Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

je veux un sac alexa pour mulberry

  • Le retour fait aimer l'adieu

    Pin it!

     

    La phrase du titre est de Nicolas Sarkozy du Nain Vagal, qui l'a soufflé en son temps à Alfred de Musset, la preuve: Alain Juppé a des photos de cet événement.



    Bon, j'ai du mal avec les effusions en général. Mais là, je vais avoir du mal à y couper.

    J'ai préféré faire un genre de pause, un peu forcée parce que je traversais (un peu toujours) une passe difficile, ensemble de mots qui veut à peu près tout dire et rien. Bref, parfois la vie fait qu'on s'effondre un peu comme un château de carte sur lequel il suffit de souffler. L'enchainement d'événements vus de l'extérieur comme sans importance peut suffire à couper les jambes s'ils interviennent au moment (peu) propice.

    Bref, ça n'allait pas fort. La vie suit son court, ce n'est pas dit que tout soit comme au pays de Candy, mais il y  a eu des personnes assez sensibles et généreuses pour se préoccuper de mon bien-être, qui m'ont manifesté une gentillesse toute réconfortante, et même si je vous ai individuellement remercié, je renouvelle ici sincèrement ma reconnaissance, et ce ne sont pas que des mots.

    J'ai été tenté de stopper mon activité es conneries ici, puisque je ne me sentais pas moralement capable de continuer à débiter mes sornettes tout en ayant juste envie d'éteindre la lumière et de me pelotonner dans mon lit. Le fait est que je ne peux passer des jours entières dans mon lit, ne serait-ce qu'il faille de temps en temps en changer les draps, je finis par m'ennuyer. Déjà déprimer pour des conneries c'est pas cool, mais s'ennuyer en plus, là ça devient déraisonnable. D'autant que je n'ai pas la télé dans ma chambre. Et malgré tout, il reste au fond de moi cette incroyable capacité à penser que j'ai raison sur tout, et à vouloir me mêler de tout. Et quoi de mieux qu'un blog pour développer cette grande pensée du Moi Je. Alors je persiste.

    Le truc, c'est que je vais essayer de ne pas trop vous pourrir la vie, et prendre sur moi. Ma première envie serait de vous réciter à longueur de temps des poèmes en allemand, de convoquer Rainer Maria Rilke et Goethe, de me faire sponsoriser par Atarax (une merveille soit dit en passant) et puis de me prendre pour une poétesse maudite dont la vie n'est faite que d'atroces souffrances. Certes. Toutefois, c'est vite gavant, même pour moi.

    Et puis je me suis rendue compte que même au milieu du gué, voir au fond du trou, je relevai légèrement la tête en entendant des mots aussi magique que Mulberry, Louboutin ou Eric Raoult. Attention pas pour les mêmes raisons. Mais l'essentiel est d'être encore intéressé par le monde des vivants, de tous les vivants, même Eric Raoult.


    Bref, toute pause a une fin, je m'ennuie sans vous, j'ai un magnifique borsalino vert amande grâce à Sylvie, alors si je ne vous en parle pas à vous, à qui ???


    Merci d'avoir été là, et d'être encore présent.


    Dès que je peux je réponds aux commentaires, en retard, toujours en retard.