Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musique

  • Fatrasie du vendredi (le retour)

    Pin it!

    J’aime la musique, j’aime la radio publique. Au fil des jours de grève, je continue d’écouter Radio France, et plus particulièrement France Inter, malgré la musique qui remplace les émissions, et aussi pour la musique qui remplace les émissions. Radio France malgré tout. J’ai essayé d’autres stations, Europe1, RTL, Nova, Chérie FM, trop de publicités, trop de bruits, trop de tout trop vite. Je continue donc à profiter de la musique sur Radio France, avec parfois la surprise d’une émission diffusée, malgré la grève. Je n’aime pas cette grève, égoïstement, mais je la soutiens car oui il y a une particularité à Radio France, qui a un prix (contrairement au conseil en communication de Mathieu Gallet).

    J’aime lire, toujours, et je suis assez heureuse de ma décision d’aller plus souvent en bibliothèque, comme ça je sors de mes sentiers battus, je vais plus facilement à l’inconnu, et je tombe sur des livres qui ont fait, ou pas, l’actualité, il y a cinq ans, dix ans, ou l’an dernier. Dans le fond, je n’aime pas le principe de la rentrée littéraire : comme une obligation de s’intéresser aux même cinquante livres qui font le tour des médias. Alors oui, je les lis, je suis l’injonction, mais j’aime aussi en parler quand ce n’est pas forcément le moment médiatique parfait. La médiathèque à ceci de beau qu’elle recèle dans ses rayons les dizaines de livres que je n’aurai pas vu au moment le plus fort de leur exposition médiatique.

    J’aime le printemps à Paris, observer la foule des touristes qui se pressent dans les avenues, faire du shopping ou regarder les monuments, et entendre les « wonderful », se mêler aux « wunderbar », et mille autres langages qui font de Paris une nouvelle Babel.

    J’aime faire des listes, encore, toujours, pas seulement des listes des Connelly ou des Diego :) il y a aussi la listes des fleurs à s’offrir en ce printemps ; la liste des endroits de Paris où prendre un thé en terrasse ; la liste des choses indispensables, comme cette jupe à fleurs ou ce gilet jaune, qu’il me faut nécessairement, oh oui. Et puis la liste des petits musés les moins fréquentés de la capitale à redécouvrir.

    J’aime l’idée que mon blog va bientôt prendre une année de plus. Avec des hauts et des bas, de longues interruptions, des reprises chaotiques, une ligne éditoriale aussi obscure qu’erratique, c’est comme cela que je l’aime. Malgré les désertions (les archives sont parfois cruelles, tant elles montrent les absences, les au revoir non prononcés et l’adieu unilatéral qui fait quelquefois de la peine). Mais les choses sont ce qu’elles doivent être (parole de sage que je ne suis pas) et c’est bien ainsi.

    J’aime les rêves, les sourires, les blagues ratées et aussi mon humour, qui ne fait rire que moi :)

    Et puis c’est presque le week-end ! Soyez fou.

     

    Tip du jour →

    jack Koch.jpg(Dessin de Jack Koch)

  • Le Carnaval des Animaux - Orchestre Colonne

    Pin it!

    Le froid qui s’est abattu sur Paris rend toute initiative une véritable aventure quand on est un peu frileux. Bon, j’y repense cinq minutes et je me dis c’est ridicule ma petite, et en Suède, et au Canada, comment font-ils ? Le froid est un prétexte facile pour rester au chaud à lire à la maison, mais enfin on ne va pas rester coupé du monde jusqu’en avril… D’autant qu’à l’heure où j’écris ces lignes, le temps se réchauffe un peu.

    Bref j’avais froid, pas envie de sortir mais quand même un peu, et voilà comment on se retrouve un dimanche matin à l’aube, vers 10h30, devant le Cirque d’hiver pour assister à un concert d’éveil, autour de Schubert et Saint-Saëns, avec Fiston.

    Et bien c’était juste génial !

    L’Orchestre Colonne, honorable institution parisienne, propose régulièrement des concerts d’éveil, en direction des jeunes, très jeunes, et de leurs parents. La séance à laquelle nous avons assisté, mettait à l’honneur Schubert et sa Symphonie Inachevée dans un premier temps. Le chef d’orchestre Laurent Petitgirard a le don pour mettre la musique à notre portée : il explique chaque mouvement du thème, la place des instruments, pourquoi et comment ils interviennent dans la partition, pour donner une chose aussi belle que la Symphonie Inachevée. C’est toujours intéressant et jamais pesant ou ennuyeux : il y a de la gaieté chez Laurent Petitgirard, un amour de la musique aussi, qui se transmet au public joyeusement.

    Après Schubert, est arrivé Camille Saint-Saëns et le Carnaval des Animaux, autrement dit LE truc qui a motivé mon fils à m’accompagner. C’est simple il connaît cette pièce musicale par cœur. C’était amusant de le voir anticiper les explications du chef d’orchestre, la présentation des animaux et des instruments qui les jouent ! De plus, il y avait une véritable complicité entre le récitant et le chef d’orchestre, puisque c’est Tristan Petitgirard qui donnait vie au Carnaval des Animaux.

    Mention spéciale aux musiciens de l’Orchestre Colonne : tous étaient dans cet esprit joyeux et fraternel, autour de la musique, pour les enfants et les parents, avec une véritable implication, qui se voit et qui fait plaisir !

    Si vous avez l’occasion de les voir en concert, n’hésitez pas. Il y a régulièrement des séances d’éveil, le programme est disponible sur le site internet de l’Orchestre Colonne.

    DSCN1169.JPG

    DSCN1157.JPG

    DSCN1156.JPG

    DSCN1158.JPG

    DSCN1161.JPG

    DSCN1162.JPG

    DSCN1163.JPG

    DSCN1164.JPG

  • BeauOui !

    Pin it!

    david-bowie-4e68f3b6abbc9-1024x576.jpg


    Une année qui commence par l’annonce d’un nouvel album de David Bowie, ce ne peut être qu’une bonne année.

    En tout cas, c’est comme ça que je le vois, et l’écoute du premier single m’a juste fait sautiller comme une gamine !

    Fan de toujours de l’homme aux yeux vairons, cette nouvelle a fait ma journée, ma semaine presque.

    J’en profite pour vous présenter le travail d’un graphiste, Viktor Hertz, qui met en image des artistes, dont David Bowie, à travers des posters reprenant les codes de ces artistes.

    Viktor-Hertz-Bowie.jpg


    Pas mal, non ? Plus de détail sur le site de Viktor Hertz, et sur son e-shop.

    Aujourd’hui, tout est beau, comme Bowie :)

  • Musique

    Pin it!

    Il y a ces chansons que l’on passe certains soirs sans trop savoir pourquoi, et qui rappellent une minute, un instant, qui convoque un souvenir presque parfait. J’aime les écouter, les yeux fermées, et à mon tour je convoque ma mémoire, parfois défaillante, pour retrouver les sensations, le gout, la réalité presque.

    J’aime le pouvoir de la musique sur moi. Une vie sans musique, est-ce possible ? Je me suis rendue compte que j’en écoutais énormément, et que chaque seconde de chaque note avant sa signification, son utilité, son bonheur !

    Et moi qui suis parfois être un peu snob, j’aime toutes les musiques, tous les styles. De Joe Dassin à Vivaldi en passant par Dr Dre et Nat King Cole, je réussi à trouver dans chaque note de musique une source de joie, de réconfort, de bonheur, de motivation.

    Simplement j’y pensais ce matin, et je voulais dire ma reconnaissance éternelle à la musique !

     

    (Je finis ce billet en écoutant Rolando Villazon, un vrai bonheur !)

     (Dès que je peux, je viens vous lire : je me promène un mal de crâne première catégorie ces jours-ci !)

  • Noir Désir - Soyons Désinvoltes N'Ayons L'Air De Rien

    Pin it!

    Parfois, j’ai envie de mettre ma procrastination de côté, et j’envisage de faire une sorte de compilation perso, un genre de bande originale de ma vie, mon œuvre… Les chansons et musiques qui ont marqué mon parcours, étape par étape.
    Un jour je le ferais. Et dans cette bande son, il y aura du Noir désir, c’est certain, incontournable et indispensable.

    Aux Sombres Héros de la Mer, l’Homme Pressé, Un Jour en France, Tostaky, Le Vent nous Portera… Autant de tubes et autant de moment où j’ai vibré, avec le meilleur groupe de rock au monde pour moi (Avec Black Sabbath dans un autre style, et aussi ZZ Top, et Queen…)
    Avec la fin officielle du groupe en novembre 2010, c’est toute une époque qui se referme, mais il reste des pépites, des trésors, des morceaux indépassables.
    Le coffret-compilation qui est sorti en fin d’année dernière est donc un indispensable de toute bonne cdthèque. Depuis que je l’ai entre les mains, je réécoute, et redécouvre quelques titres oubliés.

    SN155529.JPG


    Deux CD et un DVD nous permettent de refaire le voyage, presque à l’envers… Sur le premier CD, on retrouve un best off des plus grands succès, les titres les plus connus, que j’ai cités. On les connaît presque tous par cœur (en tout cas j’en suis certaine, pour Stéphanie ^^)
    Une fois qu’on est bien mis en jambes avec ce premier CD, la platine passe au second CD et là, c’est simplement parfait : un voyage au cœur de l’inattendu ! Une poignée de titres secondaires des anciens albums, qui méritent qu’on les redécouvre (comme le très beau Back To You) et surtout des duos, des remixes et des reprises très surprenantes ! Il faut entendre Helter Skelter ou Working Class Hero des Beatles, ou bien encore le magnifique Ces Gens-là de Jacques Brel. Impossible de tout citer, mais chaque piste est une belle surprise, combinant le talent de Noir Désir, et de Bashung, Brigitte Fontaine, Les Têtes Raides

    253904_septembre96.jpg


    Le DVD est peut-être ce que j’ai préféré. Simplement parce qu’il offre l’intégralité des clips du groupe, des extraits de prestation live, des archives du groupe et aussi une sorte de rétrospective médiatique du groupe à partir d’archive de l’INA. J’ai regardé ces archives en essayant de me rappeler où j’étais à chaque fois, ce que je faisais de ma vie… C’est certainement une question de génération, mais aucun groupe ne m’a autant accompagné que Noir Désir
    Et quand je vois mon fils danser dans le salon au son de Tostaky, je sais que ce n’est pas près de s’arrêter !


    Page Facebook de Noir Désir
    Site Officiel du groupe
    Soyons Désinvoltes N’ayons L’Air De Rien – 20 €