Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jonathan coe

  • Méli-mélo du mardi

    Pin it!

    Un peu de tout aujourd’hui !

    Récapitulatif sur le challenge Daphné du Maurier : les billets déjà publiés sont linkés dans le billet dédié, à savoir .

     

    daphné.jpg

     

    Si quelqu’un souhaite s’inscrire, il est toujours temps ! Et je songe à repousser la date limite de publication des participations au 31 décembre 2010, histoire d’avoir une date butoir plus lisible, et de laisser un peu de temps aux récents inscrits.

    Pour ma part, je me suis inscrit à deux challenges littéraires supplémentaires.  D’abord le challenge Jonathan Coe. J’adore cet écrivain depuis Testament à l’anglaise. Je vais me faire plaisir en le relisant, et enfin je pourrais me pencher sur les autres romans de lui qui sont en souffrance dans ma PAL.

    challenge-coe3-2.jpg


    Ensuite, j’ai découvert par hasard le challenge Tour du Monde : il s’agit de lire cinquante livres d’auteurs de nationalités différentes. Les détails .

    logo3.JPG


    Je crois que je tends de plus en plus à fréquenter les blogs purement livresques. Vous allez me trouver bête (ou pas…) mais je me l’interdisais, au sens où n’étant pas moi-même un blog 100% bouquins, j’avais l’impression que mes impressions justement, ne serait pas intéressantes, voire qu’elles seraient comme un chien dans un jeu de quilles. Bref, on est parfois bête…

    L’automne est là et bien là. J’avoue que j’apprécie cette saison, la pluie, le vent le froid, j’aime. Pourtant je suis née bien au sud… Les couleurs de l’automne, l’ambiance, tout me plait. Et j’attends avec plus d’impatience encore l’hiver ! J’aime m’emmitoufler dans de grands manteaux, m’enrouler dans des écharpes douces et chaudes…. J’ai hâte !

    La rentrée télé est bien amorcée, et si je ne suis pas très fan des trucs qui passent sur les chaines privées, genre la téléréalité ou les émissions de classements à la con, j’aime jeter un œil de temps en temps sur France 5, Arte, France Ô, pour les émissions originales qu’elles proposent. Oui, même à la télé, je suis pour le Service Public J ! Bref, je ne suis pas téléphage, mais France TV viens à mon secours (et peut-être au votre ?) avec une série de quatre petit clip «  à l’heure de France Télévision », qui présentent les programmes et les animateurs et journalistes de la grille de rentrée. Je vous en mets un, que j’ai choisi parce qu’il y a l’idole de Manu, Nelson Montfort !

    (billet non sponsorisé je précise ^^)

     

     

    Et un grand grand merci à ma NJC que j'aime, pour son explication "les liens dans une photo pour les nuls" ! Et oui, si tu cliques qur les images, tu arrives directement aux billets concernés. Un petit pas pour toi, un grand pour moi ! Merci encore Daydreamer pour ton aide !

  • Impatience du dimanche

    Pin it!

    Tumbn.jpg

    Du vrac ? En voilà !

     

    J’ai regardé une émission passionnante sur le Machu Picchu, sur Arte hier soir.  Je connais mal les civilisations d’Amérique du sud, alors c’est toujours un moment intéressant. Tu te rends compte de tout ce que nous ignorons (enfin moi) sur 99 % des civilisations passées et présentes de la planète ? Comment acceptons nous de vivre dans un monde sans chercher constamment à le connaître, à l’aimer, à l’admirer ? Il y a tant d’occasions d’être étonné, époustouflé, ému. Et que faisons-nous ? Nous passons la semaine à travailler, pour des sommes plus ou moins intéressantes, qui finiront toutes dépensées en des loisirs somme toute si vains ? Et la connaissance ? Et l’apprentissage, l’expérience ? Comment nous grandir à nos propres yeux, quand il ne s’agit plus pour nous que de chercher à vivre dans une société donnée avec des buts qui ne sont que la satisfaction de besoins vitaux (ou pas) immédiats.

     

    La rentrée scolaire est passée, bien passée. L’année entamée, et mon fils me donne déjà la liste des petits camarades qu’il veut inviter, quasi tous les samedis. Me voilà à courir après les mères de famille pour chopper numéro de téléphone et mail, convenir de goûter à la maison etc. ça me fait tout bizarre de « jouer » à la maman… Je ne joue pas, évidemment, mais je veux dire que ce n’est jamais évident pour moi ce rôle….

     

    Je reçois pas mal de spams de Bernard Tapie et Patrick Bruel, chacun pour une entreprise de merde que je réprouve. Franchement que ces types déjà bien fortunés se servent de leur célébrité pour conduire des gens à dépenser inutilement leur pognon, voilà qui me donne envie de leur taper dessus… Exactement comme ces pubs Cofidis ou autres, qui proposent des crédits à la consommation, à des taux proches de l’usure. C’est un scandale national, auquel la loi commence à peine à s’intéresser. J’en reparlerais plus tard, parce que je m’y intéresse et que j’avais envisagé des actions à l’encontre de ces organismes voleurs et irresponsables.

     

    J’ai momentanément fait une infidélité à Kusmi et Mariages Frères : j’ai trouvé de nouveaux parfums de thé sympa dans les rayons de mon carrouf’ préféré. Thé blanc-Litchi, Thé blanc-Framboises et Fraise-Rhubarbe. J’avoue que les associations sont parfaites, fraîches et délicates !

     

    Je me suis inscrite au challenge Jonathan Coe, tous les détails chez June !

     

    N’oubliez pas le challenge Daphnée Du Maurier, dont les détails sont là !

     

    Pour ce jour, on termine avec une poésie ?  

    L'Impatient - Paul Eluard - In Capitale de la Douleur

    Si triste de ses faux calculs
    Qu’il inscrit ses nombres à l’envers
    Et s’endort.

    Une femme plus belle
    Et n’a jamais trouvé,
    Cherché les idées roses des quinze ans à peine,
    Ri sans le savoir, sans un compliment
    Aux jeunesses du temps.

    À la rencontre
    De ce qui passait à côté
    L’autre jour,

    De la femme qui s’ennuyait,
    Les mains à terre,
    Sous un nuage.

    La lampe s’allumait aux méfaits de l’orage
    Aux beaux jours d’Août sans défaillances,
    La caressante embrassait l’air, les joues de sa compagne,
    Fermait les yeux
    Et comme les feuilles le soir
    Se perdait à l’horizon.