Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

voltaire

  • Time-Filler Eyes et considérations diverses sur la beauté

    Pin it!

    Quand j’avais quinze ans, je n’aurais pas songé une seconde me passionner pour des crèmes, onguents et autre produits de beauté. Il y a eu un passage peut-être à seize ans, avec l’achat du premier rouge à lèvres, je me souviens, chez Monoprix, avec deux copines, un Gemey je crois, un tube de rose que je trouverais trop nacré aujourd’hui. Je ne sais pas ce qui s’est passé cette année-là, mais je sais que je passais pas mal de temps le nez plongé dans Cosmo, Marie-Claire, Elle, et à rêvasser de cosmétiques. Et cette année-là, je me suis offert un poudrier Estee Lauder, un petit bijou doré, que je possède encore.

    J’ai toujours peur de faire hurler mes amies féministes quand je parle cosmétique, tant certaine d’entre elle y voient une soumission à des diktats. Certes. J’essaie, comme je peux, d’expliquer que j’aime ces choses essentiellement pour moi, pour me plaire, parce que j’aime prendre soin de moi, et non pour plaire à autrui (je dirais que c’est seulement la cerise sur le gâteau !)

    Ce qui m’amuse, c’est que les hommes ont fini par succomber à l’attrait des petits pots de crèmes, des patches magiques et du masque raffermissant :)

    J’en veux pour preuve mon ex, qui a réquisitionné mes patchs masques défatiguants Eye-Recover de Filorga. Il faut dire qu’il en a apprécié l’efficacité, ceci explique cela : l’ex étant scientifique de formation, il aime que la rationalité du résultat vienne à son secours :)

    J’ai donc fait en sorte qu’il ne mette pas la main sur cette petite merveille, le Time-Filler Eyes :

    DSCN1107.JPG

    Passé trente ans, la nature est une amie de plus en plus déloyale, et il faut prêter attention à chaque détail. Le Time-Filler Eyes est plein de promesses : estomper les cernes et les rides au coin des yeux, agir sur le relâchement des paupières, et redonner de la densité aux cils, rien que ça.

    J’ai passé une petite dizaine de jours, ou plutôt de soirées, à soigneusement masser le contour de mes yeux avec cette crème. Je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de tartiner aussi les paupières, mais bon, je me suis dit qu’une fois ne serait pas grave, et j’ai bien fait.

    L’application est agréable, il faut simplement faire attention à mettre très peu de produit (c’est économique, je ne vais pas me plaindre…)

    Au matin, sensation très agréable, le regard s’ouvre sur un contour des yeux lumineux, et c’est déjà pas mal. Au bout de quelques jours j’ai ressenti un effet concret sur les petites cernes creuses, et sur les ridules du coin (la vie est une traitresse vous-dis-je !). Pour la densité des cils, je ne peux rien dire de concret encore, mais si le reste fonctionne bien, cela me convient. J’ai noté aussi que le maquillage tenait mieux sur la paupière, car elle est retendue je suppose.

    En tout les cas, j’aime la fraicheur de mon regard le matin.

    Le petit pot de 15ml (format habituel pour les crèmes yeux) coute entre 30 et 40€ selon l’enseigne de parapharmacie, et dure au moins trois mois.

    Je me demande quel crème a utilisé la Belle au Bois Dormant pour se réveiller fraiche comme une rose au bout de cent ans ?

    La prochaine fois que nous parlerons beauté, je crois qu’il s’agira de vernis :)

    Demain, la poésie sera de nouveau au rendez-vous.

    Bon week-end et soyez fous.

     

    Tip du jour →Filorag, time filler eyes, crème pour les yeux, beauté

  • Lefèbvre utile (titre trompeur pour nantais initié)

    Pin it!

    On dirait qu’on aurait dix ans, et qu’on serait pas lundi mais samedi et qu’on irait faire un pique-nique.

    Et on dirait qu’on joue à chat et que c’est toi le chat.

    Mais le réveil sonne, alors on dit que c’est lundi et que c’est une putain de semaine vachement chargée qui s’annonce. Chargée comme ce ciel de printemps orageux comme en plein mars. Rapport aux giboulées.

    Les giboulées de mars.

    Oui celles-là même :

     

    Sauf qu’on est en avril…

    Les averses d’allégresse je ne dis pas non, mais ce qui se déverse du ciel parisien est tout sauf de l’allégresse.

    Alors on dirait qu’on aurait trente ans ou presque, ou plus, ou moins, et qu’on profiterait de chaque possibilités offertes de rire un peu.

    Et là tu ouvres les yeux et tu remercie le dieu du laul de t’avoir envoyé Frédéric Lefebvre pour te faire oublier que le week-end précède le lundi…

    Frédéric Lefebvre, aka Frédo Le Fou, a fait du shopping la semaine dernière. Il s’est acheté une paire de lunettes de vue et un pull chez une marque de merde qui se la pète en nous vendant des serpillères au prix de l’or (non, je n’ai pas cité la marque, ça peut pas être de la diffamation. Pas encore en tout cas.)

    Bref Frédo, avec ses petits achats, il s’est dit, j’ai les lunettes, ayé je sui un intello, adieu mon passé de bouffon du roi qui dit que des conneries grosses comme le double menton de Nadine Morano (et arrêtez avec votre diffamation, c’est pénible…) Oui, certaines modeuses du net et acteurs de ciné l’avaient expérimenté en 2009 (so long  time ago !!) les lunettes de vue ça vous pose un intello comme pas deux. Avec des verres blancs sinon tu vois plus rien, vu qu’en vrai t’es pas myope hein (quoique les mauvaises langues diront que certaines étaient bien presbyte, ha ha on rigole…)

    Mais je m’égare.

    Donc Frédo il a ses lunettes d’intello de la Sorbonne. Et le pull, bah le pull c’est celui d’une marque vachement connu de celles qui aiment suicider leur porte feuille pour s’acheter des pulls qui boulochent avant lavage (après lavage c’est juste déchiré…) et des ballerines qui font passer la qualité des shoes de mon marché pour du Massaro, oui rien que ça. En gros, Frédo s’est révélé à deux passions, l’intellectualisme et la mode. Comment diable allier ces deux vibrantes cordes, hein comment ? T’inquiète, il avait une muse, Pandore (ah ?) qu’on pourrait l’appeler sa muse de la mode et des bouquins…)

    Bah facile, look at zis vidéo pliz :


    Voilà, si t’as eu une sale note au bac de français, c’es que tu n’as pas lu « Zadig et Voltaire »…

    (Mince, quelque chose me dit qu’avec cette dernière phrase vous allez reconnaître la marque qui fait des pulls qui s’auto-trouent et des cuirs qui s’auto-détruisent…

    Bref Frédo le Fou a donné une belle occasion de se marrer sur twitter, avec des déclinaisons de titres de livres à la mode #bibliolefebvre.

    Un petit échantillon que j’ai récupéré grâce à @Doespirito qui a un chouette blog (click là )


    @malkovitch : "L'appel de laforet immobilier" de Jack London
    @FOSSURIER : "Les Contes de Grimbergen"
    @guy Birenbaum : "La première gorgée de Justin Bieber"
    @dmit3r : "Parfumez-vous !" De Stéphane Aisselle
    @Pa_Bateman : "L'amant" de Marguerite Durex
    @PierreBRT : "La chartreuse de parmesan", de Stendhal.
    @stephanenivet : "L'assassin habite au Century 21"
    @julienlivis : "A la recherche du pain perdu" de Marcel Craquotte
    @inzecity : "1664" de Gorge Orwell

     

    @alexandrepedro : "La possibilité d'une île flottante" de Michel Houellebecq
    @epopoi27 : "La Travolta" de Verdi
    @MonaChoulle : "L'école des fans" de Molière
    @nounours : "La lettre à Elise" de Guy Moquet
    @marco91300 : "Dix petits nègres" de PPDA
    @wtfirl : "La guerre des gaules", de Rocco Sifreddi
    @dami9n : "L'étranger" de Marine Le Pen
    @FredMichalak : "Le rouge et le noir" de Jeanne Mas
    @wecho_com : "Les Particules élémentaires" de Anne Lauvergeon
    @BourgogneLive : "Fukushima mon amour" de Marie Curie
    @Herv3Torchet : "Cent ans de bravitude" par Ségolène Garcia Marquez
    @MickaelN : "L'Iliade" d'Homer Simpson.

     

    C’est bon de rire parfois, comme disaient les nuls…