Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

c'est moi le printemps

  • Hello Spring !

    Pin it!

    Aujourd'hui c'est la journée mondiale du bonheur, et le printemps est revenu. Coïncidence ? Je ne crois pas :)

    Printemps.gif

    Merveille du soleil qui brille haut dans le ciel, des fleurs aux arbres et de la bonne humeur partout.

    Le pouvoir du printemps est immense, rendons-lui grâce.

    J'en profite pour honorer le jeudi de la poésie, en même temps que le printemps, et exhumer un de ces vieux poètes que j'aime relire :

    Albert Samain - Printemps

    Les désespoirs sont morts, et mortes les douleurs.
    L'espérance a tissé la robe de la terre ;
    Et ses vieux flancs féconds, travaillés d'un mystère,
    Vont s'entr'ouvrir encor d'une extase de fleurs.

    Les temps sont arrivés, et l'appel de la femme,
    Ce soir, a retenti par la création.
    L'étoile du désir se lève ô vision !
    Ô robes qui passez, nonchalantes, dans l'âme...

    Les ciels nus du matin frissonnent de pudeur ;
    L'émeute verte éclate aux ramures vivaces ;
    Et la vie éternelle arrivant des espaces
    En ruisseaux de parfums coule à travers le cœur.

    Voici que le printemps s'avance sous les branches,
    Nu, candide et mouillé dans un jeune soleil ;
    Et les cloches tintant parmi l'azur vermeil
    Versent une allégresse au cœur des maisons blanches.

    L'âme s'ouvre parmi l'enchantement du jour,
    Et le monde qu'enivre une vague caresse,
    Le monde, un jour encor, va noyer sa détresse
    Dans les cheveux profonds et vivants de l'amour.

    Amour ! Frissons légers des jupes, des voilettes,
    Et lumières des yeux de femmes transparents...
    Amour ! Musique bleue et songes odorants...
    Et frêles papillons grisés de violettes...

     

    Une poésie pour le jeudi

    Poésie du jeudi.jpg

    J'espère que vous avez mis à profit cette belle journée :)

  • A-Liste

    Pin it!

    Je me suis promenée de long en large sur le périmètre restreint de mon cœur. Comme je m’y ennuyais,  j’ai préféré faire des listes, des micro-listes sans queue ni tête, des listes comme le prêt-à-porter de mes envies, de mes rêves et de mes désirs.

    J’ai fermé les yeux, et j’ai vu les petites étoiles accrochés au ciel de ma mémoire. Une par une, elles marquaient de leur empreinte brillante la bonté de l’un, la gentillesse de l’autre, le sourire accordé par un ami dans le brouillard de mes peurs, la tendresse chaude et légère de celui qui ne voulait que rassurer et réconforter dans la nuit de mes angoisses. J’aime bien regarder ces petites étoiles, et me rappeler…

    Alors j’ai fait la liste de mes gratitudes et des remerciements, la liste des mots qu’il sera doux de dire à l’ami, à l’amie, à la présence silencieuse et solide.

    Puis, j’ai fait la liste des cartes, et des enveloppes, et du papier, et puis des stylos, chacun choisis pour correspondre à la personne qui les recevra, pour tenter d’arracher un sourire peut-être. Ecrire à quelqu’un, c’est une attention, une intention aussi, une façon de créer un lien, un fil de soie particulier…

    Ensuite, j’ai fais la liste des terrasses de Paris, des jardins et des allées dans lesquelles je pourrais me promener, m’asseoir, au printemps. Je l’attends ce printemps, et si j’évite la liste des jours à tuer avec qu’il arrive, je réfléchis souvent à l’odeur qu’auront les fleurs, et puis l’air, le ciel, embellit du retour des oiseaux. Je pense aussi à celui qui pourrait s’asseoir à côté de moi, dans une de ses allées. Peut-être que je ne le connais pas, et je n’anticiperais pas la liste de ses qualités, mais j’aimerais qu’il puisse s’asseoir dans avoir peur du silence, sans craindre d’observer chaque menu détail d’un paysage, dans ce silence fait d’union et de compréhension mutuelle.

    Après, comme je reste la même, j’ai fais la liste des jolies robes, des jupes légères, qu’il me tarde de porter, sans laisser mes jambes étouffer dans des collants ou des chaussettes de plus en plus pesant. Je repense à la voix de Romy, qui écrit à Samy Frey, la lettre de Rosalie, qui raconte la petite robe bleue, et la petite robe blanche, faussement achetée au marché des vacances. C’est comme ça… Il arrive qu’on ai envie d’être amoureuse, qu’on ai envie de dire à un homme, à l’homme, celui qui reçoit ces lettres, regarde, je vais bien, je me suis acheté une petite robe au marché du matin, tout va bien. Je ne t’écris que pour dire ça, tout va bien, écris moi…

    Alors je fais la liste des lettres, réelles ou imaginaires, celles que je n’enverrai jamais, celles qui les remplacent, avec d’autres mots, plus gais, plus enjoués, tout en espérant qu’un miracle arrivera et que l’on saura lire entre les lignes, l’alphabet anxieux de mes envies, des mes espoirs.

    Je repose le stylo, laisse tranquille le clavier du téléphone, de l’ordinateur, et je fais la liste mentale de mes vœux, de mes petites superstitions, des mots que je ravale pour ne pas insulter la jalousie du Ciel…

    Je fais la liste des bouquets de pivoines orphelins, un pour chaque moment important, et je me promets au printemps d’aller les chercher, de les cueillir chez un quelconque fleuriste, que le mois de mai me noie sous les centaines de pétales roses, blancs, crème.

    En attendant, je regarde la liste des jours à tuer avant le printemps.

    peonies.jpg