Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cameron dias

  • La poésie c'est pour demain finalement

    Pin it!

    Aujourd’hui donc, on a dit Chick-lit.

    Parce que bon quand même, entre Michel Foucault à la sauce Julien Coupat et l’optimisme bling-bling d’Hubert Selby Jr., on a failli être de bonne humeur ici.

    Là on change notre fusil d’épaule, on est des warriors, des aventurières, voir des aventuriers (s’il ya un homme qu’il se manifeste), et on retourne dans ce dangereux territoire : la Chick-lit !

    Dangereux oui, car à chaque page, des femmes de 30 ans se font larguer pile quand leur horloge biologique hurle coucou ; de beaux jeunes hommes se conduisent en mufles par timidité (ça c’est une excuse béton, quand même !), des meilleures amies se marient avant vous, (espèce de bitch va !), et votre petite sœur a de belles longues jambes et une tonnes d’admirateur enamourés, tous plus prompts les uns que les autres à lui offrir fleurs, caviar et it bag ( salope, va )

    Bref c’est un territoire effrayant, ou il faut aller armée de son rouge à lèvre Chanel rouge allure sexy (n°18), et de sa plus belle paire d’escarpins !

    Nous ne sommes pas toutes égales dans le monde de la Chick-lit mes bonnes dames.

    Jennifer Weiner excelle à croquer cet univers, fait de jeunes femmes indépendantes, professionnelles, mais au cœur plutôt malheureux !

    Ainsi vous connaissez certainement ce film, In her shoes, avec Cameron Diaz et Toni Collette. Je vous en avais déjà parlé , à travers un poème.

     

    in her shoes.jpg

     

    Jennifer Weiner ne met pas en scène des super women ultra gagnantes ! Non, elle brosse le portrait de femmes réelles, avec leurs certitudes et leurs failles.

    Il y a dans ces romans toute la part d’émotion et de reconnaissance de soi qui nous fait nous attacher aux personnages. Il y a aussi la complexité des sentiments familiaux ou amoureux. Et finalement on a l’impression de lire les aventures de la bonne copine que l’on connaît tous ou que l’on est soi même.

    Comme souvent quand j’aime bien un écrivain, j’ai vite fait de me procurer sa bibliographie complète, ou presque.

    Le dernier en date que j’ai lu (elle en a publié d’autre depuis), c’est celui là :

     

    SN151753.JPG

     

    Candace a 28 ans, quelques kilos de trop, une sœur magnifique, une mère lesbienne hippie, et un ex un peu mufle !

    Ce petit con la quitte pour une raison stupide que je ne dévoilerai pas ici, puis étale leur ancienne vie sexuelle au travers de sa rubrique journalistique.

    Candace tombe de haut, et du coup se pose pas mal de question.

    In ne faut pas s’arrêter à la galerie de portrait qui peut sembler caricatural. Non, car tout est d’une justesse incroyable. Les personnages ne sont pas caricaturaux, et au contraire servent à expliquer la vie de Cannie (notre Candace pour les intimes).

    Cannie est une jeune femme qui est prête à accepter n’importe quel amour, inconsciemment, car elle ne s’estime pas digne de choisir et d’être aimer. On part avec elle à la source de ses complexes, on retrace les méfaits des paroles dites à la volée, les rapports parents-enfants, et tout ce qui finalement mène à se regarder avec des yeux désabusés et trop critiques.

    L’écriture est pleine de justesse et de sensibilité et ne vous laissera pas vous échapper !

    Alors les gens, ça vous plait ??