Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Niki de Saint Phalle

    Pin it!

    Mardi dernier, j’ai eu le bonheur de découvrir en avant-première l’exposition consacrée à Niki de Saint Phalle, au Grand Palais.

    Moment parfait qui a combiné art et réflexion (en même temps, séparer ces deux termes est assez difficile pour moi.)

    Dès l’arrivée, on est accueilli à l’extérieur par la fontaine, qui a revêtu les couleurs de Niki de Saint Phalle, pour l’occasion.

    Le visiteur pourra déambuler, et découvrir une artiste incroyable d’audace et de vérité. Je me suis souvent demandé s’il y avait un art féminin, et un  art plus masculin. Ou s’il y avait quelque chose qui, transcendant tout, « était simplement l’expression de l’artiste, de son chemin, de ses réflexions et de ses douleurs et joies.

    Avec Niki de Saint Phalle, j’ai trouvé quelque réponses : l’art est un combat, une expression. Chez elle, c’est la voie, la voix, qu’elle a trouvé pour dire au monde ce qu’elle est : une femme rebelle, dans un temps où on voulait la femme charmante et silencieuse.

    C’est d’ailleurs assez étonnant de voir cette Une de Life, avec Niki de Saint Phalle,

    290_283977_vignette_life.jpg

    puis d’admirer derrière cette œuvre : la mort du patriarche,

    La mort du patriarche.jpg

    Il faut voir l'exposition pour comprendre ce que l'artiste à apporté de renouveau et d'audace dans un monde de l'art chasse gardée des hommes. L'art comme une arme de libération, et de réappropriation de son corps, c'est aussi ce qu'elle nous dit.

    On notera aussi qu'elle a su très tôt jouer avec les médias, et se mettre elle-même en scène dans son art: attirer l'attention sur elle pour mettre en avant son propos artistique.

    Voilà ce qu’elle dit dans une de ces lettres : « "Quand mon père quittait tous les matins la maison à 8 h 30 après le petit déjeuner, il était libre (c'est ce que je pensais). Il avait droit à deux vies, une à l'extérieur et l'autre à la maison.
    Je voulais que le monde extérieur aussi devienne mien. Je compris très tôt que les HOMMES AVAIENT LE POUVOIR ET CE POUVOIR JE LE VOULAIS.
    OUI, JE LEUR VOLERAIS LE FEU. Je n'accepterais pas les limites que ma mère tentait d'imposer à ma vie parce que j'étais une femme.
    NON. Je franchirais ces limites pour atteindre le monde des hommes qui me semblait aventureux, mystérieux, excitant. »

    Une œuvre surgit dans son temps bien sûr, et la prison sociale que ressentait Niki de Saint Phalle a permis à son art de surgir.

    Mais elle nous offre aussi une beauté et une réflexion bien plus pérenne, et qui vaut encore aujourd’hui : c’est à ça que l’on reconnaît les révolutionnaires, aux traces qu’ils ont laissé bien après leur mort. A cet égard, Niki de Saint Phalle est une grande révolutionnaire.

     

    Nanas.jpg

    Crane.jpg

    (Tiens, je comprends mieux d'où Jeff Koons tire son "inspiration")

    Exposition Niki de Saint Phalle

    Grand Palais jusqu’au 2 février 2015

    Pour finir, il est rare que je conseille une application pour smartphone, mais l'e-album de l'expo vaut le coup : https://itunes.apple.com/app/niki-saint-phalle-le-album/id902971085

     

    niki de saint phalle,grand palais,révolution,médias

     

  • Le Roman d' Enéas - Anonyme

    Pin it!

    Bon.

    002.JPG

    Voilà un ouvrage qui m’aura donné du fil à retordre, mais que je ne regrette pas d’avoir lu.

    Le roman d’ Enéas est un récit incongru pour moi, puisque c’est la réécriture de l’ Eneide par un anonyme du Moyen-Age.

    L’histoire est donc assez connu, puisqu’elle a d’abord été l’œuvre d Virgile.

    Nous sommes au soir de la chute de Troie, vaincue par Ménélas et ses alliés. La ville est détruite, il ne reste que des cendres et le désespoir. Enéas, fils de Vénus, quitte les rives de Troie, avec les siens et les dernières richesses de la ville, sur les conseils de sa mère, pour gagner la Lombardie. Au milieu du voyage maudit par Junon,  Enéas arrive en Libye, sur les terres de la reine Didon.

    Vénus, effrayée par la réputation de cruauté des Libyens, fait en sorte que Didon et Enéas tombent amoureux, dans l’idée de protéger Enéas. Ce dernier restera un temps à Carthage, sous le coup de cet amour, qui enflammera littéralement Didon, puisque celle-ci, après avoir négligé l’administration de son royaume, subit la jalousie des prétendants qu’elle avait repoussé avant Enéas, finira par mourir sur le bûcher, las, sans avoir fait revenir à elle Enéas, les dieux ayant rappelé ce dernier à son devoir vers la Lombardie. Enéas reprend donc la mer, et après quelques péripéties arrive enfin en Lombardie,  près du royaume de Laurente. Le roi de Laurente souhaite donner sa fille, Lavine, en mariage à Enéas, mais la Reine ne l’entend pas ainsi, et par ailleurs il y a un promis de la princesse Lavine, Turnus, qui complique encore l’affaire. La reine de Laurente s’oppose au mariage de Lavine et Enéas, elle rappelle au roi la catastrophe de Troie, et la triste fin de la reine Didon : comment faire confiance à un peuple qui occasionne tant de drames ? Turnus est prêt à la guerre contre les troyens. Le roi de Laurente se résout à promettre la main de sa fille à celui qui gagnerait la guerre, de Turnus ou d’Enéas. Au terme d’une guerre cruelle, une trêve s’établit pour un moment. L’occasion pour Lavine de croiser le regard d’Enéas et de tomber amoureuse (alors que sa mère l’avait prévenue contre lui…) Enéas aussi finit par tomber amoureux, mais le dissimule, sur les conseils de Cupidon. Le jour du duel entre Turnus et Enéas arrive, et, après moult revirements, batailles et angoisse, Enéas finit par défaire Turnus et ses alliés. Il gagne ainsi la main de Lavine et les terres du roi de Laurente.

    Ce qui est assez amusant finalement, c’est que ce nouveau regard sur l’Enéide, avec la place qu’il donne à l’amour, concourt à éclaircir la vision un peu triste et sombre que l’on a du Moyen-Âge : c’est finalement l’amour qui prend toute la place, dans le roman d’Enéas, comme au Moyen-Âge. L’Amour Courtois n’est pas qu’un mythe. Je n’ai pas grand souvenir du texte de Virgile, et il faudrait certainement que je m’y replonge, mais l’auteur médiéval que j’ai lu pour l’occasion, a de toute évidence reconstruit le récit selon les codes de l’Amour Courtois.

    Les pages où Lavine se lamente de la probable indifférence d’Enéas à son égard, pendant que le même Enéas expérimente les souffrances de l’amour, sont parmi les plus belles de l’ouvrage. L’équilibre des sentiments, entre haine et amour, figuré par les batailles de l’épée et celles du cœur, rend ce roman très original par rapport à son ancêtre antique. L’amour moteur et objet de la vraie quête, finalement.

    Roman dense, touffu même, mais qui se laisse lire (je peux comprendre qu’on saute deux ou trois ligne de-ci de-là, mais pas trop, sinon on perd vite le fil)

    Je l’ai lu dans une version « bilingue », vieux français-français, au Livre de Poche. Ce n’est pas forcément très confortable, mais certainement parce que j’avais le réflexe de toujours lire la page en vieux français en parallèle de la version « traduite ».

    C’est une expérience, hors de cette rentrée littéraire et hors du temps, une vraie plongée, qui me redonne simplement envie de découvrir les autres romans antique du Moyen-Âge.

     

    Merci Maggie et Claudialucia pour cette LC.

  • La rentrée

    Pin it!

    Alors cette rentrée ? Tout s’est bien passé ? Pour ma part, c’était la course, la folie, et surtout une totale réorganisation, avec les nouveaux horaires et la réforme scolaire, mais là je ne vous apprends rien !

    La rentrée, ce fut synonyme de courses entre le supermarché du coin, le BHV et Gibert pour trouver LE cahier improbable demandé par l’instituteur, le renouvellement de la garde robe du petit chou, l’inscription aux activités périscolaires. Autant vous dire que j’ai finalement peu eu de temps pour moi, rien qu’à moi ^^ Mais je compte bien me rattraper et souffler un peu, revenir à un doux équilibre, et penser un peu à ma rentrée perso.

    J’aime bien ce petit rituel de rentrée, qui consiste à s’offrir une nouvelle tenue, pour affronter l’année de travail qui commence. Bon, en général ce rituel est plutôt dévolu aux enfants, mais je suis restée une grande enfant :) Alors mon rituel de rentrée à moi, c’est de trouver la bonne paire de chaussures qui m’aidera à affronter cette fichue rentrée, et dire au revoir à l’été.

    J’aime les escarpins plus que tout, et encore plus quand ils sont originaux et classes à la fois. C’est exactement ce que j’ai pensé de cette paire de Stéphane Kelian :

     

    Escarpins-Stephane-Kelian-ILOA-237341_350_A.jpg

     

    Ligne et sobriété parfaite pour marcher vers la rentrée.  Décidément, je l’aime mon petit rituel de rentrée !

  • Madame - Jean Marie Chevrier (Albin Michel)

    Pin it!

    Madame est un roman particulier.

    Madame.jpg

    Je l’ai lu il y a une semaine déjà, et j’ai attendu avant d’écrire quoi que ce soit à son sujet. Pour voir ce qu’il en resterait.

    Une petite musique de fond, un film un peu flou mais familier.

    Pendant cette semaine, j’ai vécu avec les personnages, dans le château de Madame, avec les derniers, et leur fils, Guillaume.

    Guillaume, que Madame appelle Will, que Madame confisque  chaque jour pour lui donner des leçons de maths, de littérature, d’histoire, pour faire de lui un petit gentilhomme pour gentilhommière. Guillaume, sous la férule de Madame, devient chaque jour un peu plus le remplaçant de l’autre, de celui qui est mort, de ce fils qui n’est plus. Madame ne semble pas avoir de chagrin, de sentiments, ou de vie, tout est figé dans le château comme dans ses veines.

    Les parents de Guillaume voient d’un mauvais œil cette relation, et ne comprennent pas pourquoi Madame fait des cadeaux à Guillaume, et lui apprend toutes ces choses qu’eux-mêmes ne savent pas. Comme si elle voulait le leur voler, l’élever hors du sol où ces fermiers se tiennent pour l’emmener dans ses sphères à elle.

    Madame est-elle simplement bonne et généreuse, veut-elle seulement donner à Guillaume, ce qu’elle ne peut plus offrir à l’autre enfant, le disparu ?

    Ce roman m’a entraînée, et perdue comme au milieu d’une forêt, mais c’était agréable d’être perdue ainsi. A cet égard, on est dans un flou total quant à l’époque où se situe l’action, et c’est encore une qualité car cette intemporalité vient souligner le plus important : les caractères, les sentiments. J’étais presque choquée de croiser le mot « ordinateur », tant j’avais intégré l’anéantissement du temps et de la durée !

    Madame est un roman à la psychologie simple et subtile : sa force réside dans les petits détails, dans la vanité des uns, la colère, la curiosité, la jalousie, l’envie, autant de petites piques qui viennent tracer un chemin qui mènera irrémédiablement à la chute.

    La chute. Exactement.

     

    Madame, très joli roman de Jean-Marie Chevrier, aux éditions Albin Michel.

    Une agréable surprise de cette rentrée littéraire.

     

    Bon, sinon, je me rends compte que j’ai de plus en plus envie de partager autour des bouquins que je lis.

    Je crois que je vais ranger toute les chroniques bouquins dans un blog dédié. Ou pas.

    Je vous tiens au courant, pour peu que ça fasse palpiter quelque palpitant que ce soit :)

     

  • Rentrée, en dedans

    Pin it!

    La rentrée scolaire me fait poser pas mal de question, sur ce qui est bon ou pas pour nos enfants. Les nouveaux rythmes scolaires, les nouveaux horaires à respecter, la qualité des activités après les cours, la courses effrénée pour être à l’heure, tout cela me fait réfléchir sur mon quotidien, sur ce que je veux pour moi et mon enfant, au-delà d’un temps partiel bancal.

    Si j’avais su qu’un jour je me balancerai à moi-même ce poncif : la qualité de vie c’est important.

    Pourtant c’est vrai.

    La réforme scolaire aura eu au moins cette qualité de me remettre profondément en question, en tant que mère, ainsi que sur le plan professionnel.

    Je n’ai pas toutes les réponses, mais je sais déjà que je dois changer de rythme, de vie et de priorités.

    septembre.gif