Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vacances

  • A bicyclette...

    Pin it!

    Point besoin d’être amoureux de Paulette pour enfourcher sa bicyclette et découvrir parmi les plus beaux paysage de France. Depuis quelques jours a été lancé la Vélodyssée®, une nouvelle offre formule de vacances en itinérance, sur près de 1200 km de route exclusivement réservés au vélo : la petite reine devient la grande reine ! 1200 km de possible promenade à vélo, 80% en site sans voiture, qui vous mèneront de la Bretagne à l’Aquitaine, avec un prolongement sur l’Espagne et la Grande-Bretagne.

    flyer_velodyssee.png


    La Vélodyssée® est une balade unique, avec pour fond la côte Atlantique et ses sites, des plus connus, au plus pittoresque. Le plus dure sera peut-être de choisir un itinéraire, parmi la multitude de possibilité. Que l’on soit sportif, ou simple adepte de la nature en quête de ressourcement, la liberté qu’offre cette formule permet toutes les folies. Découvrir le patrimoine de la Bretagne, se promener le long du Canal de Nantes, admirer les paysages des polders du Marais Poitevin ou contempler la dune du Pylat, à chacun de créer son itinéraire, grâce au site Vélodyssée.

    Canal_de_Nantes_JDA0912.JPG

    Canal de Nantes

    Nantes2.jpg

    Nantes- Château des Ducs de Bretagne

     

    Passage du Gois.jpg

    Passage du Gois

     

    Saint-Gilles Croix de Vie.jpg

    Saint Gilles Croix de Vie


    A l’heure où l’on réfléchit « développement durable » et éco-compatibilité, le vélo devient un loisir de plus en plus en vogue, et surtout à la portée de tous. Un loisir en phase avec les nouveaux besoin : éco-responsable, bon, pour la santé, accessible, et sécurisé. La Vélodyssée® offre un itinéraire balisé et sécurisé, avec une variété de paysage et de sites du patrimoine,  avec des prestations de services tout au long du parcours, réunis sous le label qualité « Accueil Vélo ».

    C’est le moment idéal pour se créer sa propre épopée à vélo, non ?

  • Blue sky

    Pin it!

    Tout peut arriver, n'importe quand, n'importe comment. Nous ne sommes jamais assurés de rien.

    Il y a tant de bruit ici : se créer sa petite bulle rose et tranquille, ce n'est pas un luxe.

    J'ai aimé faire de toutes petites choses inutiles (ou presque) ce week-end.

    Lire quelques pages de mes livres en cours. Un Westlake, la fin du Rendell et un peu de Ouspenski.

    J'ai adoré passer quelques moments à écluser mes magazines de janvier et février. Marie-Claire, Cosmo, Biba, Votre Beauté, Glamour, d'autres encore. Regarder les photos, les jolies robes. Lire les articles du plus futile au plus grave, faire les tests, noter les idées lectures, sorties CD, théatre... Découper les recettes qui m'intéressent, que je ne ferais probablement pas avant un moment...

    Etre indulgente avec moi-même, et prendre mon pied à écouter l'album de Camélia Jordana. M'avouer que le dernier single de Jenifer est très réussi. Trouver beau et touchant l'album de Grégoire. Etre folle de joie à l'écoute du nouveau Take That, et vouloir faire la midinette avec chacun des chanteurs (ça fait du monde..) Fermer les yeux et me repasser encore le single d' Adele.

    Découvrir de nouveaux tumblr et rebloguer à l'envie ces univers parfois si différents du mien...

    Il fait encore froid, mais le soleil s'impose de plus en plus, et l'envie vient de trier mes placards de regarder les jupes, les robes, les chemisiers légers... Mettre du vernis orange à mes doigts, juste pour entendre mon fils dire "c'est beau maman"...

    Et puis un vide-dressing à mettre à jour (à mettre en ligne tout court en fait...) des tags qui m'attendent sagement. Des lectures encore, toujours...

    Envie de robes aux couleurs vives, de larges lunettes de soleil, de capelines en bord de mer. Envie de vacances ? On dirait bien :)

    Laisse ton cœur au soleil et regarde le ciel, il est bleu ce matin.

    cosmopolitan,biba,glamour,marie-claire,camélia jordana,grégoire,adele,jenifer,take that,robbie williams,love,vacances,capeline,bord de mer,amour,i love robbie williams,vernis orange

    C'est l'année du lapin, il parait: en voici de toutes les couleurs, comme nos humeurs.

     

     


  • La joie est en tout ; il faut savoir l'extraire

    Pin it!

    ...Confucius est un petit joyeux :)

     

    En un an on change, un peu, la façon de voir la vie, sur ce que l’on peut retirer de ce que l’on voyait comme des tares. Mais il y a des choses qui ne changent pas, comme je le disais hier, des avanies auxquelles on tient.

    Je ne suis pas fan de vacances, au sens courant du terme. Je n’aime pas travailler et je préférerais être rentière en mon palais, il va de soi, mais les loisirs, les vacances à dates données ce n’est pas ma tasse de thé. J’ai une notion très personnelle des vacances, un peu chiante aussi, un peu comme moi en fait, pénible et chiante : les vacances maintenant pour moi, c’est une pièce blanche, un lit, quelques bouquins, et l’absence du monde. Je crois que je supprimerais même la radio. Je me contenterais de mes films et séries préférés. Juste 15 jours, ça devrait aller. Mais là je rêve debout. Cette pièce blanche en dehors du monde n’existe pas.

    Alors je ferme les volets. Et je me rappelle les vacances d’avant…. Tu sais, je t’en avais déjà parlé….

     

     

    C'était pas l'année dernière
    c'était pas à Marienbad
    comment voulez-vous que je m'en rappelle
    à force de l'attendre
    je ne savais plus qui l' attendait
    Le temps est un traître de cape et d'épée
    qui vous glisse sa poudre d'oubli
    dans votre coca
    Faudrait pouvoir choisir son film
    j'n'avais plus qu'à me barricader
    dans la p'tite maison
    près du lac
    avec le canoë rose, à deux places
    qui flotterait, comme ça
    pour personne

    Fermer les volets
    et ne plus changer l'eau des fleurs
    oublier qui tu étais
    ne plus jamais avoir peur
    Se dire qu'on était pas
    vraiment faite pour le rôle

    Pleurer plus que le saule

    Plonger sous les draps
    et ne plus jamais remonter
    dormir sur le pont du galion
    qui s'est laissé couler
    parce qu'il t'a connu
    une de plus à t'aimer

    Le soleil essaie de se glisser
    par le store vénitien
    c'est pas lui qui m'f'ra lever
    je commençais une longue nuit
    j'ai pas l'intention de demander le réveil
    je regarde les photos qu'il à prise de moi
    j'en ai aucune de lui
    il s'est jamais laissé prendre
    Le vent fait grincer le canoë rose, à deux places
    Il servira, peut être, pour un autre film

     

    Dans la maison familiale des vacances tout le monde dort.

    Je suis allongée, dans la pénombre des volets clos, la douce torpeur de l'après midi, la sieste endormait toute la maisonnée dès 15h00.

    Plus jamais je ne ressentirai ce total abandon, l'absence de toute crainte, juste le bonheur d'être là.

    Quand on arrivait, ma première pensée était tournée vers ma grand-mère, et quelle que soit l'heure de notre arrivée, je courais vers la maison, vers ses bras, la chercher pour la ramener chez nous. Un lien très fort nous attachait toutes les deux. Je suis née en Algérie au milieu des années 70. Mon père était déjà parti vivre et travailler en France, mais ma mère ainsi que mon frère aîné et moi, nous étions restés dans notre petite ville de Kabylie, en attendant de le rejoindre. Alors ma grand-mère était très présente pour nous. Ça n'a jamais cessé jusqu'à sa mort, il y a 9 ans.

    Jusqu'à mes 18 ans, les vacances, ou au moins une bonne partie, c'était retrouver ce cadre familial et amical. Le soleil surtout. Tellement présent et chaud, il rythmait la journée.

    J'ai eu de très bons moments et de moins bons, mais la mémoire est sélective parfois, et ne retient que les joies passées.

    Je pourrais mettre encore quelques paragraphes pour te raconter cette époque formidable, mais pas aujourd'hui. Je n'ai pas l'inspiration. Je me rappelle encore pourquoi je ne revivrai plus ces moments. D'abord on grandit tous, on perd nos amis, ils s'éparpillent loin de l'îlot central du début. Et puis les gens meurent aussi. Parfois à tout jamais.

    Les vacances c'est l'enfance insouciante, les petits déjeuners bruyants, les départs agités pour la plage, les caprices pour une glace, une autre encore, la petite sortie en barque, pas trop loin du bord (j'étais peureuse...) Et puis surtout la Méditerranée. La crique à Bejaïa, avec seulement ma cousine, nos petits copains et moi, marcher sur les rochers glissants, les garçons qui plongent  la tête sous l'eau pour fanfaronner... Et le soleil qui tape sur l'eau bleue.

    L'après midi, reprendre le chemin de la maison pour la sieste, que je faisais toujours en écoutant la radio, RMC ou Alger Chaîne 3 la station francophone.

    Dans la pénombre l'atmosphère est unique : le véritable sens de la tranquillité est resté là, coincé à cette époque.

    Au bord du saule, comme dans la chanson de Viktor Lazlo, avec Lui. Mais il s'est jamais laissé prendre...

     

     

     

    Ceci est une petite participation au thème des vacances, évoqué par Maman@home !

  • Un peu de tout !

    Pin it!

    Comme je reviens tout doucement sur la blogosphère, j’essaie de reprendre un peu en main mes divers outils, je trie en somme. Du coup je me pose certaines questions, rien de grave. Mais je me dis que je me disperse pas mal et que je ne profite pas de tous ces outils à fond. Clairement, le seul « truc » qui me soit indispensable réellement c’est mon agrégateur de flux, FeedReader en l’occurrence. Grâce à lui j’ai la liste de tous vos billets qui s’affichent quasi instantanément, et je peux tranquillement les lire.

    Par contre je suis en train de me poser la question de l’utilité de Paperblog : aucune ! Aussi j’ai voulu me désinscrire de cette plateforme, mais impossible de trouver le moyen !! Si l’un d’entre vous sait comment faire, merci d’éclairer ma lanterne !!!

    Ensuite Hellocoton, j’avoue que j’aime y traîner de temps en temps, essentiellement pour voir l’actualité des blogs auxquels je ne suis pas abonnée. Et puis la présentation et l’ergonomie de Hellocoton me plaisent bien !! Par contre, je me rends compte que je ne participe pas du tout aux forums qui animent Hellocoton !! J’y vois parfois certaines d’entre vous, et je ne sais pas comment vous trouvez le temps !! J’avoue en priorité préférer lire et commenter vos blogs, puis m’occuper de mes cinq blogs et de mon Tumblr !

    Ensuite vient le cas « Chez les Filles » ! Je m’étais inscrite sur cette plateforme, mais je n’ai jamais vraiment pris la peine de l’explorer, je la trouve un peu touffue ! Si l’une d’entre vous la connaît bien et peut me servir de guide… Et puis j’avais été un peu déçue : j’avais reçu de leur part un livre à chroniquer (vous pourrez en trouver la recension ici), et je n’ai plus eu de nouvelles suite à ça…Bref…

    Donc en gros je suis en pleine reprise en main de mon univers internet, j’espère en tirer un meilleur parti encore à l’avenir !!

    Sinon, mes lapins, j’ai failli oublier une chose ! Angélita avait eu la bonne idée de proposer sur son blog une chaîne de cartes postales. Le principe est simple : dix personnes se manifestent pour que je leur envoie une carte postale de mon lieu de « vacances » et s’engagent à faire pareil de leur côté ! Pour ma part je vous enverrai, si vous le souhaitez, une carte de Paris, puisque je ne pars pas en vacances vraiment… mais je promets de choisir une très jolie carte !

     

    pariscp.jpg

    Si vous êtes intéressé, faites m’en part ! Comme il y a peu de monde qui commente en ce moment (beaucoup de monde m’a oublié après mon mois de relâche semble-t-il…) j’espère atteindre les dix personnes intéressées…

    En tout état de cause, je me ferai un plaisir de vous abreuver de cartes colorées et amusantes !

  • Il y a quelqu'un ?

    Pin it!

    Hello mes agneaux. Nous voilà au creux de l’été, et cela fait un bon mois que nous ne nous sommes parlé. La faute à un planning surchargé (eh oui, je ne suis pas la feignasse que l’on pourrait croire…) mais pas seulement.

    D'abord, merci pour vos voeux de bon anniversaire, cela m'a beaucoup touchée, et soyez-en tous remerciés !

    L’été n’est pas forcément la période que je préfère. Bien que née au sud de la Méditerranée, je suis à mon top avec une température extérieure de 21-23 ° maximum…. Au-delà c’est la canicule, mon cerveau se liquéfie et je ne me sens bonne qu’aux tâches mécaniques et imposées.

    Bref, voilà donc un billet pour m’encourager à me repencher sur cette blogosphère que j’aime bien, relire vos billets aux uns et aux autres, retisser ce lien particulier…

    Doucement refaire les pas, la promenade quotidienne qui me laissait de jolies pensées pour la journée…

     

    Alors qu’ai-je fait durant ce mois écoulé, à part les obligations obligatoires obligées ? Pas grand’chose… De la lecture, et mon Dieu pas toujours de celles qu’on se sent tenu de vanter, mais bon, pas de chichis entre nous, hein…

    Je me suis fait la semaine dernière une overdose de chick litt.

     

     

    SN153264.JPG

    Que ce soit clair, je ne me permettrais d’en conseiller aucun des quatre. Le fait est que chaque récit était bien ficelé, avec une gentille histoire et une incontournable happy end. Je les ai achetés et lus avec plaisir, enfin avec le même plaisir que l’on prend à savourer une boisson pleine de bulles rafraîchissantes ! Mais est-ce suffisant ? La bulle est légère, légère, elle s’envole vite… C’est un peu de la fast littérature, vite lue, vite oubliée… Mais loin d’être désagréable…

     

    Avant de vous quitter pour ce jour, j’aurais une insigne faveur à vous demander. Voilà, mon fils n’a jamais eu de doudou, mais à quatre ans il s’est pris d’affection pour lui :

     

     

    SN153265.JPG


    C’est Pioupiou, un poussin en porcelaine, que j’ai du avoir en guise de décoration sur un gâteau vers Pâques…

    Pioupiou a eu une première fois une petite mésaventure, il est tombé, je l’ai soigné recollé. Mais la semaine passée, il a encore eu une chute malencontreuse, et il devient plus compliqué à soigner.

    Si l’un d’entre vous sait où je peux me procurer son jumeau, je lui en serai éternellement reconnaissante. Mon fils tient vraiment à son « bébé »…

     

    Merci de votre aide !