Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

feedreader

  • Comme un oiseau sur la branche

    Pin it!


    Je passe un temps fou au téléphone. Pire encore, j'envoie entre 30 et  50 SMS par jour, sans compter les mails. Mais je reste une bille en matière de nouveaux moyens de communications.

    J'ai un compte Facebook, qui sert à pas grand-chose, puisque je n'en saisis pas toutes les subtilités. Ah si, c'est peut-être pas mal pour retrouver des contacts. Mais sinon, je sais rarement quoi faire avec FB. Pas grave dans le fond. J'ai mis des photos de Fiston, que me réclamaient des amis. Ça sert au moins à ça.

    Puis vint Twitter. Pas mieux. Depuis des semaines je m'interroge sur le fonctionnement la raison d'être de ce truc. Je me trompe où c'est un genre de tchat amélioré ?

    Bref, je suis assez hermétique au petit zoziau du web.

    J'ai quand même ouvert un compte Twitter, à cause d'une copine qui m'a invité, et puis depuis, rien. Je ne sais pas trop par quel bout prendre ce truc. Et puis surtout, j'ai l'impression que je peux m'en dispenser.

    Je suis une bille à tel point que j'ai mis plusieurs moi à trouver et à configurer un agrégateur de site.

    Par contre, je suis fière de moi, grâce à mes petits doigts habile et à la patience d'un hotliner perso, j'ai trouvé THE agrégateur, que tu peux avoir tout plein de  flux dessus et que tu peux l'embarquer sur ta clé USB ! Oui c'est magique, j'ai tout mes flux sur une clé, ce qui fait que je peux lire mes blogs favoris depuis n'importe quel endroit !

    Cet agrégateur, c'est Feedreader. Je ne le connaissais pas avant que mon sauveur m'en parle. Et comme je suis vraiment un boulet, il ne suffisait pas qu'il m'en parle, ce cher ange m'a guidé pas à pas dans l'installation de ce truc sur Spike mon ordi, et enfin sur ma clé. Il a été patient, j'ai été un boulet boulesque, mais on s'en est bien sorti. Maintenant, quand je me fais suer quelque part, je sors ma clé, je me connecte à mes flux et je peux lire toi, ou toi ou toi encore. Merci hotliner de mon cœur.


    Tiens, si je peux lancer un appel au secours : Ahhhhhhhhhhh ! Voilà, tu vois la jolie bannière sur ta gauche « un peu de notre Noël » : c'est la bannière qui illustre une belle initiative d'Aude. Si tu ne sais pas quoi offrir à Noël ou si tu veux faire un geste différent, pourquoi ne pas offrir un don à une association humanitaire ? Je te laisse lire les détails . Mais si un gentil blogueur pouvait me dire comment faire pour que ma bannière pointe vers le texte explicatif, je lui en serai reconnaissant, je n'y  arrive pas ! Boulet on a dit !!


    Pour rester dans le domaine de la bannière, il y a aussi celle du nouveau concours (con) de Ginie, que je t'engage à faire : après avoir montré tes chaussons, elle veut que tu exposes ta plus belle coiffure, ou la plus con, au choix. Alors tu cliques ici et tu sauras tout. Je réfléchis personnellement à un truc à base de chouchou et de fleurs. Je te laisse imaginer le pire.


    Bon bah mon chaton je crois que c'est tout pour aujourd'hui !


    Ah oui, le poème du jour, tu pensais y échapper ??


    Le réveil

     


    Sur ce lit de roseaux puis-je dormir encore ?
    Je sens l'air embaumé courir autour de toi ;
    Ta bouche est une fleur dont le parfum dévore :
    Approche, ô mon trésor, et ne brûle que moi.
    Éveille, éveille-toi !

    Mais ce souffle d'amour, ce baiser que j'envie,
    Sur tes lèvres encor je n'ose le ravir ;
    Accordé par ton cœur, il doublera ma vie.
    Ton sommeil se prolonge, et tu me fais mourir :
    Je n'ose le ravir.

    Viens, sous les bananiers nous trouverons l'ombrage.
    Les oiseaux vont chanter en voyant notre amour.
    Le soleil est jaloux, il est sous un nuage,
    Et c'est dans tes yeux seuls que je cherche le jour :
    Viens éclairer l'amour.

    Non, non, tu ne dors plus, tu partages ma flamme ;
    Tes baisers sont le miel que nous donnent les fleurs.
    Ton cœur a soupiré, viens-tu chercher mon âme ?
    Elle erre sur ma bouche et veut sécher tes pleurs.
    Cache-moi sous des fleurs.

    Marceline Desbordes-Valmore.


    Cette fois, je te laisse pour de bon mon minet.