Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poésie

  • En cas de doute, je lis de la poésie

    Pin it!

    Dis, ça fait longtemps qu’on n’a pas parlé poésie par ici ! Enfin, parlé, c’est un bien grand mot. (Tiens ça fait longtemps aussi que je n’ai pas fait de podcast poétique)

    Bref, un dimanche sous la pluie, parfait pour rester au chaud sous la couette, quand on peut, à lire. Pour moi ce sera une énième relecture de Capitale de la Douleur, dont est extrait le poème suivant. (Par Paul Eluard, bien sûr) (what else ?)

     

    Ta bouche aux lèvres d'or n'est pas en moi pour rire

    Et tes mots d'auréole ont un sens si parfait

    Que dans mes nuits d'années, de jeunesse et de mort

    J'entends vibrer ta voix dans tous les bruits du monde

     

    Dans cette aube de soie où végète le froid

    La luxure en péril regrette le sommeil,

    Dans les mains du soleil tous les corps qui s'éveillent

    Grelottent à l'idée de retrouver leur cœur

     

    Souvenirs de bois vert, brouillard où je m'enfonce

    J'ai fermé les yeux sur moi, je suis à toi

    Toute ma vie t'écoute et je ne peux détruire

    Les terribles loisirs que ton amour me crée

     

    Paul Eluard (in Capital de la Douleur)

     

    SN154203.JPG

  • "La poésie est dans la vie" - Paul Eluard

    Pin it!

    Donner envie à un enfant de lire, ce n’est pas toujours simple. Il faut s’y prendre tôt dans son enfance et rendre la présence des livres aussi naturelle qu’indispensable. Chez moi, c’était plutôt facile, vu comme mon appartement est envahi de livres. Je ne sais pas comment j’aurais réagi si mon fils n’avait pas aimé lire (enfin si je sais, j’aurais fait la gueule, une belle gueule de six pieds de long).

    Donc mon fils aime lire, hourra dit-elle gonflée de fierté. Sauf que la poésie il n’aimait pas ça (le monstre !) et qu’il refusait de se pencher sur la question (le poignard effilé dans mon cœur tourne et tourne encore). Tout ça sous prétexte que « c’est bon on en parle à l’école déjà et c’est nul ». (Je vous ai parlé du poignard dans mon cœur ?)

    J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai fait un truc que je fais peu, voire jamais : critiquer l’Éducation Nationale devant mon fils…simplement en lui expliquant que le choix de poèmes étudiés en Primaire n’étaient pas des plus heureux. Je ne citerai pas de nom, mais on était bien loin de Maurice Carême et de Émile Verhaeren. En lisant son cahier de poésie, j’avais l’impression d’avoir affaire à des poètes « spécial éduc nat », c'est-à-dire des auteurs sur commande.

    Bref ce fut MA mission de donner le gout de la poésie à ma descendance. Mission périlleuse, car il faut éviter d’imposer, tout en guidant fermement le jeune lecteur.

    J’ai commencé par lui parler de Paul Eluard, parce que mon fils avait une vision figée et dogmatique de la poésie (un truc chiant au possible, quoi). Avec Eluard c’était facile de lui montrer que la poésie ce n’est pas une muse sur sa colline, mais la vie dans chacun de ses détails. La poésie c’est la parole, l’amour, le souvenir, le petit chat qui grimpe au mur et tout ce que l’on voudra. Avec la poésie, l’orange est bleue, la femme amoureuse se tient debout sur une paupière et les raisons de rêver ne manquent pas. Avec Eluard mon fils a compris que l’art s’accommode de toutes les folies, que l’on peut écrire ce que l’on veut, que la réalité ne connaît de limites que celle de notre imagination.

    J’avais acheté chez Folio cette petite « compilation » de poèmes d’Eluard, qui offre un joli panorama de son œuvre.

    IMG_4122.JPG

    Lire ensemble, puis discuter de ce qu’on a compris chacun, de ce que cela nous évoque, c’est un moment particulier de plaisir. Et puis il y a vraiment de tout dans ce recueil, du surréalisme, des haïkus, des petits poèmes sur les animaux, des envols autour de la liberté et de l’amour. Bien assez pour trouver son bonheur, et surtout pour susciter la discussion et intriguer !

    image1.JPG

    image2.JPG

    Et toi, cher lecteur, comment poétises-tu ?

  • Paris je t'aime

    Pin it!

    Le beau temps est revenu à Paris. Brièvement parait-il. Assez cependant pour me rappeler combien j’aime Paris au printemps.

    J’aime me promener au Luxembourg, le matin, vers dix heures, quand il n’y a pas encore grand monde affalé sur les chaises. J’aime marcher sans but, sans autre idée que de traverser la ville, pour la redécouvrir encore et encore. J’aime cet anonymat que Paris autorise. On peut marcher longtemps, sans croiser une connaissance : c’est presque rassurant, et protecteur. La grande ville permet à la fois la solitude et la foule.

    J’aime apercevoir de loin le Grand Palais et y fantasmer mille promenades, passées ou à venir, en amoureux. Paris est bien la ville de l’amour, mais, à ses ponts tristement cadenassés, il faut préférer les jardins qui sont de parfaits écrins aux romances naissantes.

    J’aime regarder les files de touristes venus s’extasier en masse sur les beautés du Louvre, ou d’Orsay, et me dire qu’il m’est donnée de voisiner ces lieux chaque jour de ma vie. C’est fou… Et pas un lieu qui ne me rappelle un roman, un poème. C’est la beauté de Paris : éternelle héroïne des plus grands écrivains.

     

    Le Jardin - Jacques Prévert

    Des milliers et des milliers d'années

    Ne sauraient suffire

    Pour dire

    La petite seconde d'éternité

    Où tu m'as embrassé

    Où je t'ai embrassée

    Un matin dans la lumière de l'hiver

    Au parc Montsouris à Paris

    À Paris

    Sur la terre

    La terre qui est un astre

  • Printemps des Poètes

    Pin it!

    Le Printemps de la Poésie a commencé sous la pluie à Paris. Mais la pluie, c’est un événement météorologique très poétique, alors c’est parfait.

    L’idéal, ce serait de parcourir les rues, avec un genre de garde-champêtre pour annoncer des lectures, et les gens se mettraient à déclamer tous ensemble de la poésie, comme ça, à ciel ouvert dans la ville, pour tout le monde. Mais bon, les trucs officiels ça consiste surtout à endormir un parterre de vieux, ou d’écolier non consentants à la purge, par des discours plus lénifiants les uns que les autres, tout ça pour faire « vivre » la poésie. Je m’autoriserai presque un « lol ».

    Mouais, plus ça va et plus le Printemps des Poètes c’est le Printemps de quelques uns, dans un entre-soi détestable, avec quelques activités dont pour en entendre parler franchement faut être motivé.

    Bref ça m’énerve.

    Bon, un petit Paul Eluard pour la route ? Ce poème, comme tous ceux de Paul Eluard notez bien, rencontre un écho formidable à mon cœur. J’espère que quelqu’un le lira, qui saura combien je l’aime toujours infiniment.

     

    Même quand nous dormons – Paul Eluard

    Même quand nous dormons nous veillons l’un sur l’autre
    Et cet amour plus lourd que le fruit mûr d’un lac
    Sans rire et sans pleurer dure depuis toujours
    Un jour après un jour une nuit après nous.

    affiche-du-printemps-des-poetes-2016.jpg

  • Tout ne peut être dit

    Pin it!

    Mardi soir je déambulais dans les salles du Grand Palais, pour le vernissage de l’exposition Carambolages. Je vous parlerai plus tard de cette expo, que je vous engage à aller voir, elle est magnifique, je vous en dirai plus mais n’attendez pas pour y courir. Pendant cette déambulation, donc, il est arrivé plusieurs fois que je reste assise, atone, ou plutôt comme hébétée, devant une œuvre. Hébétée c’est moche comme terme, putain de moche, alors que je voudrais évoquer l’envie de silence et de calme que j’ai ressenti. En fait non, ce n’est pas non plus ça. Difficile d’expliquer parfois ce qu’un tableau, une sculpture ou peu importe l’œuvre, peut provoquer en soi. Un mélange de bonheur mêlé d’effroi et le regret de n’être pas plus seule pour se laisser aller à l’extase et aux larmes. Le titre de l’expo, Carambolages, était parfait pour décrire un peu ce qui traversait mon esprit. Les mots se bousculaient, les images aussi, et suivant l’œuvre qui  provoquait ces émois, je pouvais passer du rire aux larmes. Mais le plus souvent, je n’avais qu’une envie, rester assise, et regarder en silence, en me rappelant ces mots de Philippe Jaccottet : « La poésie me semble là, justement, pour faire voir au regard usé, désabusé, que le monde n’a jamais cessé d’être étrange, lointain, désirable. » J’ai redécouvert un monde étrange, lointain et désirable, le temps d’une promenade.

    Et puis sur le chemin du retour, il m’a semblé curieux de me rappeler la conversation avec une ancienne collègue de travail, qui me demandait ce que je voulais vraiment faire dans la vie ; je répondais en général : rêver le monde. Celui de tous les jours, j’ai du mal à m’y adapter, je ne sais pas composer avec. Pourtant, nous le faisons tous, du moins nous essayons.

    Et puis le fichu métro arrive à destination, et je me dis, arrête de te la péter Aïcha, ne prends pas prétexte des trois livres et demi que tu as lu dans ta vie pour exiger d’être une étoile au milieu de nulle part.

    Don Quixote.jpg

    (Les combats contre les moulins à vent devraient être une discipline obligatoire au bac : meilleur moyen d’appréhender la vie)