Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Paris 2 août

    Pin it!

    C’est un jour à anniversaire. De naissance et de mort. Le plus grand intérêt de ces dates revient toujours à se souvenir de ses propres émotions.

    Un film, une chanson, une soirée, quelque part avec ce jeune homme, un paquet de cigarettes, même si l’on ne fume pas… C’est une chanson qui revient dans le brouillard d’un souvenir. C’est Michel Berger qui chante quelques notes, et les années 80, la radio dans ma chambre, en été chez mes parents… Vingt ans après sa mort j’aime toujours autant Michel Berger, il prend même une saveur particulière du fait de ces années passées. Un peu rose, un peu tendre, des mots engagés, des mots d’amour, Michel Berger reste avec nous.


    podcast

    Michel Berger - Message Personnel

    Derrière un autre nom, la même date, mais pour célébrer une naissance, celle de Peter O’Toole, magnifique acteur  que j’ai découvert à travers ses yeux bleus dans Lawrence d’Arabie. Et puis Lord Jim, Comment voler un million de dollars, la guerre de Murphy, et même l’inclassable quoique pornographique Caligula scénarisé par Gore Vidal, dont je vous parlais hier. Bref, une belle et grande filmo, un regard toujours aussi intense, et des souvenirs de soirées à découvrir le cinéma, grâce à des acteurs comme lui.

    11.gif

    12.gif

    13.gif       14.gif

     

    15.gif     16.gif

    Voilà, on attend toujours trop tard pour parler de ce qu’on aime, non ?

  • C'était Gore

    Pin it!

    Je crois que j’ai toujours eu un faible pour les êtres qui se moquent gentiment de leur monde. Une douce vanité, doublée d’une véritable compassion, l’envie de toujours dit ce qu’on pense, même à son détriment, la capacité à s’intéresser et à toucher à tout, ne considérant aucun domaine comme réservé, voilà ce qui m’a fait aimer Gore Vidal très vite.

    Gore Vidal est mort, et vous lirez dans la presse des informations sur sa naissance, son œuvre, ses liens avec le monde culturel et politique. On vous dira qu’il a côtoyé les plus grands noms de son temps, de JFK à Cocteau en passant par Truman Capote et Jack Kerouac. On vous le présentera peut-être même comme un mondain, gentiment dilettante…

    1007gorevidal1.jpg


    Gore Vidal est tout ça, et encore plus. Un jeune homme qui a su tranquillement parler d’homosexualité à une époque où ça ne valait pas que des regards bienveillants. Un jeune homme qui s’est toujours intéressé à la politique, à la culture de la beauté, qui a eu la chance de fréquenter les grands noms de son siècle, mais qui a aussi beaucoup apporté à ses grands noms.

    Romancier, scénariste, homme d’idées, Gore Vidal est un homme qui a traversé son temps comme une promenade, mais affective, engagée, un peu snob, un peu détachée, une promenade passionnante.

    Gore Vidal a eu un regard et des mots acérés sur l’empire américain, ses guerres d’intérêts et ses errements autoritaristes. Et c’est amusant de savoir que cette  psychotique allumée (non ce n’est pas un pléonasme en l’occurrence) de Michelle Bachmann s’est engagée en politique chez les Républicains, en réaction aux propres engagements de Gore Vidal.

    Gore vidal.jpg

    Gore Vidal1.jpg


    C’était un intellectuel, l’acteur de sa propre vie. Et s’il était si peu connu en France, c’est, disait-il, parce que «en France, vous avez besoin de mettre les gens dans des catégories». Là-dessus, il n’a pas tort. Qu’est-ce qu’un homme qui écrit des romans, des essais, scénarise pour René Clément, Mankiewicz, Arthur Penn fait l’acteur, même pour Fellini, s’essaie en politique, s’exile dans une villa italienne, s’oppose à la guerre d’invasion en Irak ? Qu’est-ce, sinon un homme parmi les hommes, qui vit sa vie comme une fête avec ses outrances et ses ratés, ses illuminations et ses erreurs. Là où Norman Mailer (avec qui il était fâché) joue toujours la carte de la grandeur libératrice des USA, Gore Vidal n’a pas cette facilité de jouer le patriotisme pour être aimé. (Un jour, il faudra que je vous raconte à quel point je peux ne pas aimer Norman Mailer, surestimé par tous pourtant…) Il a dénoncé la manipulation qui a été faite de la peur, du terrorisme, pour imposer une sorte de totalitarisme poste 11 septembre qui ne dit pas son nom. Concernant l’élection de Bush Jr,  «C'était un coup d’Etat», déclare-t-il ainsi à l’AFP en 2006. «Maintenir les gens sous la coupe de la peur est une grande manipulation totalitaire apprise auprès des dictatures européennes des années 1930».

    En attendant, j’espère que vous lirez l’un ou l’autre de ses écrits.

    SN156298.JPG


    J’ai adoré sa bio romancée de Julien l’Apostat, l’empereur qui a tenté de rétablir le paganisme.

    En Direct du Golgotha est un roman halluciné, pas simple  raconté, mais franchement hilarant et bien pensé, avec une vraie réflexion derrière : « Nous sommes à Thessalonique en 96 après J.-C., lorsque d'étranges personnages font irruption dans la vie de Timothée, évêque de Macédoine, ex-secrétaire et petit ami de saint Paul. Ils le pressent d'écrire sa version de l'Histoire sainte, car, loin dans le futur, un cyberpunk, appelé le Pirate, est en train de falsifier ou d'effacer toutes les bandes et tous les volumes contenant les Évangiles ; seul celui de Timothée serait à l'abri du terrifiant virus informatique. Simultanément, grâce à l'intervention de nouveaux logiciels, une équipe de techniciens de NBC s'apprête à remonter le temps pour filmer la Crucifixion en direct du Golgotha. Sous la plume de Timothée, le lecteur ahuri découvre un saint Paul bonimenteur et homosexuel, inventeur des claquettes et du rap, un saint Jacques résolument plus juif que chrétien, un Jésus obèse et boulimique... »

    Palimpseste est son autobiographie, comme je disais doucement égotique, assez flatteuse pour lui, mais rude aussi parfois, et c’est surtout le témoignage passionnant d’une époque de folie.

    Pour finir, une citation tiré de son livre La fin de la Liberté : « Finalement, les dommages que Oussama et ses amis peuvent nous causer - même s’ils sont déjà terribles - ne sont rien comparés à ce qu’ils ont fait à nos libertés.
    Une fois aliéné, un droit inaliénable risque d’être perdu à tout jamais, auquel cas nous ne serons plus, même vaguement, le dernier et le meilleur espoir de la terre, mais simplement un médiocre État impérial dont les citoyens sont mis au pas par des équipes spéciales du FBI et dont la façon de mourir, non de vivre, est imitée dans le monde entier. »

     

    gore-vidal.jpg


  • Hopper (différent) (un peu)

    Pin it!

    En cherchant des œuvres de Hopper sur le net, je suis tombée sur le tumblr d’un artiste espagnol. Un artiste qu’il est difficile de décrire, à l’imagination moderne, disons.

    hopper3.gif

    Hopper2.gif

    Hopper1.gif


    Je vous montre ce qu’il fait avec les tableaux de Hopper, mais son site présente bien plus de travaux, et de très originaux. Je vous laisse donc découvrir Ibon Mainar, avec son tumblr, et sa page Facebook.

    Belle journée.