Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bavardages

  • Recette pour une journée sans banana bread

    Pin it!

    C’est toujours intéressant de parler de soi, non ? Peu importe, considérez que je parle à voix haute. Le problème c’est que je pense trop, à des tas de choses inutiles, superflues, envahissantes, et inutiles surtout.

    Autant les partager (tant pis pour vous, pauvres lecteurs perdus par ici).

    Je n’ai jamais fait de banana bread. Je n’ai jamais de bananes assez mûres. Les fruits sont toujours mangés très vite chez moi.

    Je pense souvent à Leonard Cohen en ce moment, à cause de sa chanson Who By Fire. Elle m’obsède un peu, genre depuis six mois, et là ça commence à faire long, je ne sais pas si je dois en parler à quelqu’un en particulier.

    Je n’ai jamais mangé de banana bread. Pas encore eu l’occasion, et jamais croisé de boulangeries qui en vendent. En même temps je n’aime pas la banane cuite. Ceci explique cela ? Un évitement consciencieusement inconscient ?

    J’ai trop de lubies à gérer en ce moment. C’est comme des petits parasites qui viennent, heu parasiter ? mes journées. Quoique j’exagère, je les gère tellement mieux qu’avant.

    Exemple de lubies ? Tu ne veux pas vraiment savoir, mais moi je ne t’épargne pas. Je cultive mes obsessions, jalousement, comme autant de tares à laquelle je tiens précieusement.

    J’ai la lubie des livres qui contiennent le mot Leviathan, alors je les lis tous, du moins j’essaie. Depuis le Leviathan de la Bible, au Leviathan de Paul Auster, en passant Par Thomas Hobbes ou Julien Green. Mon monde s’éclaire quand j’en découvre un nouveau à lire.

    Je suis obsédée par les livres dont le titre contient American quelque chose. Même punition : je cours après les American Psycho, les American Pastoral, American Darling, American Rhapsody, et tous ceux qu’il me reste encore à lire.

    Je devrais peut-être acheter des bananes, les laisser mûrir et faire ce fichu banana bread histoire d’évacuer le problème une fois pour toutes.

    Je pense souvent à certaines actrices, elles ne sont pas mortes, si ce n’est pour le cinéma contemporain, qui les ignore complètement. Je pense souvent à Gabriel Anwar et à son parfait pas de danse avec Al Pacino dans Le Temps d’un Week-end. Je pense aussi souvent à Phoebe Cates, et aussi à Geneviève Bujold et Ali McGraw.

    Tiens, elles sont toutes brunes. N’y voyez rien de définitif.

    Je pense souvent que les paroles de Who By Fire sont exactement ce que je voudrais entendre en ce moment même, alors je l’écoute (merveille de l’internet, tu consommes instantanément tes désirs) (notez que je n’ai pas cédé au désir (brûlant) de faire un jeu de mots à base de désirs qui se consument dans le consumérisme (trop attendu) (mais tentant))))

    Je crois que je relie cette envie de banana bread à quelqu’un qui en fait souvent et que j’aime bien, de loin. Je crois que je voudrais qu’elle me dise, viens, j’ai fait un banana bread, viens à la maison en goûter un morceau avec moi. (Je crois que je mets trop de sentimentalisme dans ce banana bread, je serais forcément déçue (c’est une sorte d’ostie, une communion avec quelqu’un que je ne mérite peut-être pas (il faut dire que je suis loin d’être l’amie idéale) (distante, timide, recluse dans un monde imaginaire))))

    La dernière fois que j’ai ressenti l’assaut d’une lubie, c’était avec la couleur jaune. Il me fallait tout en jaune (une robe, un sac, un livre (n’importe quel livre avec une couverture jaune soleil suffisait à mon bonheur (pas reluisant pour une lectrice exigeante (ouais non, exigeante oui et non, je suis à géométrie variable, question exigence) une paire de chaussures, une broche, n’importe quoi de jaune m’emplissait de joie (je crois sincèrement que la couleur de la joie est le jaune)))))

    Quand j’aime une chanson je peux l’écouter cent fois d’affilée : ce n’est pas une figure de style, je l’écoute cent, deux-cent fois, jusqu’à en gaver chacune de mes cellules, et même alors je ne m’en lasse pas, et il ne me reste plus qu’à pleurer d’incompréhension (parce que je ne comprends pas ce qui se passe, je suis juste effarée par ma propre obsession et par ce qu’elle peut cacher ou révéler (rien ? allez savoir))

    Avez-vous parfois des révélations sur vous-même ? J’aime bien ce mot, révélation (tiens, cherchons voir s’il n’y a pas quelques dizaines de bouquins à lire contenant le mot Révélation) (nous voilà à nouveau au bord du gouffre du n’importe quoi) (enfin, nous, moi surtout, et évidemment je ne reculerai pas (je vous tiens au courant de la liste des livres « Révélation », si vous insistez)

    Pardon mais j’en reviens à ce banana bread : comment m’en débarrasser ? Dois-je filer chez Starbuck en acheter un, l’engloutir et constater le goût amer de la déception ? Parce que forcément ce sera décevant, ce ne sera pas LE banana bread, ce plat qui mérite un cérémonial ne saurait être assimilé à ce truc vendu par une multinationale qui deal du sucre sous forme de café. Ça ne se peut.

    Je me rends compte que la banane est un fruit jaune, comme le bonheur.

     

    c5b04d794b107e0b03aaccd8f4d820f1.jpg

  • Fin de partie

    Pin it!

    Wow, ça faisait un moment que je n’étais passée par ici… Plein de bonnes raisons, notamment ma santé, qui a joué aux montagnes russes tout l’été.

    Oui je n’allais pas bien, rien de très grave en réalité (quoique le terme emphysème fasse un peu peur.)

    C’était un été surréaliste, durant le quel j’ai passé de bonnes vacances entre deux moments où je pensais y laisser si ce n’est ma peau, du moins mes poumons. Un été où l’on m’a demandé d’arrêter de fumer pour aller mieux, sauf que je ne fume pas docteur, ni ne côtoie de fumeurs… Un été où j’ai parfois eu le dynamisme de Jeanne Calment en fin de vie, avant de retrouver moitié moins de tonus qu’un élastique tout neuf.

    Bref, j’ai trainé ma carcasse, perdu du temps à faire les choses si lentement, si doucement, pur ne pas m’essouffler.

    J’ai un peu trainé sur Twitter, Instagram (ça va, il y a plus fatigant.)

    J’ai un peu lu mais pas tant que ça : c’est bizarre d’être essoufflée, et donc épuisée, même assise, même allongée, tant et si bien que lire est impossible.

    J’ai l’impression de me plaindre, alors que non, ça va tellement mieux (merci le pneumologue en or).

    J’ai hésité à revenir écrire ici, en me disant que personne ne m’y attendais, mais le fait est que moi, je m’attends ici depuis un moment, alors je me souhaite bon retour.

    Flamingo1.jpg

  • Faites des pères cinéphiles, à la peau douce et ponctuels

    Pin it!

    Autant j’ai allègrement zappé l’idée de parler de la fête des mères ici, va savoir pourquoi, un blocage psychanalytique qui resurgit certainement, autant la fête des pères ça m’inspire.

    J’aime bien faire des cadeaux, c’est comme ça, j’adore l’idée de réfléchir à ce qui pourrait faire plaisir à X ou Y, c’est un challenge un peu plus amusant que d’autres.

    Voici donc quelques pistes, de ce qui pourrait être un cadeau agréable pour un homme moderne et charmant et papa en plus.

    Pour commencer, quoi de mieux qu’un belle montre pour son papa chéri ? Le genre de montre qu’on garde toute sa vie, qui a du style et qui est intemporelle en même temps. La mode est au montres connectées, certes mais franchement moi je craque infiniment plus facilement pour une belle montre mécanique (j’en ai une belle collection, c’est indécent comme j’aime ça !) que ce soit pour moi ou un homme. Fossil, dont j’aime toujours les accessoires, propose une belle gamme de montres pour homme. En voici tout particulièrement deux qui ferait bel effet sur n’importe quel papa !

    fossile 1.jpg

    Fossil 2.jpg

    Acier ou cuir, elles ont toutes les deux leur charme, je n’arrive pas à les départager. Bon, ce n’est pas pour moi, dommage :)

    Ensuite, un papa (presque) idéal a la peau douce et bien soignée, pour son bien et pour le plaisir de lui faire des bisous. (Enfin, je dis ça mais j’adore embrasser des barbes rêches, je dois avoir un grain !) Pour les tenants de la douceur et du soin, je conseille toujours les produits Biotherm Homme. Je me demande si ce ne sont pas les premiers à avoir capitalisé sur le sujet ? Enfin peu importe, s’il y a bien des produits de beauté pour homme que j’aime offrir, c’est ceux de cette marque. La gamme après-rasage notamment est une merveille, surtout le baume hydratant apaisant. Je vois en allant sur le site de la marque que David Beckam est leur égérie (ça se dit égérie pour un homme ?) pas mal ce petit David, y a moins attrayant comme modèle à suivre ^^

    biotherm 1.png

    Si le papa à fêter est cinéphile ou de bon goût, voire les deux, il y a une très bonne idée, toute simple : lui offrir n’importe quel film de Steve McQueen. Il va de soit qu’un papa cinéphile et de bon goût les aura tous vu, mais bon, il y a des papas qui démarrent dans la vie, qui n’ont pas encore eu le temps de voir la filmo intégrale de mon acteur favori de la vie entière : je peux comprendre. Raison de plus de chopper un DVD de Bullit, ou de La Grande Évasion, ou de l’Affaire Thomas Crown, ou de Papillon, ou des Sept Mercenaires, bref un film avec Steve McQueen.

    bullit.jpg

    steve-mcqueen-et-les-photographes.jpg

    Toujours dans l’univers du cinéma, avec le concept « box » en plus, le très chouette site Paris Fait Son Cinéma (dont je vous recommande la lecture), propose une box, sur le thème du cinéma évidemment, avec un film pour se constituer sa propre cinémathèque idéale, et des goodies et menus objets en rapport avec l’univers du dit film. Je trouve que c’est une manière ludique et moderne de faire revivre des classiques.

    site-la-box-fait-son-cine-ma-1.jpg

    Voilà mes lapins ; j’espère que vous retiendrez ces quelques idées pour une prochaine fête des pères ou simplement pour faire plaisir. Sachez en tout cas que c’est un billet 100% non sponso ni partenaire ou qu’est-ce : juste une liste sincère de mes coups de cœur sur le sujet, à mon initiative ! Je préfère préciser :)

     

    Steve.gif

    Oh Steve <3

  • Fatrasie du vendredi #suite

    Pin it!

    Cette fatrasie du jour risque un peu de prendre des allures de Carnets du Monde, versant condoléances. J’avais envie d’évoquer quelques disparus très récents, qui ont marqué le monde des lettres, et que je vous invite à découvrir, si ce n’est déjà fait.

    Maurice Pons nous a quittés cette semaine. On croit les écrivains éternels, et un jour le temps vient pour eux, comme il viendra pour nous, de quitter cette terre. Maurice Pons nous laisse une vie remplie de mots et de combats, une vie discrète et riche, qui a inspiré ses lecteurs. Si vous ne connaissez pas encore, je vous suggère avec force de lire Le Passager De La Nuit, et Les Saisons. Son décès me rappelle combien de ses livres il me reste encore à découvrir… On peut lire sur Bibliobs un très beau portrait de lui.

    Pons.jpg

    Autre disparition, celle de Marcel Zang, un dramaturge nantais, et oui, Nantes, encore une fois, qui contient le monde et les merveilles qu’il nous apporte, puisque Marcel Zang a des origines camerounaises. J’ai eu l’immense chance de voir une de ses pièces à Paris, je m’en souviens bien car j’étais enceinte de mon fils et c’était une des dernières sorties que j’ai pu faire avant d’être trop fatiguée par la grossesse. Cette pièce, m’avait marquée, presque traumatisée, par sa réflexion sur la liberté, nos prisons intérieures et sur ce qu’est l’Autre : quelqu’un, hum, a dit que c’était l’enfer, Zang nous pousse à nous questionner sur la notion de pureté, qui nous mène à brûler cet autre. On peut lire Slate Afrique un portrait de Marcel Zang, et mieux encore se procurer ses pièces, éditées chez Actes Sud.

    Marcel Zang.jpg

    On reste encore un instant à Nantes, où l’on pourra admirer une œuvre de François Morellet, autre disparu du mois de mai. Si vous avez fait un jour le Voyage à Nantes, vous avez certainement déjà admiré De Temps En Temps, et l’affection de Morellet pour le travail du néon. Par ailleurs, les nantais, quand ils vont à la médiathèque Jacques Demy, passent, parfois sans le savoir, devant une fontaine, œuvre de François Morellet. Et puis, nantais ou non, nous pouvons admirer ses œuvres à Beaubourg, distinction qui lui a été faite de son vivant : assez rare pour être souligné.

    estuaire.jpg

     

    L’art et la littérature sont objets de vie et de réflexions, et Joseph Andras réveille mon enthousiasme, et avec quelle force ! Je parlerai bientôt de ma lecture de son roman, mais en attendant j’aimerai partager avec vous un entretien, qu’il a donné au site The Dissident. Il parle de son roman bien sûr, mais surtout de son attachement aux mots, aux détails (comment ne pas craquer), aux sonorités et à la musicalité des phrases. Il m’enchante quand il parle de la poésie et de son apprentissage de la littérature. J’admirais déjà son roman, après cet entretien me voilà admiratrice de l’homme. J’ai très envie de le rencontrer et de le faire parler, des heures, de poésie. Doux rêve…

    On reste dans le domaine de la littérature, avec cette fois un côté un peu plus futile, mais très agréable encore. La boutique Etsy de Jane Mount regorge de petites merveilles qu’elle dessine, et qui donnent de très jolies objets, à collectionner forcément. Des badges, des tote bags, à l’effigie de nos romans préférés : là encore, comment ne pas craquer ? C’est juste adorable, ne me dites pas le contraire ^^

    jane.jpg

    Si l’on s’y prend bien, les livres nous accompagnent à chaque moment de nos journées, hantent nos pensées et diffusent un mélange d’émotions dont on ne peut plus se passer.

  • Paris je t'aime

    Pin it!

    Le beau temps est revenu à Paris. Brièvement parait-il. Assez cependant pour me rappeler combien j’aime Paris au printemps.

    J’aime me promener au Luxembourg, le matin, vers dix heures, quand il n’y a pas encore grand monde affalé sur les chaises. J’aime marcher sans but, sans autre idée que de traverser la ville, pour la redécouvrir encore et encore. J’aime cet anonymat que Paris autorise. On peut marcher longtemps, sans croiser une connaissance : c’est presque rassurant, et protecteur. La grande ville permet à la fois la solitude et la foule.

    J’aime apercevoir de loin le Grand Palais et y fantasmer mille promenades, passées ou à venir, en amoureux. Paris est bien la ville de l’amour, mais, à ses ponts tristement cadenassés, il faut préférer les jardins qui sont de parfaits écrins aux romances naissantes.

    J’aime regarder les files de touristes venus s’extasier en masse sur les beautés du Louvre, ou d’Orsay, et me dire qu’il m’est donnée de voisiner ces lieux chaque jour de ma vie. C’est fou… Et pas un lieu qui ne me rappelle un roman, un poème. C’est la beauté de Paris : éternelle héroïne des plus grands écrivains.

     

    Le Jardin - Jacques Prévert

    Des milliers et des milliers d'années

    Ne sauraient suffire

    Pour dire

    La petite seconde d'éternité

    Où tu m'as embrassé

    Où je t'ai embrassée

    Un matin dans la lumière de l'hiver

    Au parc Montsouris à Paris

    À Paris

    Sur la terre

    La terre qui est un astre