Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

enfant

  • Décembre !

    Décembre, décembre, mois des frimas, mois des listes (la liste des cadeaux, la liste des menus, des invités, des non-invités…). Décembre, mois des courses contre la montre, des courses de boutiques en boutiques, mois des questions existentielles (que pourrais-je offrir à tata Andrée que je n’ai pas vu depuis 10 ans…). Décembre, mois de Noël, des enfants et des pensées positives (aimons-nous les uns les autres, le temps d’une dinde aux marrons) (je n’aime pas la dinde aux marrons, je vous apprécierai mieux autour d’un plat de poisson, je l’avoue…). Décembre mois des petites joies, et puis surtout mois du sapin, qui en prend pour son grade, affublée de mille couleurs qui feraient rougir un camion volé.

    J’aime décembre, j’aime notre sapin, que je prends plaisir à décorer chaque année avec mon fils, depuis la première boule de Noël que nous avons choisie ensemble, quand il était tout petit (oui, il a désigné la boule, fait areuh, et j’ai su que c’était celle qui lui plaisait…)

    SN156496.JPG

    imagefromurl1.jpg

    SN156507.JPG


    Depuis, chaque année est prétexte à choisir une ou plusieurs nouvelles décoration pour l’arbre, qui viendront enrichir son histoire, celle s’on se raconte tout les noëls. L’histoire de la forêt enchantée et du pays des neiges, c’est l’univers toute entier contenu dans un simple arbre, par la magie de quelques personnages.

    Alors notre arbre n’est ni « thématique », ni peut-être harmonieux aux gouts de certains, mais c’est un arbre unique, celui d’une famille, une histoire qui nous appartient.

    Et nous n’oublierons pas le Père Noël, cette année encore quelques petits gâteaux l’attendront !

    En attendant, c’est le calendrier de l’Avent qui est en place, et qui fait le bonheur quotidien de mon petit gourmand. L’indigne mère que je suis ne l’a pas fait de ses mains : je me suis contenté de l’acheter, il y a quelques années, et il fait très bien son office. J’aime bien ses petits tiroirs, on peut y mettre tant de choses.

    SN156502.JPG


    Décembre, mois des surprises !

  • Paske c'est comme ça et puis c'est très bien

    La première fois que mon fils m’a dessinée, il avait fait une sorte d’araignée moche, et bon voilà quoi, j’ai quand même fait oh c’est beau mon bébé, jugez par vous-même, et vous pouvez me le dire c’est pas terrible :

    SN155548.JPG

    Ok, il avait deux ans à l'époque....


    Mais depuis il a fait des progrès en dessin, et ça tombe bien, il va pouvoir éclabousser de son talent tous les Internets du monde. Non, je ne délire pas (quoique...)
    Vertbaudet a lancé un concours de dessins, autour de la web série Paske.
    Paske c’est la web série de Vertbaudet qui donne la parole aux enfants, à leur poésie, à leur sens de l’humour, de la drôlerie, et à leur imagination débordante ! Il n’y a qu’à voir les réponses qu’on peut trouver à des questions auxquels on ne sait pas toujours quoi répondre : pourquoi on perd ses dents, pourquoi offre-t-on des cadeaux à Noël etc.… Allez prendre une bonne tranche de rigolade et de spontanéité devant votre ordi, il y  a une chaine Youtube, et une page Facebook dédiées.
    Le plus marrant, c’est que nos enfants vont pouvoir participer à cette web série via un grand concours de dessin, du 23 janvier au 10 février 2012, avec à la clé de nombreux lots, que je vous laisse découvrir, ainsi que le règlement du jeu, sur la page du concours

    Flyer_recto.JPG

     

    Flyer_verso.JPG


    C’est simple comme un jeu dessin d’enfants : les artistes en herbe peuvent participer à l’aventure en dessinant au choix l’un des 5 thèmes : un papy, une mamie, un président, un ordinateur ou un masque de carnaval, qui apparaîtra peut être dans les prochains épisodes. Un grand concours rien que pour les 3-12 ans !  Le gabarit du dessin est à télécharger à cette page, vous laissez votre choupi dégainer ses feutres et vous obtiendrez peut-être ceci :

    SN155546.JPG


    Ça, c’est que mon fiston a pondu quand je lui ai dis de dessiner ce qu’il avait en tête comme maison idéale (après qu’il m’ai demandé pourquoi on habite un appartement.)
    Je trouve ça joli, non ? Ok, je ne suis pas objective, mais j’adore :)
    Sinon, pour le concours, il a choisi le thème du masque de carnaval, et ça donne ça :

    SN155547.JPG


    J’ai l’impression qu’il est un peu comme sa maman, obsédé par les lignes droites, les angles et les couleurs vives….
    On verra ce que ça cote dans trente ans…

  • ASL aime EAL

    "Un enfant prodige est un enfant dont les parents ont beaucoup d'imagination." Jean Cocteau

     

    enfance,enfant,fils,amour filial,jean cocteau,citation


    C’est ma citation pour les jeudis de Chiffonnette.

    Quand j’ai eu mon premier enfant dans les bras, pour la première fois, chez moi, seule avec son père, je me suis demandé comment faire. Comment m’occuper de lui, si je saurais faire. J’étais toute bizarre, non pas paniquée, mais dans une sorte d’état second. Cela me semblait improbable que moi, la fille un peu trop spontanée et parfois « absente », je puisse avoir un enfant. Et il était là, dans mes bras. Depuis, je ne cesse de me poser des questions sur l’éducation que nous lui donnons, sur notre capacité à bien discuter avec lui ; sur la manière d’allier subtilement fermeté et dialogue…

    Et toutes ces questions n’ont trouvé qu’une seule et même forme de réponse : l’amour, bien sûr, et les mots. Parler, dire ce qu’on aime de lui. Répéter chaque jour que c’est ce qu’il est qui nous plait et le rassurer surtout. Parce qu’il y a une chose que j’ai retenu de la vie : ne pas oublier l’enfant qu’on a été, et combien la vie peu sembler étrange, injuste, difficile parfois.

    Plus que tout, et pour en revenir à Cocteau, je veux un enfant prodige : un enfant qui n’a pas peur d’être lui-même, ni d’aimer les autres. Je veux un enfant pour qui la gentillesse n’est pas une tare, mais la qualité essentielle. Je veux un enfant qui fasse de son imagination le moteur de sa vie.

    C’est une chose curieuse à dire, mais cet enfant là ne pouvait avoir que nous comme parents… C’est la vérité universelle de toutes les mamans, je sais bien :)

    Bref, chouchou, je t’aime.