Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pierre louÿs

  • My Steve for the day

    Pin it!

    Je dis souvent qu’un bon acteur est (hélas) un acteur mort. Au sens où la majorité des comédiens que je puis admirer, est morte et enterrée.

    Au panthéon, figure en bonne place Steve McQueen.

    Aujourd’hui est le trentième anniversaire de son décès.

    J’aime cet acteur, son jeu, son élégance, son je ne sais quoi de si masculin.

    J’aurais du mal à expliquer ce que je ressens à le regarder jouer, à simplement le regarder vivre au travers de photos ou de vidéos. Dieu sait pourtant que je ne suis pas du genre Fan2 mais bon…

    Aujourd’hui, j’ai juste envie de me souvenir de lui un peu plus encore. Voilà.

     

    steve.jpg

    Steve et Ali McGraw

     

    steve-mcqueen-234986.jpg

     

    steve-mcqueen--bullitt.jpg

     

     

     

    598113_steve-mcqueen.jpg

     


    598109_steve-mcqueen.jpg

     

     

    Sinon, c’est dimanche, jour de poésie mes chers amis, initiative gérée par Bookworm ! Et bien voici quelques lignes de Pierre Louÿs, tirées des chansons de Bilitis :

     


    podcast

     

    La Lune aux yeux bleus

    La nuit, les chevelures des femmes et les branches des saules se confondent.

    Je marchais au bord de l’eau. Tout à coup, j’entendis chanter : alors seulement je reconnus qu’il y avait là des jeunes filles.

    Je leur dis : « Que chantez-vous ? » Elles répondirent : « Ceux qui reviennent. » L’une attendait son père et l’autre son frère ; mais celle qui attendait son fiancé était la plus impatiente.

    Elles avaient tressé pour eux des couronnes et des guirlandes, coupé des palmes aux palmiers et tiré des lotus de l’eau. Elles se tenaient par le cou et chantaient l’une après l’autre.

    Je m’en allai le long du fleuve, tristement, et toute seule, mais en regardant autour de moi, je vis que derrière les grands arbres la lune aux yeux bleus me reconduisait.