr, il avait préparé le terrain: "Chérie ce week-end, j'ai un imprévu, je dois partir voir ma môman...

    Penses-tu qu'elle allait passer sur ça: non, on va dire modestement qu'elle l'a interpellé sur ce sujet. Je ne l'aurais pas fait si tôt...

    Mais ce qui est encore plus stupide, c'est la classique réaction de notre Mâle dominant: c'est pas ce que tu crois.

    Elle vient voir sa tante malade, à Paris. Si si, ne riez pas.

    Et pourquoi un hôtel 3 étoiles ?? Heuuuuuuu, parce que, ça compte comme réponse ??

    Et pourquoi ne pas en parler ? T'aurais mal interprété...Voyons...

    Et ce week-end chez ta maman alors? Bah, heuuuuu, bah je sais pas...

    Voilà l'histoire.

    Et la pauvre chérie sortait il y un an d'une histoire un peu similaire avec un queutard Don Juan de première !


    Vous me direz: ET LE ROSE ALORS, MERDE ON A ETE FLOUE SUR LE TITRE !!!!!!!

    Meuh non, j'y viens au rose ! Plein de rose, vous allez me remercier pour tout ce rose!


    Et bah ma copine, elle m'a vraiment brisé le coeur, et j'ai pensé à elle en continu, entre les moments où je ne l'avais pas au téléphone. Et comme je n'avais pas sur moi le numéro de téléphone de mon copain Vladco le Serbe, dit le Briseur de Genoux, dit le Guérisseur d'Infidélité, j'ai dû me rabattre sur une autre solution: mettre du rose dans sa vie, et qu'elle arrête de pleurer surtout !

    Alors j'ai déclenché l'opération " Gunter ist mein freunde", pour les quelques non-germaniste, Gunter est mon ami.

    Gunter c'est lui. Le petit garçon sur les paquets de Kinder.

    g.jpg
    Il est pas choupi le Gunter ??

     

    Bref, je lui ai fait un petit panier, avec dedans, des Kinder en tout genre, des culottes ROSES, du vernis ROSE, et ce bouquin:

     

    SN151643.JPG

     

    Merveilleux livre de Lucia Etxebarria,dont le titre est très explicite: Je ne souffrirai plus par amour. L'auteur revient sur tout les stéréotypes de l'amour, la tyrannie des sentiments, comment elle nous vient et  comment la maitriser. De Cupidon à Friends, en passant par Roméo et Juliette, elle dissèque toutes nos habitudes amoureuses et nous montre un chemin d'indépendance féminine, et surtout de non-souffrance ! C'est un écrit féministe comme je les aime: pas de misérabilisme, pas de revendications pour la revendication, et beaucoup, beaucoup d'empathie et d'humanité ! Lisez-le, offrez-le autour de vous.

    Ma copine commence à le lire et je crois qu'elle sourit quelque fois.

    Maintenant venons-en à moi.

    REGARDEZ MON PORTABLE ROSE : que je me tape depuis un moment déjà, because j'ai cassé l'autre, oui je suis une buse...Et c'était le seul pas trop cher avec les points. Ouiiiiiiiiinnnn !!

    SN151641.JPG

     

    Je souffre trop, c'est la honte, faites quelque chose, lancez un Iphonethon, ou au moins faites part d'un bon plan !

    Alors pour me consoler, et parce que je ne suis qu'une fille influençable, je me suis laissé infulencer, par deux blogueuses influentes.(j'ai battu mon record du placement du  mot influence !!)

    Angie et Camille, qui n'est pas une It-Girl pour rien ! Oui j'ai acheté le Neutrogena wave bidule.

    La preuve, en rose:

    SN151644.JPG

     

    Et c'est pas mal, je reconnais que c'est efficace. Juste qu'il faut acheter des recharges, et que je n'en n'ai pas encore vu en rayon... Et qu'Il m'a demandé si c'était un mini-vibro...

    Voilà voilà...12€, avec une réduc' de 3€, ça va, c'est pas la mort.

    Bon, je vais me préparer  une semaine en gris, puisque c'est la semaine de l'AUDIT, the famous audit, with men in black suit, et des tronches pas rieuses.

    Je vais me mettre au prozac pour l'occasion.

    Sinon, j'ai une collègue de boulot, limite anorexo, sans porter de jugement (si un peu quand même, mea culpa), qui s'est acheté une boite de Ally, la magic pilule pour piéger ton gras dans tes selles. Mmmmmm c'est glamour tout ça, mais j'en reparle une autre fois.

    Allez j'y vais, faut que j'appelle mon pote Vladco...

    Je vous laisse avec Zazie, et Dominique Dalcan.