Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mikhail lermontov

  • L'art est dans l'infini détail...

    Pin it!

    ...et Federico Fellini était un grand artiste

     

    La lourdeur de l’été ralentit toujours ces lieux. J’aurais beaucoup de choses à vous raconter ! Non pas que ma vie soit devenu brusquement passionnante, mais les expériences s’accumulent…

    Sortir, prendre le soleil, découvrir de nouveaux plaisir en s’accordant de regarder les choses différemment, voilà déjà le début d’un changement heureux…

    Regarder la vie ne nous met pas forcément en position de passivité. Au contraire. Regarder correctement demande un travail, un certain talent. Voir les détails, le détail. La petite chose subtile qui apportera l’incroyable sensation de contentement que certaines grandes occasions ne savent pas satisfaire. Etrange. Etrange comme le détail invisible et inconnu de tous, suffit à mettre en joie.

    Dans un poème, juste un vers suffira à embellir ma journée, la musique de ces mots, le souvenir qui m’accompagnera la journée entière, un rien qui suffit à tout !

    Rester des heures, allongées sur le dos, les jambes au mur, à regarder les détails alentour, voilà au moins une des choses que favorise la langueur de l'été...

    La vie c’est un joli carnet où je consigne ces détails ; un mot, un dessin, trois notes qui s’entrechoquent agréablement. Nous sommes sur Terre pour si peu de temps, tellement de détails à dénicher et si peu de temps pour ça…

    A celui qui fait l’économie de ses sentiments, à celui qui ne galvaude pas ses gestes, à celui qui sait voir le détail : à celui dont je pourrais guetter les prémisses d’un sourire…

     

     

    papillons.jpg

     

     

     

    Mikhaïl Lermontov - Sourire

     

    Quand je te vois sourire,
    Mon cœur s’épanouit,
    Et je voudrais te dire,
    Ce que mon cœur me dit !

    Alors toute ma vie
    A mes yeux apparaît ;
    Je maudis, et je prie,
    Et je pleure en secret.

    Car sans toi, mon seul guide,
    Sans ton regard de feu
    Mon passé paraît vide,
    Comme le ciel sans Dieu.

    Et puis, caprice étrange,
    Je me surprends à bénir
    Le beau jour, oh mon ange,
    Où tu m’as fait souffrir !