Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poème

  • En cas de doute, je lis de la poésie

    Dis, ça fait longtemps qu’on n’a pas parlé poésie par ici ! Enfin, parlé, c’est un bien grand mot. (Tiens ça fait longtemps aussi que je n’ai pas fait de podcast poétique)

    Bref, un dimanche sous la pluie, parfait pour rester au chaud sous la couette, quand on peut, à lire. Pour moi ce sera une énième relecture de Capitale de la Douleur, dont est extrait le poème suivant. (Par Paul Eluard, bien sûr) (what else ?)

     

    Ta bouche aux lèvres d'or n'est pas en moi pour rire

    Et tes mots d'auréole ont un sens si parfait

    Que dans mes nuits d'années, de jeunesse et de mort

    J'entends vibrer ta voix dans tous les bruits du monde

     

    Dans cette aube de soie où végète le froid

    La luxure en péril regrette le sommeil,

    Dans les mains du soleil tous les corps qui s'éveillent

    Grelottent à l'idée de retrouver leur cœur

     

    Souvenirs de bois vert, brouillard où je m'enfonce

    J'ai fermé les yeux sur moi, je suis à toi

    Toute ma vie t'écoute et je ne peux détruire

    Les terribles loisirs que ton amour me crée

     

    Paul Eluard (in Capital de la Douleur)

     

    SN154203.JPG

  • Saint-John Perse, Amers - Avent littéraire #19

    Ce soir, rendez-vous avec un arpenteur du monde, un diplomate écrivain, comme notre pays sait en produire de magnifique. Saint-John Perse est un être mystérieux, pour moi, quelqu’un que j’imagine d’une présence incroyable, qui transmet son magnétisme à travers ses mots.

    J’aime les poètes voyageurs, amoureux des larges étendues et des océans. Sa poésie est imposante, un peu comme celle de Hugo, même s’il n’est jamais bon de comparer en ce domaine si subjectif. En tout cas, l’œuvre de Saint-John Perse me fait l’effet d’un monument à gravir, difficile mais fascinant.

    Ce soir, deux petits extraits du recueil intitulé Amers.

     

    Et vous, Mers, qui lisiez dans de plus vastes songes, nous laisserez-vous un soir aux rostres de la Ville, parmi la pierre publique et les pampres de bronze?

    Plus large, ô foule, notre audience sur ce versant d'un âge sans déclin : la Mer, immense et verte comme une aube à l'orient des hommes,
    La Mer en fête sur ses marches comme une ode de pierre : vigile et fête à nos frontières, murmure et fête à hauteur d'hommes — la Mer elle-même notre veille, comme une promulgation divine...

    L'odeur funèbre de la rose n'assiégera plus les grilles du tombeau ; l'heure vivante dans les palmes ne taira plus son âme d'étrangère... Amères, nos lèvres de vivants le furent-elles jamais?
    J'ai vu sourire aux feux du large la grande chose fériée : la Mer en fête de nos songes, comme une Pâque d'herbe verte et comme fête que l'on fête,
    Toute la Mer en fête des confins, sous sa fauconnerie de nuées blanches, comme domaine de franchise et comme terre de mainmorte, comme province d'herbe folle et qui fut jouée aux dés...

     

    2015-12-21 002.JPG

    Et ce fut au couchant, dans les premiers frissons du soir encombré de viscères, quand, sur les temples frettés d’or et dans les Colisées de vieille fonte ébréchés de lumière, l’esprit sacré s’éveille aux nids d’effraies, parmi l’animation soudaine de l’ample flore pariétale.
    Et comme nous courions à la promesse de nos songes, sur un très haut versant de terre rouge chargée d’offrandes et d’aumaille, et comme nous foulions la terre rouge du sacrifice, parée de pampres et d’épices, tel un front de bélier sous les crépines d’or et sous les ganses, nous avons vu monter au loin cette autre face de nos songes : la chose sainte à son étiage, la Mer, étrange, là, et qui veillait sa veille d’Etrangère — inconciliable, et singulière, et à jamais inappariée — la Mer errante prise au piège de son aberration.

     

    À demain

  • E. E. Cummings Erotiques - Avent littéraire #15

    Les textes érotiques sont à la mode, et font le bonheur financier du monde de l’édition. Enfin, quand je dis textes érotiques, je devrais plutôt parler de touche-pipi et d’érotisme en carton dans la lignée des Cinquante Nuances de billets de banque. Il existe de superbes récits érotiques et pornographiques, mais ce n’est pas forcément ce qui se vend le plus. Mais de tout ça, on reparlera un jour… Ce soir, j’avais juste envie de partager avec vous un des poèmes érotiques de Cummings. (Qui n’est pas QUE le poète de I Carry Your Heart With Me, du film In Her Shoes…)

    IMG_1706.JPG

    Pour cette première fois sur le thème de l’érotisme en poésie, j’ai choisi quelque chose de très doux, de subtile et qui joue sur le symbolique. J’espère que cette suite de l’Avent littéraire vous plaira.

     

    Poème 24

    ma dame est un jardin d’ivoire,
    couvert de fleurs.

    sous la grande et silencieuse éclosion
    de couleurs subtiles que sont ses cheveux
    son oreille est une fleur frêle et mystérieuse
    des narines
    sont de timides exquises
    fleurs qui habilement remuent
    à la moindre caresse d’air qu’elle respire, ses
    yeux sa bouche sont trois fleurs. Ma dame

    est un jardin d’ivoire
    ses épaules sont de lisses et brillantes
    fleurs
    sous lesquelles percent les fleurs nouvelles
    de ses petits seins se balançant avec amour
    sa main forme cinq fleurs
    sur son ventre blanc est une maligne fleur en forme de rêve
    et ses poignets sont les plus pures plus merveilleuses fleurs ma
    dame est couverte
    de fleurs
    ses pieds sont effilés
    formés chacun de cinq fleurs sa cheville
    est une minuscule fleur
    les genoux de ma dame sont deux fleurs
    Ses cuisses sont de vastes et fermes fleurs de nuit
    et exactement entre
    elles endormie intensément
    est

    la fleur soudaine d’une totale satisfaction

    ma dame couverte de fleurs
    est un jardin d’ivoire.

    Et la lune est un jeune homme

    que je vois régulièrement, autour du crépuscule,
    entrer dans le jardin et sourire
    en lui-même.

     

     

    J'aime aussi énormément le suivant :

     

    2015-12-15_220120.jpg

    À demain !

  • Lope de Vega, Soliloques Amoureux d'une Âme à Dieu - Avent littéraire #14

    Ce soir, un Grand d’Espagne ! Non pas un roi, ni un empereur, mieux que ça : un écrivain. Lope de Vega n’est pas le plus connu des auteurs espagnols et c’est dommage. Si un jour l’occasion vous est donnée, offrez-vous la lecture de ses pièces de théâtre, il n’y a pas beaucoup de traduction disponible, mais l’effort de recherche sera amplement récompensé. Pour ma part, je remercie le réseau des médiathèques de ma ville, qui possède un bel éventail des œuvres de Lope de Vega !

    Lope de Vega a révolutionné le monde des Lettres en Espagne, et a laissé une œuvre foisonnante. Aujourd’hui, je m’intéresse à quelques uns de ses poèmes, intitulés Soliloques Amoureux d’une Âme à Dieu. La vie de Lope de Vega est digne d’un roman : une vie amoureuse rocambolesque, quelques passages dans l’Invincible Armada, une carrière en dent de scie, et des épreuves qui l’amènent à une crise mystique qui remettra bien des choses en causes.

    Loe de Vega, soliloques amoureux d'une âme à Dieu, éditions Allia, poésie, poème, Dieu, Christianisme, Noël, Avent

    Ce recours à Dieu est magnifiquement mis en vers dans les Soliloques. Lope de Vega s’adresse au Seigneur comme à une femme aimée. Dans ces poèmes il s’agit d’amour infini, de pardon, de rédemption et d’angoisses à apaiser.

    On découvre un auteur emprunt de mélancolie, quant à ses erreurs passées, et qui cherche le réconfort du Pardon. Pour autant, il ne s’agit pas simplement de négocier une remise sur péché, loin de là. La beauté profonde de ses soliloques réside dans sa nature profonde : une vraie déclaration d’amour à Dieu.

    En ce temps d’Avent, il ne m’est pas apparu superflu de proposer cette lecture :) Voici donc un extrait du Soliloque IV :

     

    De mon insouciance, Seigneur,

    Vous vous souciez, m’a-t-on dit.

    Si j’ai soucié Dieu ainsi,

    Pourquoi n’est-il pas dans mon cœur ?

     

    Et moi qui pensais Vous aimer,

    Par mon amour, tout simplement,

    Avec un tel comportement,

    J’étais bien loin d’y arriver.

     

    À quoi servent mes mots d’amour

    Tant sont nombreuses mes erreurs ?

    Les actes sont amour, Seigneur,

    Et non pas tous les beaux discours.

     

    Oh, Seigneur, mais quand donc serai-je

    Tel que Vous voulez que je sois ?

    Puisque Vous m’aimez et moi pas,

    De Vous et de moi que dirai-je

     

    De Vous je dis : Vous êtes Dieu,

    De moi que je ne suis pas homme,

    Car il ne se peut que l’on nomme

    Ainsi qui ne Vous connaît mieux.

     

    À demain !

  • Paul Éluard - Avent littéraire #11

    La plupart du temps, quand je dois remplir une sorte de profil sur les réseaux sociaux, je dis toujours que j’aime Paul Éluard. Aussi simple que cela, je l’aime, comme s’il était l’amoureux qui fait battre mon cœur. Je suis incapable de parler autrement de lui, alors qu’il y a tant à dire de sa vie et de ses mots offerts au monde en cadeau.

    Le mieux c’est encore de le lire, de savourer ses poèmes.

    En voici un. En voici deux. En voici trois, glanés au hasard des souvenirs.

     

     

    Mon amour pour avoir figuré mes désirs

    Mis tes lèvres au ciel de tes mots comme un astre

    Tes baisers dans la nuit vivante

    Et le sillage des tes bras autour de moi

    Comme une flamme en signe de conquête

    Mes rêves sont au monde

    Clairs et perpétuels.

     

    Et quand tu n’es pas là

    Je rêve que je dors je rêve que je rêve.

     

    AVT_Paul-Eluard_4691.pjpeg.jpg

    Elle est debout sur mes paupières
    Et ses cheveux sont dans les miens,
    Elle a la forme de mes mains,
    Elle a la couleur de mes yeux,
    Elle s’engloutit dans mon ombre
    Comme une pierre sur le ciel.

    Elle a toujours les yeux ouverts
    Et ne me laisse pas dormir.
    Ses rêves en pleine lumière
    Font s’évaporer les soleils,
    Me font rire, pleurer et rire,
    Parler sans avoir rien à dire.

     

    AVT_Paul-Eluard_614.jpeg

     

    La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur,
    Un rond de danse et de douceur,
    Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
    Et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu
    C’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu.

    Feuilles de jour et mousse de rosée,
    Roseaux du vent, sourires parfumés,
    Ailes couvrant le monde de lumière,
    Bateaux chargés du ciel et de la mer,
    Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

    Parfums éclos d’une couvée d’aurores
    Qui gît toujours sur la paille des astres,
    Comme le jour dépend de l’innocence
    Le monde entier dépend de tes yeux purs
    Et tout mon sang coule dans leurs regards.

     

    À demain !