Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poèmes d'amour

  • Pablo Neruda - Avent Littéraire #4

    Pin it!

    Quand il s’agit de parler d’amour, mon cœur penche souvent vers Pablo Neruda. Étudiante en fac de Droit, j’avais rencontré un étudiant, espagnol de mémoire, qui en était fou, et qui en parlait souvent, c’est comme ça que je l’ai réellement découvert. Son histoire, qui s’est mêlé à l’histoire du Chili, n’a fait que rajouter à mon attrait pour lui.

    Je ne sais pas si vous avez un jour vu ce très joli film de Michael Radford, Il Postino, où Philippe Noiret joue le rôle de Neruda. Ce film est tiré d’un récit intitulé Une Ardente Patience : je trouve que ces termes vont parfaitement à la poésie de Neruda. Il sait comme personne décrire le silence, l’attente, l’envolée vers l’être aimé. Sincèrement, si vous en avez l’occasion, je vous invite à regarder ce film.

    En attendant, et dans la suite de mon Avent littéraire, j’aimerais partager avec vous ce poème qui est, je crois, mon favori du recueil Vingt Poèmes d’Amour et une Chanson Désespérée.

    Le Puit.

    Parfois tu t’enfonces, tu tombes

    Dans ton trou de silence,

    Dans ton abîme tout d’orgueilleuse colère

    Et c’est à peine si tu peux

    Revenir, même en lambeaux,

    De ce que tu as découvert

    Dans la profondeur de ton existence.

    Mon amour, que trouves-tu donc

    Dans ton puits impénétrable ?

    Des algues, des roches, des boues ?

    Que voient là-bas tes yeux aveugles

    De blessée et de rancunière ?

    Ma vie, tu ne trouveras pas

    Dans le puits où tu tombes

    Ce que je conserve pour toi sur ce sommet :

    Un bouquet de jasmin que mouille la rosée,

    Un baiser plus profond que ton abîme.

    Ne me crains pas, ne tombe pas

    Dans la rancune de nouveau.

    Secoue ce mot, le mien, qui vint te blesser, puis

    Laisse-le s’envoler par la fenêtre ouverte.

    Pour me blesser il reviendra

    Mais sans être guidé par toi

    Et s’il est vrai qu’il fut chargé d’un dur instant

    Cet instant par mon cœur sera désamorcé.

    Souris-moi radieuse

    Si ma bouche te blesse

    Je ne suis pas un doux berger

    Comme dans les contes de fées,

    Je suis un brave bûcheron qui partage avec toi

    La terre, le vent, les épines des montagnes.

    Aimez-moi, souris-moi,

    Aide-moi à être bonté.

    Ne te blesse pas à moi car c’est inutile,

    Ne me blesse pas moi car alors tu te blesses.

     

    pablo neruda,poésie,poèmes d'amour,chili; il postino,michael radford

    À demain pour la suite, j’espère.

     

  • Vinícius de Moraes - Printemps des Poètes

    Pin it!

    vinicius-de-moraes-foto-autografada-original_MLB-F-2988349954_082012.jpg

    Lire la suite