Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tom jones

  • De Bill Murray, de l'Aiôn et et du Kairos

    Pin it!

    Billet programmé.

    yhst-30479181885695_2069_192615495.gif

     

    Comme j'ai une vie palpitante de bloggeuse hyper pas influente, l'autre soir je regardais pour la 47ième fois  « un jour sans fin », avec  Bill Murray, mon Bill Murray d'amour en fait : filmo drôle et émouvante, et drôle et émouvante. Oui, je l'aime.

    bill.jpg

     

    Brrrrref on revient à nos moutons mon lapin.

    Le scénario est simple, le héros revit sans cesse la même journée. Au début il est cynique, voire un peu méchant, misanthrope, désabusé, blasé, et à la fin il est heureux et couche avec l'héroïne. On ne dirait pas, mais j'adore.

    Ce film me fait toujours le même effet : envie et peur de moi-même, et un peu d'optimisme aussi.

    Je t'ai déjà entretenu de mon rapport compliqué au temps, ici ou là.

    Au début du film, Bill Murray prends le fait de revivre cette journée comme une punition, et ne fait rien que récriminer et constater les même choses qui se déroulent jour après jour. Puis petit à petit, il se sert de cette malédiction pour changer le déroulement de sa journée et surtout pour changer la vie des autres. Il finit par s'attacher aux acteurs de cette répétition incessante d'un moment de sa vie, et là où au début il se servait de cette situation pour manipuler, il devient de plus en plus humain.

    Il se sert de cette journée pour s'améliorer lui et améliorer la vie des autres.

    C'est exactement ce dont j'ai envie : j'aimerais disposer de ce don, pour recommencer certaines choses et les faire en mieux, ou du moins autrement.

    On a tous un moment réfléchi sur nos actes passés, en pensant qu'on aurait pu faire autrement. Avec le recul, on a un regard différent, une analyse un peu plus subtile des faits. Tout simplement on peut avoir envie de réparer, de faire du bien là où on a fait du mal. Et surtout égoïstement, on peut avoir envie de revivre un moment formidable et rassurant de notre vie.


    Le temps est-il une matière qu'on puisse triturer ? J'aimerai bien.

    Je crois à une notion du temps assez particulière : je crois que la vie se répète en miroir indéfiniment, je vis ce que j'ai déjà vécu, et ce que je vais vivre. Pourtant je ne suis pas adepte du fatum. Mais je crois que les 2 sont conciliables. Il faudrait que je reprenne certaine des mes lectures et que j'expose plus clairement cette théorie.


    Mais pour ce jour, j'ai une pensée pour tous ces jours passés, qu'on apprécie d'autant plus qu'on ne peut les rattraper. Je crois que je ne me débarrasserai jamais de cet espoir, que je peux revenir en arrière et revivre encore ce temps passé avec un autre regard. Avec le souci de m'améliorer et d'améliorer la vie des autres.


    Mais dans le fond, notre vie n'est que la seule et même journée, qu'on recommence tout les matins, une partition qu'on s'efforce de jouer un peu mieux chaque jour.

    Le lendemain, j'ai regardé The Big Lebowski, j'ai envie de jouer au bowling du coup.

     

    the_big_lebowski___jeff_bridges1.jpg

     

    Voilà.


    Et la prochaine foi, je t'expliquerais comment Brooke Logan Forrester,  m'a renvoyé à un affrontement interne entre la morale Nietzschéenne et la morale  Kantienne.

     

    bwropjepafll1.png
    Brooke est blonde, et se pose beaucoup de questions.

     


    Bon, j'ai fait un texte court, là, non ????


    Bon, un peu de musique, ne me remercie pas surtout.